RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Groupe Wolters Kluwer France : une fusion à faire fondre les salaires.

Les salariés de Wolters Kluwer France (Editions Lamy, Dalian, groupe de presse Liaisons, 1500 salariés, dont 300 pigistes) et les représentants du personnel ont découvert avec stupeur que la fusion réalisée le 1er juillet 2007 a caché une opération strictement financière qui affecte durablement le niveau des rémunérations.

Au moment où le Gouvernement "invite" les entreprises et les organisations syndicales à s’engager sur la voie de l’intéressement pour combler la chute du pouvoir d’achat, les salariés de WKF expérimentent combien cette voie est une impasse.

Que s’est-il passé ?

Juste après la fusion réunissant la quasi totalité des entreprises du groupe en une seule entité, la société mère, Wolters Kluwer basée à Amsterdam, donnait l’ordre à la holding française et à Wolters Kluwer France de lui emprunter 500 millions d’euros à un taux d’intérêt supérieur à celui du marché et selon un taux variable. Cet argent prêté ne le fut pas longtemps, puisque la société mère repris aussitôt cette somme importante, ne laissant à Wolters Kluwer France que le remboursement des intérêts d’une dette qui s’élève à 445 millions pour cette seule société. Au second semestre c’est donc 14 Millions d’euros d’intérêts qu’il a fallu rembourser. Soit environ 30 millions d’euros en année pleine sur au moins 15 ans.

Un pur montage financier, qui n’a d’autre objet que de faire remonter de l’argent vers les actionnaires en bénéficiant d’avantages fiscaux.

Cette opération a été menée dans la plus grande opacité : non seulement la direction a refusé depuis novembre 2006, et malgré les demandes de la CGT, de constituer comme le prévoit la loi le comité de groupe dont nous sommes maintenant dépourvus (donc pas d’expertise financière au niveau du groupe !), mais de surcroît la direction a omis de faire désigner en Ce les représentants des salariés habilités à rencontrer l’organe dirigeant de la SAS Wolters Kluwer France. A cela s’ajoute la communication plus que tardive des comptes prévisionnels 2007 : au lieu de les remettre en octobre 2007, nous venons de les recevoir au mois de juin 2008 !

Pour emprunter une telle somme, il faut avoir une certaine valeur : voilà pourquoi dans le même temps la direction WKF opérait une augmentation de capital d’un montant de 80 millions d’euros.

Ces deux éléments distincts, mais complémentaires, ont durablement affecté la réserve spéciale de participation. Avant la fusion, 80 % des salariés du groupe WKF se partageaient 5 millions d’euros. Après la fusion, tous les salariés Wolters Kluwer France (+ 20 % d’effectif) doivent se partager... 200 000 euros.

Alors que la CGT et la CFDT demandaient un surplus de participation pour l’année 2007 et le respect de l’accord de méthodologie qui encadre la négociation d’harmonisation (pétition 500 signatures), la direction accédant à une demande de la CFTC, de FO et du SNJ ouvrait des négociations sur l’intéressement. L’indigence des propositions faites par la direction à amener toutes les organisations syndicales représentatives à ne pas signer cet accord, dont les espérances de gain ne pouvaient être que virtuelles.

En effet, les résultats s’annoncent médiocres en 2008. Force est de constater qu’avec 66 postes vacants, dont 45 depuis plus d’un mois et la remise en cause des plans de rémunération des commerciaux (revus à la baisse, cela va s’en dire) et le début des entretiens de licenciement (en toute illégalité) pour ceux qui ont refusé de signer la baisse de leur salaire, la CGT ne voit pas comment l’entreprise pourrait améliorer ses performances par la magie d’un accord d’intéressement.

Réunis en Assemblée générale, les salariés Wolters Kluwer France ont voté la grève ce mercredi 2 juillet afin d’obtenir : un surplus de rémunération pour l’année 2007, une protection sociale de haut niveau et le respect des prévisions de l’accord de méthodologie qui encadre l’harmonisation des statuts.

Pour tout contact

Anne de Haro
DS CGT 06 81 70 76 66

Martine Laba
DS CGT 06 12 05 59 30

URL de cet article 6871
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"A quoi bon avoir des droits si on nous les retire au moment où on en a le plus besoin ?"

Kyle Kulinski

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.