RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

En arrêtant son co-fondateur, Israël prouve qu’il considère le BDS comme une menace stratégique (Middle East Monitor)

Omar Barghouti, le cofondateur palestinien du mouvement BDS a été frappé d’une interdiction de facto de sortie du territoire. Dimanche, un autre ministre israélien a annoncé qu’un groupe de travail serait créé pour « cibler » les militants du BDS de nationalité étrangère et les expulser du pays.

Cela fait maintenant une semaine que les autorités israéliennes ont arrêté Omar Barghouti, co-fondateur du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) en Palestine. Son arrestation fait suite à des années d’intimidation et de menaces de la part de divers organismes publics. Si le but était d’isoler et de faire taire Barghouti, son arrestation s’avère, au mieux, à courte vue et contreproductive. Le BDS est devenu un mouvement global d’inspiration palestinienne qu’il sera impossible d’arrêter.

En mai 2015, Reuven Rivlin, le président israélien, a qualifié, le mouvement BDS de « menace stratégique ». Pourtant, lorsqu’il a été lancé en juillet 2005, il avait été balayé d’un revers de main par les officiels qui le considéraient comme un piètre plagiat du mouvement de boycott international qui avait joué un rôle central dans le démantèlement du Régime d’apartheid criminel d’Afrique du Sud. Aujourd’hui plus personne ne sous-estime le BDS. Le seul fait qu’Israël dépense des millions de dollars mensuels à collecter des données pour contrer le BDS à l’intérieur comme à l’étranger, prouve que les Israéliens le prennent maintenant très au sérieux.

En recourant à des tactiques arbitraires de répression et d’intimidation, Israël se rend un très mauvais service. Sans s’en rendre compte, ce pays a, par de telles mesures, créé les conditions idéales pour que le BDS se développe et attire des sympathisants du monde entier, car il est facile de convaincre les gens ouverts de la nécessité du BDS.

Les conduites politiques qui violent les libertés fondamentales et les droits de l’homme répugnent instinctivement aux êtres humains équilibrés qui ont le sens de la justice.

Aujourd’hui, ceux qui soutiennent le BDS sont motivés par leur attachement aux valeurs d’égalité et d’équité, ainsi que par la conscience que nous sommes tous des êtres humains. C’est pourquoi ils trouvent honteux de refuser la pleine égalité aux citoyens palestiniens d’Israël ; c’est pourquoi ils exigent qu’il soit mis fin à l’occupation militaire des territoires palestiniens capturés en 1967 ; et c’est pourquoi ils veulent savoir pourquoi les Palestiniens qui ont été expulsés par les milices juives en 1948 ne sont pas autorisés à exercer leur droit de retour. Cette revendication n’a rien de conspirationniste ni d’extrémiste. C’est un droit internationalement reconnu.

C’est principalement le déni constant de tous les droits palestiniens par Israël qui a nourri le mouvement BDS. Sur chaque continent, les communautés minoritaires et défavorisées, les communautés religieuses, les syndicats et les organisations de défense des droits de l’homme soutiennent cette campagne non violente parce qu’ils sont convaincus qu’il y va de leur propre survie.

Le temps n’est plus où les artistes et les sportifs les plus célèbres accordaient un soutien sans réserve à Israël. Aujourd’hui, leur soutien est conditionnel ; Ils ne l’accorderont que lorsqu’Israël respectera la dignité du peuple palestinien. On ne voit plus actuellement de stars soutenir ou légitimer ouvertement la discrimination, quelle qu’en soit l’auteur. Il n’y a tout simplement aucune justification morale ou légale à la discrimination quelle qu’elle soit, et encore moins lorsqu’elle est le fait d’un État comme c’est le cas en Israël.

Aussi cruel que cela puisse paraître, l’arrestation d’Omar Barghouti était inévitable ; non pas parce qu’il aurait commis quelque crime, mais parce que cela faisait trop longtemps que la menace pesait sur lui. L’année dernière, Amnesty International a exprimé des inquiétudes sur sa sécurité et sa liberté après que plusieurs ministres israéliens ont proféré des menaces voilées contre Barghouti au cours d’une conférence anti-BDS à Jérusalem le 28 mars.

Le ministre des Transports, du Renseignement et de l’Energie Atomique, Yisrael Katz, avait proféré une menace particulièrement grotesque en appelant Israël à procéder à l’ « élimination civile ciblée » des dirigeants du BDS avec l’aide de ses agences de renseignement assassines. Amnesty a indiqué que le terme s’inspirait de l’expression « assassinats ciblés », utilisée pour décrire la politique israélienne de ciblage des membres des groupes armés palestiniens.

Le Comité national palestiniens du BDS (le BNC) n’a aucun doute sur le motif de l’arrestation de son co-fondateur ; Il s’agit de répression. Le BNC a affirmé que l’ouverture de cette enquête, qui inclut une interdiction de sortie du territoire, n’est pas une coïncidence, car, quelques semaines plus tard, Barghouti devait se rendre aux États-Unis pour recevoir le Gandhi Peace Award conjointement avec Ralph Nader, lors d’une cérémonie à l’Université de Yale.

Le mouvement BDS s’effondrerait-il si Omar Barghouti était emprisonné ou assassiné ? Bien sûr que non. Les similitudes juridiques, politiques et de violations des droits de l’homme qui existent entre la réalité palestinienne et celle qui régnait dans l’Afrique du Sud de l’apartheid sont tellement flagrantes qu’elles sautent aux yeux de tout
le monde civilisé.

À ce jour, aucune des mesures prises par Israël pour combattre le BDS n’a été couronnée de succès. Que ce soit l’interdiction des militants d’entrer en Palestine, la création d’unités spéciales dont la mission est de remuer la merde pour tenter de discréditer les militants, ou l’emprisonnement, toutes ces méthodes ont été utilisées en Afrique du Sud où elles se sont avérées totalement inadéquates et impuissantes. Au contraire même, tout ce qu’elles ont réussi à faire, c’est d’attirer de plus en plus l’attention sur la nature injuste et criminelle du système d’apartheid.

Soyez certains que les résultats seront les mêmes en Palestine, avec ou sans la présence physique et l’activité incessante d’Omar Barghouti. En faisant si grand cas de lui, Israël reconnait, en fait, que la campagne de boycott, de désinvestissement et de sanctions représente bien une menace stratégique pour ce pays.

Dr Daud Abdullah

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.middleeastmonitor.com/20170327-israel-turns-bds-co-founder...
URL de cet article 31688
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Thème
Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.