RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lutte des classes et jeux vidéo

Dans la peau d’un « Metallo » pour « Kill Mittal » … Florange en ligne !

« World Warcraft » ou « Prince of Persia » n’ont plus le monopole du clic. Les hauts-fourneaux de Florange et la prise de conscience collective font une inédite apparition dans le monde, pour ne pas dire le marché, des jeux en ligne.

« Kill Mittal » propose aux joueurs d’entrer dans la peau d’un ouvrier pour contrecarrer avec ses camarades, les projets du célèbre « patron voyou indien ». Pour de l’innovation, c’est de l’innovation !

A première vue, on se frotte les yeux. Mais le créateur de Kill Mittal, Alexandre Grilleta, souffle le chaud et le froid en présentant son bébé. Le Lorrain explique d’un côté, dans l’introduction du jeu en ligne, que « Mittal a fait main basse, puis fermé la majorité des aciéries mondiales, mettant à la rue des milliers de métallurgistes » .

Mais, prudent, il ajoute que « ce jeu n’est pas une incitation à la violence ou à taper sur les grands patrons. J’ai volontairement choisi le style cartoon et on ne voit jamais de sang », se rattrape en vitesse l’inventeur lorrain.

Ici pas de Kalachnikov, de lance roquettes ou de couteaux entre les dents de brutes en treillis bardées de muscles : juste des barils, des poutres ou des carcasses de voitures à utiliser judicieusement contre … les forces de l’ordre.

Pour sauver l’outil de travail, le joueur doit également rallier le plus grand nombre de ses copains métallos à la Cause et les inciter à la rébellion syndicale.

Le magnat indien et fossoyeur de la sidérurgie mondiale – et particulièrement mosellane – est représenté assez sagement sous les traits d’un robot, le robot Mittal : "Le Boss".

Le choix « dessin animé » pour présenter permettra sans doute d’éviter des démêlés judiciaires car le satirique et la « caricature » sont généralement accueillis avec bienveillance par le juge.

ADDICTIF

On attend, en effet, un peu d’anxiété la réaction de Mittal devant la sortie de ce jeu très simple mais plutôt addictif. Quatre touches pour se déplacer et la souris pour se défendre.

Le papa de Kill Mittal, lui-même fils d’ouvrier se défend par avance des avocats de l’homme d’affaires indien. « L’histoire des ouvriers de Florange était tout simplement un bon sujet, avec des héros et un méchant, les ingrédients pour faire un bon jeu vidéo ».

On ne sait pas si l’équipe de Lakshmi Mittal aura gardé une âme d’enfant, joueuse et sensible à la poésie vintage du trait de crayon de Grilleta. Pas plus que les pouvoirs publics devant leurs forces de l’ordre repoussées à coups de barricades par les ouvriers « cartoon » dans leur désormais célèbres tenues orange …

Reste que le combat des ouvriers de Moselle sur écran puise dans une morale d’une terrifiante actualité. Car un fois que le « Boss » Mittal est à terre, terrassé par le courage de « ses » ouvriers, un autre voyou prend sa place, venu de l’univers tentaculaire de l’économie mondialisée. Encore plus destructeur ?

Lors de la possible ( ?) conception de la version II de « Kill Mittal », Grilleta devra peut-être songer à fournir à ses héros des armes de défenses plus définitives que des bidons et des parpaings …

Réf : http://www.killmittal.com

URL de cet article 20688
   

Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.