RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Finalement...

L’État renonce à encadrer le salaire des patrons : On a eu très peur !

Après des nuits d’insomnies, le gouvernement a tranché : il n’y aura pas de projet « spécifique sur la gouvernance des entreprises ». Entendez par là : pas question de limiter le salaires des grands patrons du privé. La France respire et va pouvoir garder ces talents que le monde entier nous envie.

C’est naturellement notre Moscovici-sur-la-sellette qui s’est collé à faire cette brillante communication dans le quotidien Les Echos, connu comme un brûlot activiste au profit du monde du Travail.

Il envoie ainsi une autre promesse de campagne de François Hollande aux oubliettes mais, nous n’en sommes plus à ça près.

L’Ami Mollette avait alors affirmé : "j’imposerai aux dirigeants des entreprises publiques un écart maximal de rémunérations de 1 à 20". Et aussi de guérir les écrouelles, envoyer des parapluies sur Mars et faire perdre quarante kilos à Gérard Depardieu au terme d’une cure d’abstinence totale sur le Saint-Emilion.

Sans rire, le gouvernement indique à présent préférer ’"une autorégulation exigeante" de la part des boss du Cac 40 et d’agir dans « le dialogue".

Et, avec une habitude qui confine désormais à une sorte d’addiction , les équipes Hollandaises concernées ont taillé la bavette avec Laurence Parisot (en partance du Medef mais toujours très très active..) ou le président de l’Association française des entreprises privées (Afep), Pierre Pringuet.

La main sur le cœur ces derniers, soucieux d’un équilibre propre à rassurer la République qui se lève tôt "se sont engagés à présenter rapidement un renforcement ambitieux de leur code de gouvernance". Il y en avait donc un !

Par exemple, ils vont se couper un bras en favorisant "le ’Say on Pay’ (vote consultatif sur la rémunération), qui permettra à l’assemblée des actionnaires de se prononcer sur la rémunération des dirigeants", assure Mosco dans Les Echos.

STRICT ET MENAÇANT

Mais on reste très strict, presque menaçant : "Attention : si les décisions annoncées ne sont pas à la hauteur, nous nous réservons la possibilité de légiférer", gourmande le ministre des Finances .

Pour ramener la paix dans le monde des « Boards », il n’y a aura pas de loi qui "figerait des règles (...) amenées à évoluer sans cesse dans un environnement international mouvant" . On a eu franchement les jetons dans les conseils d’administrations.

Reste la terrible contribution à 75% pour les plus hauts salaires qui lèvent le doigt.

Le Grand Bercy veut "concentrer l’action législative sur la contribution de 75% sur la part des rémunérations dépassant 1 million d’euros, qui sera acquittée par l’employeur ». Elle sera soumise au Parlement dans le cadre du budget 2014, et aura une durée limitée à deux ans.

En 2012, la rémunération des Big Bosses a dramatiquement chuté de 4% à 92,7 millions d’euros. Maurice Lévy (Publicis) n’a touché que 4,8 millions d’euros, Jean-Paul Agon (L’Oréal) 3,88 millions et Bernard Arnault (LVMH, qui renonce du coup à la bière belge) 3,79 millions. Arrêtons là cette liste pathétique mais en précisant qu’elle ne comptabilise pas les « avantages en nature ».

Mais, miracle ! Avec l’Accord national interprofessionnel (ANI) ces patrons, salariés comme tout le monde, pourront bénéficier de chouettes mutuelles et de la sécurisation de leurs parcours professionnels. N’oublions pas que, parfois, ils sont … remerciés.

URL de cet article 20709
  

Même Thème
L’Âge du capitalisme de surveillance
Shoshana Zuboff
« Révolutionnaire, magistral, alarmant, alarmiste, déraisonnable... Inratable. » The Financial Times Tous tracés, et alors ? Bienvenue dans le capitalisme de surveillance ! Les géants du web, Google, Facebook, Microsoft et consorts, ne cherchent plus seulement à capter toutes nos données, mais à orienter, modifier et conditionner tous nos comportements : notre vie sociale, nos émotions, nos pensées les plus intimes… jusqu’à notre bulletin de vote. En un mot, décider à notre place – à des fins (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On ne mesure pas la puissance d’une idéologie aux seules réponses qu’elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu’elle parvient à étouffer.

Günter Anders
L’Obsolescence de l’homme (1956)

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.