RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Energies renouvelables et droits humains : un divorce gênant pour les prétentions écologiques

Les rapports d’ONG se multiplient pour dénoncer les graves atteintes aux droits humains qui découlent de l’extraction, du transport et de l’exploitation des matériaux nécessaires à la fabrication des technologies utilisées dans les énergies renouvelables. Le silence public qui entoure ces pratiques est assourdissant : il traduit le malaise de personnels politiques et médiatiques à assumer certaines contradictions de l’écologie politique. Car les éoliennes, les panneaux solaires et les batteries de voiture électrique ont un très lourd coût environnemental et humain.

Les conséquences dévastatrices de l’exploitation minière sur des milieux déjà fragilisés

La conception des énergies renouvelables nécessite des minerais, beaucoup de minerais... Or les catastrophes liées à l’utilisation de ces minerais se sont multipliées ces dernières années selon un rapport récent de l’ONG Sherpa intitulé « Ne minons pas la transition écologique ». L’une des plus violentes et importantes fut la rupture d’un barrage du réservoir de rétention d’une mine de fer à Brumadinho au Brésil, en janvier 2019. Le bilan de ce drame humain fait froid dans le dos : 270 morts directs dans un océan de boue toxique et des déchets toxiques par millions de tonnes qui pourraient affecter des millions d’habitants.

Cette catastrophe fait écho à une autre rupture de barrage dans le même pays en 2015. Dans les deux cas, on peut observer un enchevêtrement entre entreprises minières locales, sociétés de prospective internationales, avec des pratiques de certification frauduleuses et une corruption endémique, sans même parler des déplacements forcés de population venant servir de main d’œuvre bon marché sans équipement de protection de base. Comme le démontrait le chercheur Alain Deneault dans son livre « Noir Canada » en 2008, derrière les profits des compagnies minières internationales se cachent encore une mentalité coloniale, via la déstabilisation politique et la corruption endémique, dans un dédain absolu des terres et des hommes. Une partie des minerais qui servent à la construction de nos éoliennes, utilisées par les pouvoirs publics et les entreprises pour leurs campagnes de communication, est donc extrait dans le sang de bien des populations.

Dans d’autres régions, c’est le retour du stress hydrique pour les populations, étant donné les quantités astronomiques d’eau douce nécessaire à l’extraction minière. Le sous-sol riche en lithium de la région de Centenario-Ratones en Argentine par exemple en a fait les frais : disponibilité et qualité moindre de l’eau potable mais aussi pollution des ruisseaux utilisés pour abreuver le bétail et irriguer les cultures. Rappelons que le lithium, comme le cuivre ou le manganèse, fait partie des matériaux essentiels à la construction des batteries de voitures électriques.

Coup de grisou sur les droits humains

Au-delà des désastres écologiques évidents des exemples précédents, plus d’un siècle après les descriptions effroyables des conditions de travail ouvrières dans les mines par Emile Zola dans Germinal, les droits humains restent particulièrement bafoués dans l’industrie des énergies renouvelables. Une étude récente de l’ONG Centre de Ressources sur les Entreprises et les Droits de l’Homme fait état de graves manquements à la dignité humaine par de nombreuses sociétés engagées dans cette industrie.

Le rapport offre un rappel cinglant des racines violentes d’un capitalisme souvent enrobé de verdissage (greenwashing) : saisies illégales de terres, conditions de travail calamiteuses, traitement infamant des populations locales, corruption et collusions politiques avec les élites locales. Mettant l’accent sur les énergies éolienne et solaire, le rapport dresse un classement des 16 entreprises cotées en Bourse les plus importantes dans le secteur, dont deux françaises. La conclusion est glaçante : « Les résultats suggèrent qu’aucune des entreprises (...) n’assume pleinement aujourd’hui (ses) responsabilités en matière de droits de l’Homme. »

L’ONG soulève que pas moins de 197 allégations de violations des droits de l’Homme ont été soulevées contre ces sociétés : meurtres, menaces, intimidations, spoliation des terres, conditions de travail dangereuses, salaires misérables, etc... Cette liste funeste amène à s’interroger sur l’impunité laissée aux entreprises des énergies renouvelables (aucune n’a accepté de répondre à ces allégations), là où d’autres secteurs (comme l’industrie pétrolière ou textile) sont depuis longtemps dans le collimateur des instances politiques nationales, internationales, des ONG et des associations. Sous prétexte d’énergie verte, le secteur des renouvelables devrait-il échapper aux règles internationales ?

On peut penser que le caractère indispensable des énergies renouvelables dans la transition énergétique a justifié de fermer les yeux sur ces exactions scandaleuses. Il est peut-être temps pour une opinion publique occidentale de plus en plus férue d’environnement de porter l’attention des pouvoirs politiques et économiques sur ces activités, par la mise en place de mécanismes de contrôle plus draconiens ou de critères d’investissements adossés aux droits humains. Pour l’avenir de la planète, via l’équilibrage du mix énergétique, nous ne pouvons pas détourner les yeux sans risquer de contrevenir aux objectifs et aux valeurs initiales de l’écologie : la préservation de l’environnement et des populations pour la continuation de la vie.

»» https://www.drapeaurouge.fr/2020/12/18/energies-renouvelables-droits-h...
URL de cet article 36780
  

Même Thème
Les Mondes d’Après (nouvelles d’anticipation écologique)
DIVERS
PAUL ARIES, AURÉLIEN BERNIER, FRÉDÉRIC DENHEZ, MICHEL GICQUEL, JÉRôME LEROY, CORINNE MOREL-DARLEUX, JACQUES TESTART, FRED VARGAS, MAXIME VIVAS Comment ça, y a pu d’pétrole ! ? Faut-il remplacer la Société du Travail Obligatoire par la Société du Partage Obligatoire ? Vous rêvez d’enfouir Daniel Cohn-Bendit dans un tas de compost ? Peut-on faire chanter « l’Internationale » à Dominique Strauss-Kahn ? Le purin d’ortie est-il vraiment inoffensif ? 155 pages 12 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.