RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Glucksmann : de Mao à Sarkozy, ou la bouillie dans la tête

Je me permets de vous envoyer quelques lignes sur l’événement créé par la mort d’André Glucksmann suscitant de la part des médias des commentaires aussi nombreux que variés, notamment celui d’Emmanuel Macron qui est pour le moins "hérissant" de la part d’un jeune homme qui, hormis être le produit et le perroquet d’un ultralibéralisme qui mène le monde dans le mur, n’hésite pas, en bon communicant, à faire preuve d’un cynisme bien de son époque !

"On l’a oublié aujourd’hui mais il y a eu un vrai combat intellectuel dans le monde critique, dans le monde politique et universitaire français quand il s’agissait de parler des régimes totalitaires en particulier du communisme, et il a fait partie de ces philosophes courageux qui se sont engagés dans la vie de la cité, dans ce combat, et qui ont éclairé très tôt. C’est un vrai esprit critique en même temps qu’une conscience qui disparaît", a déclaré le ministre de l’Economie Emmanuel Macron.

"Combat intellectuel, critique des régimes totalitaires, philosophes courageux, esprit critique, conscience, etc." On rêve !

André Glucksmann après avoir été pour fut contre tout ce pourquoi il avait été pour ! C’était sa façon d’être engagé ! Son sens de la provocation, du bon usage de la communication, sa façon de s’habiller, de se coiffer, de se comporter en rejetant négligemment quelques mèches rebelles (?!) qui certes tombaient - non sans recherche - firent grande impression sur ma génération qui fut aussi la sienne !

Mon admiration fut totalement déçue lorsque le philosophe et poète afghan Sayd Bahodine Majrouh fut assassiné en février 1988 à Peshawar. Pour des raisons qui seraient trop longues à expliquer, j’ai bien connu un de ses fils qui s’était élevé contre la récupération qu’en fit alors André Glucksmann dans Le Monde demandant au quotidien de faire quelques mises au point car Glucksmann se targuait d’avoir connu son père et d’être un ami.

Je ne reviens pas sur l’engagement du même, en 2007, pour Nicolas Sarkozy ni sur sa vision de mai 68 !

"Toute un longue vie d’errance à travers océans
et plaines, vallées et hautes cimes,
j’ai parcouru, traversé et vu germer
quelques vérités.

Avec la première un chemin va
jusqu’aux rivages perdus de l’existence :
Il passe inévitablement
par l’enfer.
Dans la seconde, l’enfer c’est le Moi.
[...]
Si on y allait droit peut-être
y trouverait-on la droite issue pour en sortir.
Mais les vivants n’y vont pas droit.
Ils n’aiment guère aller ainsi et cherchent
à l’éviter, et cherchent
les voies qui se détournent,
les chemins tortueux.
Ils créent et ils se créent
leur propre labyrinthe.
Ils deviennent leur choix.
Ils résident en permanence chez eux :
aux mégapoles de l’enfer."

(Le Voyageur de Minuit, Ego Monstre I, texte français Serge Sautreau, éd. Phébus, p. 21-22).

Sayd Bahodine Majrouh connaissait bien les hommes lui qui savait que l’ultime courage est de donner sa vie pour que l’homme se libère des chaînes de la concupiscence, de l’intolérance et du fanatisme.

URL de cet article 29562
  

La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que vaut un cambriolage de banque face à la création d’une banque ?

Bertolt Brecht

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.