Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Didier Migaud (Cour des comptes) : porte flingue de la Hollandie

Vous êtes chef d’Etat ou Premier ministre en France, vous avez besoin de faire avaler une amère pilule à vos administrés sans risquer une dégringolade encore plus sévère dans les sondages tout en rassurant Bruxelles ? Une seule solution : Didier Migaud !

Le 36e président de la Cour des comptes n’a pas son pareil pour rédiger des placets, mi-feuille de route mi-rappel à l’ordre. Et comme toutes les ordonnances du Palais Cambon sont autant de pains bénis pour la presse, elles sont extrêmement pratiques pour faire passer des messages. De rigueur.

Il y a quelques jours, le Premier président avait officialisé ce que tous savaient déjà  : la France ne tiendra pas son objectif annuel de réduction de son déficit public à 3% du PIB en 2013. A peine subliminal : apprêtez-vous à vous serrer la ceinture !

Dimanche sur Europe 1, il se lance dans la formule, dans la phrase : « La France est malade de ses déficits publics ». Comme Thomas Diafoirus, il préconise la saignée.

Très utile, donc, ce grand magistrat pour l’exécutif. Pour Ayrault (et Hollande) nul besoin de se salir les mains et de se perdre en communication liminaire. Vous voyez : c’est la Cour des comptes qui le dit ! Alors vous allez en baver ! Nous préférerions bien autre chose mais nous n’y pouvons rien.

C’est la suite toute trouvée à la stratégie éculée qui consistait jusqu’à présent à fustiger le bilan des prédécesseurs.

Et puis, Migaud, pour le grand public, ce n’est pas un politique. Comme Michel Jobert, en son temps, il aimerait apparaître au-dessus des partis.

Pourtant ce n’est pas le cas. C’est un proche de Fabius. Réélu député de l’Isère en 2007, il est choisi à l’unanimité des votants comme président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale. Nicolas Sarkozy, chantre de l’ouverture en trompe-l’oeil, avait voulu la remettre entre les mains de ce qui était alors l’opposition.

C’est encore Sarko, Machiavel de l’enfumage productif, qui le bombarde le 23 février 2010 à la tête de la Cour des comptes en remplacement du défunt Philippe Seguin. Migaud prend le voile et se démet de l’ensemble de ses mandats électifs. Il quitte le Parti socialiste.

UN VRAI DUR

Mais Didier Migaud se souvient qu’il fût en 2001, l’un des pères fondateurs de la LOLF (Loi organique aux lois de finances), la nouvelle constitution budgétaire qui a pour but de renforcer les pouvoirs du Parlement en la matière. Et surtout, de remplacer une logique de moyens par « l’objectif et les résultats ». Un vrai dur, quoi.

Et mine de rien, c’est lui qui est aux commandes alors que l’idée de s’attaquer aux retraités - plus précisément à l’exonération fiscale de ceux qui ont eu trois enfants - et aux allocations familiales fait son bonhomme de chemin dans la course aux économies.

Charge à Matignon de communiquer à tour de bras sur les efforts exigés aux ministres en 2014. Chacun son boulot.

Dans les nombreux tuyaux qui pointent de la rue Cambon : un coup de rabot sur les allocations familiales. Un bémol : d’autres législatures s’y sont essayées auparavant, sans grand succès : sujet ultra sensible ! Mais qui ne tente rien n’a rien. Pas même un coup de chapeau de l’Europe …

Pour boucler ses fins de mois en évitant un recours à l’emprunt trop visible de Bruxelles, la France n’a guère de choix : limiter ses dépenses et augmenter ses recettes. Ou encore mieux, faire les deux en même temps.

Comme tout bon prestidigitateur, elle attire l’oeil en agitant la taxation des plus hauts revenus de la main gauche. Ce qui rapportera des clopinettes en l’état actuel (210 millions d’euros par an payés par 1.500 personnes environ). Retoqué par le Conseil constitutionnel en décembre, l’impôt doit revenir en deuxième semaine à la mi-mars.

Mais c’est la main droite qu’il faut regarder pour comprendre le tour. Celle de Didier Migaud.

Denis Thomas

URL de cet article 19412
   
Putain d’usine, de Jean Pierre Levaray.
« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Briser le mensonge du silence n’est pas une abstraction ésotérique mais une responsabilité urgente qui incombe à ceux qui ont le privilège d’avoir une tribune. »

John Pilger


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.