Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Ségolène Royal se signale encore à l’attention d’une France en récession

Ségolène Royal a connu de cuisants échecs : Elle a loupé deux fois l’Elysée. Une fois comme Présidente, une autre fois comme première dame. Elle n’est plus députée. Alors que le pays entre officiellement en récession au premier trimestre, elle agite les bras – elle sait si bien le faire – et se pose en sémaphore politique dans la tempête et le bouillonnement gouvernemental. Seule.

« Coucou, je suis (toujours) là. Et question erreur de casting, nul ne peut plus me donner de leçon ! », semble dire à grand renforts de rendez-vous médiatiques, la candidate malheureuse aux présidentielles de 2007 et aux législatives de 2012.

Elle sort un ouvrage intitulé Cette belle idée de courage chez Grasset et renoue avec les photographes et les petits papiers dans la presse. Avec les petites phrases aussi. Assassines !

Elle profite de son retour en grâce sous l’égide de Jeanne d’Arc, de Louise Michel ou du jeune navigateur François Gabart, les héros de son opuscule, pour tacler là où ça fait très mal dans l’équipe de son Ex.

Elle juge nécessaire, pour ne pas dire urgent, de « restructurer » Bercy après l’affaire Cahuzac et où Pierre Moscovici ne fait décidément pas le poids. Elle persifle, mais en se voulant docte, pour mettre fin à la « zizanie » entre ministres.

Elle intervient en même temps que Laurent Fabius qui appelle à trouver un « patron » pour le ministère des Finances, clé de voute de la stratégie gouvernementale. Le tout à la veille de l’annonce préchauffée d’une économie française en baisse de 0,2% début 2013 après la même aventure au quatrième trimestre de l’an passé. Le terme redouté et si souvent contourné à Bercy est incontestable : la France est en récession.

C’en est trop ! Et c’est une occasion de bons offices. Les couacs et autres prises de becs entre les ministres occupants Bercy doivent cesser – comme si il n’y avait qu’eux à se mordre à la gorge – car « ce n’est plus supportable, notamment pour tous ceux qui se battent pour créer des activités, des emplois ». Suivez mon regard : notamment en région Poitou-Charentes, dirigée d’une main de fer par l’inspirée Ségolène !

Il est vrai que question apaisement des situations conflictuelles, elle s’y connaît un tantinet. Nous passerons sur les péripéties de sa bagarre pour la première circonscription de la Charente-Maritime avec le « dissident » PS Olivier Falorni. Ce dernier avait reçu le convivial soutien de Valérie Trierveiler …

AU COUTEAU

Passons aussi sur l’élection du Premier secrétaire du PS en 2008 dit du congrès de Reims lors duquel Ségolène Royal se fait coiffée au poteau par Martine Aubry avec 102 voix d’écart au terme d’une bagarre au couteau si emblématique que l’UMP l’a imitée récemment avec le brio que l’on sait.

Dans « Cette belle idée de courage », Ségolène comme Clémenceau, vante ceux qui ne renoncent jamais. Et qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.

Selon ce qu’elle qualifie de « légende », l’ancienne sherpa de Mitterrand aurait fait un procès à son propre père qui n’aurait pas assumé financièrement les études de son énarque de fille (promotion Voltaire avec Michel Sapin et … François Hollande).

Par ailleurs, peu s’en souviennent, mais elle a été condamnée en 1999 par le tribunal des prud’hommes des Deux-Sèvres pour « non respect du code du Travail ». Ségolène était poursuivie par trois anciennes collaboratrices qui lui réclamaient des arriérés de salaires pour la campagne de 1997. Et des fiches de paie et une régularisation auprès des organismes sociaux …

Sa compétence en matière de gestion humaine serait sans doute la bienvenue dans un gouvernement à la dérive sur la mer déchaînée du scandale et sous les vents violents de la crise économique.

Elle estime que depuis un an « du temps a été perdu » et qu’il convient désormais « d’accélérer ». C’est du « bon sens » et surtout pas « une critique », assure-t-elle sur France Inter. En son temps, De Gaulle disait avec humour « La France était au bord du gouffre, puis elle a fait un pas en avant » !

Mais elle affirme ne pas vouloir entendre parler d’un éventuel maroquin. « Ma liberté d’expression est précieuse (…) On ne me le proposera pas (NDA : d’entrer au gouvernement) car j’ai fait le choix de me représenter dans ma région en 2015 ».

Quelle tristesse ! La France va donc, une nouvelle fois se couper d’un immense talent.

URL de cet article 20603
   
Communication aux lecteurs
24 février : Tous ensemble à Londres pour soutenir Julian Assange

La date du 24 février ouvre le départ des dernières audiences d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur la demande des Etat-Unis. Sur le territoire américain Julian risque jusqu’à 175 années de prison pour avoir diffuser des documents sur la guerre en Irak et en Afghanistan dévoilant ainsi au grand jour tortures et exactions de l’armée américaine, pour avoir fait son travail de journaliste. S’il est jugé par un tribunal fédéral dans un état où la peine capitale est autorisée, il risque la peine de mort pour espionnage et divulgation de secrets d’Etat .

Nous organisons ce 23 février un départ de Paris en Bus pour Londres. Nous arriverons le 24 au matin pour commencer la manifestation et repartirons le soir afin d’être de retour le 25 au petit matin sur Paris.

Au nom de la Liberté de la presse, de la Liberté d’expression, de la Vérité nous demandons l’arrêt immédiat de la procédure d’extradition et la libération de Julian Assange.

Informations/contacts : https://www.facebook.com/events/467998704155446/

Réservations : https://yurplan.com/event/Tous-ensemble-a-Londres-pour-Julian-le-24-fe...

15 
Point de non-retour
Andre VLTCHEK
LE LIVRE : Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La politique étrangère américaine est ignoble car non seulement les États-Unis viennent dans votre pays et tuent tous vos proches, mais ce qui est pire, je trouve, c’est qu’ils reviennent vingt ans plus tard et font un film pour montrer que tuer vos proches a rendu leurs soldats tristes. »

Frankie Boyle, humoriste écossais


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.