RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Djibouti, droits de l’homme et liberté de la presse en berne

L’opposition politique, à Djibouti, a retrouvé certains droits, à l’approche de l’élection présidentielle de 2016. Toutefois, les droits de l’homme en général, et la liberté de la presse en particulier, sont encore largement bafoués par le régime du président Ismael Omar Guelleh.

Comme chaque année, l’Organisation non gouvernementale (ONG) Reporters sans frontières (RSF) a publié, début février, son classement sur la liberté de la presse à travers le monde. De l’avis général, l’année 2014 ne sera pas à marquer d’une pierre blanche ; selon RSF, la liberté de la presse a même connu une « régression brutale » en douze mois. D’un côté, il fallait s’y attendre, certains pays, gangrenés et littéralement pris en otages par les diverses factions terroristes du globe – Nigéria par Boko Haram, Irak et Syrie par l’Etat islamique – affichent un piètre résultat. De l’autre, certains Etats, que la conjoncture géopolitique actuelle n’ébranle pourtant pas, se positionnent tout en bas du classement. 170ème pays sur 180 recensés par RSF : la République de Djibouti.

La presse djiboutienne muselée

La cité-Etat, ancienne colonie française ayant obtenu son indépendance en 1977, suit le mouvement général puisqu’elle perd une place entre 2013 et 2014. Depuis de nombreuses années, l’ONG est alarmée par la multiplication des arrestations arbitraires de journalistes et par les méthodes employées, de plus en plus violentes, par la police envers les professionnels du milieu. En 2013, RSF citait le cas de Moustapha Abdourahman Houssein qui, s’il n’était tragique, serait simplement grotesque : arrêté alors qu’il couvrait une intervention policière, il avait été relâché avant de se faire à nouveau arrêter le lendemain. D’après les membres de l’organisation, qui parlent volontiers de « harcèlement systématique », « le gouvernement ne se donne même plus la peine de dissimuler son intention de persécuter l’unique média indépendant du pays », la Voix de Djibouti. L’année dernière, l’arrestation arbitraire de Maydaneh Abdallah Okieh, technicien pour le compte de ce même média, avait suscité de nouvelles dénonciations de la part de RSF. Son unique faute : avoir couvert une réunion de la coalition des mouvements d’opposition, l’Union pour le salut national.

Une énième atteinte à la liberté de la presse qui avait entrainé Cléa Kahn Sriber, responsable du bureau Afrique de RSF, à se demander : « Le régime d’Ismael Omar Guelleh est-il si fragile qu’il ne peut supporter la moindre critique ? » Une interrogation qui se veut oxymore rhétorique, tellement le président de la République djiboutienne semble avoir la mainmise sur son pays. Elu en 1999 avec près de 75 % des suffrages, Ismael Omar Guelleh est réélu en 2005 puis en 2011, après que le Parlement a adopté une réforme constitutionnelle, lui permettant de briguer – et d’obtenir – un troisième mandat consécutif. Au cours de ses quinze années au pouvoir, celui qui milita farouchement pour l’indépendance du pays est régulièrement accusé de clientélisme, tandis qu’il développe une importante politique de privatisation, notamment celle du port autonome international de Djibouti. Mais les accusations se veulent aussi dirigées sur le terrain des droits de l’homme, dont les atteintes à la liberté de la presse ne sont qu’une illustration.

L’opposition politique toujours persona non grata

Le 10 décembre dernier pourtant, l’Etat africain célébrait, ainsi que le reste du monde, la journée internationale des droits de l’homme ; son président n’a à cette occasion pas manqué de défendre des « droits universels » qui ne sont pas des « valeurs uniquement occidentales ». Des déclarations, volontairement emphatiques, qui ne cachent toutefois pas la réalité de la situation.

Ce sont, en particulier, les droits de l’opposition politique qui sont bafoués au sein de la cité-Etat. Djibouti sort d’ailleurs d’une période de crise ouverte après que l’opposition, estimant avoir remporté les législatives de 2013, s’est vu contredite par le pouvoir en place. Un accord-cadre a été signé, en décembre dernier, entre celui-ci et l’Union pour le salut national (USN), coalition de sept partis d’une opposition « criminalisée », selon Abdourahman Mohamed Guelleh, secrétaire général de l’USN. « Aujourd’hui, c’est positif, nous avons retrouvé tous ces droits qui étaient bafoués, confisqués », estime-t-il. Avant de confesser qu’ « il reste beaucoup à faire... Nous restons bloqués sur un point : la liberté des médias. »

Malgré l’accord-cadre signé en décembre dernier, la situation politique du pays n’est pas pour autant pacifiée. Dans le viseur des observateurs : la présidentielle de 2016, pour laquelle Ismael Omar Guelleh n’a toujours pas dit s’il était ou non candidat. Dans la continuité du réchauffement des relations entre pouvoir en place et opposition, celle-ci souhaite simplement « qu’il mette en place une commission électorale nationale indépendante. Il faut que les élections se déroulent d’une manière transparente, honnête et libre », milite Abdourahman Mohamed Guelleh. A ce titre, l’opposition djiboutienne a sûrement accueilli l’élection de Muhammadu Buhari, au Nigéria, comme une nouvelle encourageante : l’alternance politique, en Afrique, est possible.

Sources

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150212130954/

http://fr.rsf.org/djibouti-les-arrestations-a-repetition-18-12-2013,45642.html

http://www.opinion-internationale.com/2014/12/22/djibouti-letat-de-non...

http://www.rfi.fr/emission/20150420-abdourahman-mohamed-guelleh-j-espe...

http://www.rfi.fr/afrique/20150403-nigeria-2-mois-attente-pouvoir-muha...

URL de cet article 28578
  

Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le "problème musulman"
A. Hajjat et M. Mohammed
Les connaissances sur l’islam produites par différents acteurs appellent généralement une action politique pour « résoudre » le « problème musulman ». En ce sens, les conditions de production des connaissances sur l’islam peuvent être déterminées par la « solution » envisagée, et cette « solution » peut varier considérablement en fonction du diagnostic que l’on fait de la réalité sociale. Les mythes propagés par les experts sécuritaires et certains intellectuels médiatiques s’accompagnent souvent d’appels au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.