Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


France : le mouvement des dindons veut sauver les emplois à domicile

Depuis le 19 octobre, une pétition fait le buzz sur Internet : plus de 31.000 personnes ont signé l’appel du mouvement des dindons contre la hausse des taxes prévue par le gouvernement sur les emplois à domicile. Ce projet de hausse des taxes fait partie du controversé projet de loi des Finances dont le but est d’atteindre 3% de déficit public, en économisant il propose 10 milliards d’euros de dépenses.

Pour économiser une telle somme, le gouvernement va supprimer plusieurs exonérations dont certaines bénéficient aux classes moyennes et populaires. C’est le cas des exonérations du secteur du service à la personne (SAP), qui regroupent des emplois à domicile : nourrice, jardinier, femme de ménage, réparateur à domicile, professeur à domicile, aide ménagère ou aide soignant. Des privilégiés, vraiment ?

Pénaliser les plus précaires ?

Les emplois à domicile ou services à la personnes (SAP) concernent aujourd’hui plus de 1,5 million de salariés en France, dont 450.000 emplois précaires. Depuis sa création, le secteur des services à la personne est une qualification juridique française ouvrant droit à une exonération d’impôts. Concrètement, les métiers de ce secteur bénéficient d’incitations fiscales que l’État prévoit de supprimer dans son projet de loi des Finances, effectif à partir du 1er janvier 2013.

Le mouvement dindon veut donc rassembler les employeurs à domicile aux côtés de leurs employés. Les dindons craignent qu’une hausse des taxes casse le dynamisme du secteur qui créé 100.000 emplois supplémentaires par an. Le titre de leur pétition est clair : "Non à la taxation massive et destructrice des emplois à domicile !"

Pénaliser les plus précaires reviendrait à une véritable casse sociale. Le monde à l’envers pour un gouvernement socialiste.

Trop d’impôt tue l’impôt ?

Les dindons craignent que les mesures gouvernementales entraînent un retour du travail au noir, fragilisant des dizaines de milliers d’emplois non qualifiés. C’est ce qui s’est passé en Espagne où une mesure similaire a été mise en place avant l’été. Cela a eu un effet pernicieux sur les emplois les plus précaires : 8.000 salariés ont perdu leur couverture sociale et que 400.000 emplois au noir ont été créés tandis que 8.000 salariés ont perdu leur couverture sociale. Qui dit travail au noir dit moins d’argent pour l’État. La sécurité sociale espagnole a perdu plus de 60 millions d’euros. Ce qui est loin d’être une perspective réjouissante pour les finances de l’État.

Ce que souligne les dindons dans leur pétition : "un secteur économique d’avenir, en plein développement, et aux emplois non délocalisables, va être massacré. La destruction des emplois et le retour au travail au noir vont faire disparaître les ressources fiscales supplémentaires attendues par le gouvernement. Trop d’impôt tue l’impôt".

Comme les Pigeons, les dindons réussiront-ils à faire reculer le gouvernement ? La réponse ne devrait plus tarder. D’ici là , la pétition est toujours en ligne.

URL de cet article 18310
   
1914-1918 La Grande Guerre des Classes
Jacques R. PAUWELS
Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale. Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ? C’est la thèse magistrale du nouveau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.