RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Fiasco nucléaire

Thomas Piquemal et Jean-Bernard Lévy d’EDF

La rapidité avec laquelle les industries du renouvelable seront en mesure de se développer dans les années à venir, sera largement influencée par les efforts de croissance déployés par les industries du gaz et du nucléaire. Ayant analysé le marché du gaz dans ma dernière chronique, permettez-moi de parler aujourd’hui du nucléaire, et de me concentrer sur un projet qui aura beaucoup à voir avec les perspectives nucléaires à l’échelle mondiale : l’usine EDF de Hinkley Point C.

Je commence par un ensemble de chiffres sûrement destinés à devenir un cas d’école pour les étudiants en commerce.

Imaginez que vous êtes le directeur financier d’une entreprise qui a une capitalisation boursière de 18 milliards d’Euros sur les marchés. On vous demande de trouver 22 milliards d’investissements pour une nouvelle centrale nucléaire, la première d’une toute nouvelle série. Sans cette série, votre entreprise ne peut espérer se développer, en supposant que sa technologie soit en adéquation avec le marché et ne coule pas son business model en exposant son échec. Pourtant, votre jouet est la centrale la plus chère du monde, et l’un des projets de construction les plus coûteux jamais envisagé par les humains, en termes réels. Et voici que vous portez votre bilan à 37 milliards d’Euros de dette nette.

Vous avez deux autres problèmes. Le premier sont les € 55 milliards d’engagements estimés pour maintenir une flotte de réacteurs vieillissants issus des générations précédentes, restant ouverts au-delà de leurs dates de fermeture prévue il y a longtemps. Le second est un nombre inconnu d’autres milliards pour corriger une faille de sécurité détectée dans l’acier d’un récipient sous pression, dans le réacteur témoin de la nouvelle usine que vous devez construire.

Que faire ?

Vous démissionnez, bien sûr.

C’est exactement ce que le directeur financier d’EDF, Thomas Piquemal, a fait le 8 mars.

Maintenant, imaginez que vous êtes le PDG abandonné. Vous faites face à quelques autres problèmes au-delà de la perte de votre directeur financier, le signal envoyé au marché et les raisons de son départ. Moody, l’agence de notation, a averti que votre note de crédit sera rétrogradée si vous continuez le projet, ce qui rend beaucoup plus difficile pour vous d’augmenter votre niveau de dette. Vos syndicats vous supplient de ne pas continuer, et menacent de faire grève si vous le faites. Ils disent ouvertement qu’ils craignent que ce seul projet va mettre en faillite l’entreprise. Pire encore, ils ont des sièges au conseil d’administration, parce que la main-d’œuvre est en partie propriétaire de l’entreprise.

Que faire ?

Dans un monde rationnel, vous démissionnez aussi.

Mais maintenant, imaginez que vous ayez un système de croyance solide comme le roc. Vous ne pouvez pas concevoir un monde sans énergie nucléaire, ou au moins sans votre centrale vitale. Ainsi, au lieu de démissionner, vous choisissez d’annoncer votre détermination renouvelée à construire le projet.

Vous en discutez avec votre patron, le gouvernement français, qui détient la majorité de la société, puis avec votre client final, le gouvernement britannique, et votre co-investisseur minoritaire, le gouvernement chinois. Tous sont des gens qui partagent votre système de croyance, de sorte qu’ils réaffirment aussi leur engagement que ce projet ira de l’avant.

Les Britanniques disent qu’ils ont absolument besoin des 7% d’électricité que le projet fournira, d’ici à 2025, date prévue du lancement. Voilà pourquoi ils ont depuis longtemps accepté un accord sans précédent avec vous, pour vous payer 92,50 £ par mégawattheure, plus de deux fois le prix de vente actuel de l’électricité, garanti pendant 35 ans, et lié à l’inflation – ce qui va alourdir de plusieurs milliards la future facture d’énergie des familles britanniques déjà aux abois. Les fonctionnaires britanniques, quant à eux, suppriment activement l’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique. Les cyniques soupçonnent qu’ils le font en partie pour assurer un marché à l’électricité que votre installation fournira, lorsque vous l’aurez terminée dans 10 ans – comme vous le prétendez, même si, dans vos propres rangs, beaucoup sont sceptiques sur ce délai.

Pourtant votre catalogue de problèmes grandit encore.

Les autorités françaises ouvrent une enquête sur des trucages d’enregistrements dans une usine de fabrication de pièces vitales pour votre centrale électrique. Ils ont identifié des anomalies dans les documents relatifs à 400 composants nucléaires fabriqués pour les centrales existantes en activité à ce jour.

Aux Nations unies, un comité décide que le gouvernement britannique viole ses obligations internationales, en omettant de consulter les pays voisins sur les impacts environnementaux potentiels de votre projet de centrale.

Ensuite, vous vous rendez compte que vous avez dépassé le budget des imprévus. Vous êtes obligés de l’augmenter de plus de 3 milliards d’Euros, sur une note déjà très salée.

Le lendemain, Moody met sa menace à exécution et déclasse votre note de crédit. Standard and Poor’s les rejoint, et va même plus loin, en classant une partie importante de votre dette comme pourrie.

Et cela continue.

Est-ce qu’il ne semble pas que la vie a tendance à être plus étrange que l’art ? Je ne suis pas sûr qu’un auteur aurait pu imaginer que les méandres du fiasco d’Hinkley Point soient si tordues.

En ce qui concerne le dénouement, la seule chose qui reste à résoudre est la forme exacte de l’inévitable tragédie.

Et jusqu’à quel point cet éléphant blanc qu’est le système de croyances brisées et agonisantes de notre société, peut ralentir la croissance des énergies renouvelables.

Par jeremy Leggett – Le 3 juin 2016 – Source jeremyleggett.net

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker Francophone

»» http://lesakerfrancophone.fr/fiasco-nucleaire-et-ralentissant-le-deplo...
URL de cet article 30522
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’illusion de la liberté se perpétuera tant qu’il sera rentable de maintenir l’illusion. À partir du moment où l’illusion deviendra trop coûteuse à maintenir, ils démonteront simplement le décor, ils écarteront les rideaux, ils déplaceront les tables et les chaises et vous verrez alors le mur de briques au fond de la salle.

Frank Zappa

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.