RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ségolène Royal se signale encore à l’attention d’une France en récession

Ségolène Royal a connu de cuisants échecs : Elle a loupé deux fois l’Elysée. Une fois comme Présidente, une autre fois comme première dame. Elle n’est plus députée. Alors que le pays entre officiellement en récession au premier trimestre, elle agite les bras – elle sait si bien le faire – et se pose en sémaphore politique dans la tempête et le bouillonnement gouvernemental. Seule.

« Coucou, je suis (toujours) là. Et question erreur de casting, nul ne peut plus me donner de leçon ! », semble dire à grand renforts de rendez-vous médiatiques, la candidate malheureuse aux présidentielles de 2007 et aux législatives de 2012.

Elle sort un ouvrage intitulé Cette belle idée de courage chez Grasset et renoue avec les photographes et les petits papiers dans la presse. Avec les petites phrases aussi. Assassines !

Elle profite de son retour en grâce sous l’égide de Jeanne d’Arc, de Louise Michel ou du jeune navigateur François Gabart, les héros de son opuscule, pour tacler là où ça fait très mal dans l’équipe de son Ex.

Elle juge nécessaire, pour ne pas dire urgent, de « restructurer » Bercy après l’affaire Cahuzac et où Pierre Moscovici ne fait décidément pas le poids. Elle persifle, mais en se voulant docte, pour mettre fin à la « zizanie » entre ministres.

Elle intervient en même temps que Laurent Fabius qui appelle à trouver un « patron » pour le ministère des Finances, clé de voute de la stratégie gouvernementale. Le tout à la veille de l’annonce préchauffée d’une économie française en baisse de 0,2% début 2013 après la même aventure au quatrième trimestre de l’an passé. Le terme redouté et si souvent contourné à Bercy est incontestable : la France est en récession.

C’en est trop ! Et c’est une occasion de bons offices. Les couacs et autres prises de becs entre les ministres occupants Bercy doivent cesser – comme si il n’y avait qu’eux à se mordre à la gorge – car « ce n’est plus supportable, notamment pour tous ceux qui se battent pour créer des activités, des emplois ». Suivez mon regard : notamment en région Poitou-Charentes, dirigée d’une main de fer par l’inspirée Ségolène !

Il est vrai que question apaisement des situations conflictuelles, elle s’y connaît un tantinet. Nous passerons sur les péripéties de sa bagarre pour la première circonscription de la Charente-Maritime avec le « dissident » PS Olivier Falorni. Ce dernier avait reçu le convivial soutien de Valérie Trierveiler …

AU COUTEAU

Passons aussi sur l’élection du Premier secrétaire du PS en 2008 dit du congrès de Reims lors duquel Ségolène Royal se fait coiffée au poteau par Martine Aubry avec 102 voix d’écart au terme d’une bagarre au couteau si emblématique que l’UMP l’a imitée récemment avec le brio que l’on sait.

Dans « Cette belle idée de courage », Ségolène comme Clémenceau, vante ceux qui ne renoncent jamais. Et qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.

Selon ce qu’elle qualifie de « légende », l’ancienne sherpa de Mitterrand aurait fait un procès à son propre père qui n’aurait pas assumé financièrement les études de son énarque de fille (promotion Voltaire avec Michel Sapin et … François Hollande).

Par ailleurs, peu s’en souviennent, mais elle a été condamnée en 1999 par le tribunal des prud’hommes des Deux-Sèvres pour « non respect du code du Travail ». Ségolène était poursuivie par trois anciennes collaboratrices qui lui réclamaient des arriérés de salaires pour la campagne de 1997. Et des fiches de paie et une régularisation auprès des organismes sociaux …

Sa compétence en matière de gestion humaine serait sans doute la bienvenue dans un gouvernement à la dérive sur la mer déchaînée du scandale et sous les vents violents de la crise économique.

Elle estime que depuis un an « du temps a été perdu » et qu’il convient désormais « d’accélérer ». C’est du « bon sens » et surtout pas « une critique », assure-t-elle sur France Inter. En son temps, De Gaulle disait avec humour « La France était au bord du gouffre, puis elle a fait un pas en avant » !

Mais elle affirme ne pas vouloir entendre parler d’un éventuel maroquin. « Ma liberté d’expression est précieuse (…) On ne me le proposera pas (NDA : d’entrer au gouvernement) car j’ai fait le choix de me représenter dans ma région en 2015 ».

Quelle tristesse ! La France va donc, une nouvelle fois se couper d’un immense talent.

URL de cet article 20603
  

Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le cynisme particulier des États-Unis est que durant toute l’existence de Cuba révolutionnaire, ils ont délibérément cherché une stratégie pour étrangler le pays, discriminer son peuple et détruire l’économie.

Maria Zarajova
porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères de Russie

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.