Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


France : le mouvement des dindons veut sauver les emplois à domicile

Depuis le 19 octobre, une pétition fait le buzz sur Internet : plus de 31.000 personnes ont signé l’appel du mouvement des dindons contre la hausse des taxes prévue par le gouvernement sur les emplois à domicile. Ce projet de hausse des taxes fait partie du controversé projet de loi des Finances dont le but est d’atteindre 3% de déficit public, en économisant il propose 10 milliards d’euros de dépenses.

Pour économiser une telle somme, le gouvernement va supprimer plusieurs exonérations dont certaines bénéficient aux classes moyennes et populaires. C’est le cas des exonérations du secteur du service à la personne (SAP), qui regroupent des emplois à domicile : nourrice, jardinier, femme de ménage, réparateur à domicile, professeur à domicile, aide ménagère ou aide soignant. Des privilégiés, vraiment ?

Pénaliser les plus précaires ?

Les emplois à domicile ou services à la personnes (SAP) concernent aujourd’hui plus de 1,5 million de salariés en France, dont 450.000 emplois précaires. Depuis sa création, le secteur des services à la personne est une qualification juridique française ouvrant droit à une exonération d’impôts. Concrètement, les métiers de ce secteur bénéficient d’incitations fiscales que l’État prévoit de supprimer dans son projet de loi des Finances, effectif à partir du 1er janvier 2013.

Le mouvement dindon veut donc rassembler les employeurs à domicile aux côtés de leurs employés. Les dindons craignent qu’une hausse des taxes casse le dynamisme du secteur qui créé 100.000 emplois supplémentaires par an. Le titre de leur pétition est clair : "Non à la taxation massive et destructrice des emplois à domicile !"

Pénaliser les plus précaires reviendrait à une véritable casse sociale. Le monde à l’envers pour un gouvernement socialiste.

Trop d’impôt tue l’impôt ?

Les dindons craignent que les mesures gouvernementales entraînent un retour du travail au noir, fragilisant des dizaines de milliers d’emplois non qualifiés. C’est ce qui s’est passé en Espagne où une mesure similaire a été mise en place avant l’été. Cela a eu un effet pernicieux sur les emplois les plus précaires : 8.000 salariés ont perdu leur couverture sociale et que 400.000 emplois au noir ont été créés tandis que 8.000 salariés ont perdu leur couverture sociale. Qui dit travail au noir dit moins d’argent pour l’État. La sécurité sociale espagnole a perdu plus de 60 millions d’euros. Ce qui est loin d’être une perspective réjouissante pour les finances de l’État.

Ce que souligne les dindons dans leur pétition : "un secteur économique d’avenir, en plein développement, et aux emplois non délocalisables, va être massacré. La destruction des emplois et le retour au travail au noir vont faire disparaître les ressources fiscales supplémentaires attendues par le gouvernement. Trop d’impôt tue l’impôt".

Comme les Pigeons, les dindons réussiront-ils à faire reculer le gouvernement ? La réponse ne devrait plus tarder. D’ici là , la pétition est toujours en ligne.

URL de cet article 18310
   
Une santé aux mains du grand capital ? L’alerte du Médiator.
Michel J. CUNY
Pendant plus de trente ans, un médicament, le Médiator, a réussi à défier le plus simple bon sens. Son histoire accompagne, et peut éclairer, celle de la montée en puissance des multinationales du médicament dont on découvre maintenant que les milliards qu’elles ont engloutis dans la recherche & développement n’ont à peu près rien produit du côté des améliorations thérapeutiques… En face de quoi, le flot des innovations est tout à fait démesuré : il permet de renouveler des brevets qui offrent à leurs (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.