RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Ces terroristes protégés par l’Administration US

La libération de Posada est déclarée inconstitutionnelle par la Cour Suprême de Panama

Mireya Moscoso, ex-présidente du Panama, qui a gracié "in extremis" les terroristes emprisonnés au Panama

La libération scandaleuse de Luis Posada Carriles et de ses complices par l’ex-présidente mafieuse Mireya Moscoso, survenue le 26 août 2004, a été déclarée inconstitutionnelle par la Cour suprême de justice de Panama qui a pris cette décision à l’unanimité.

Une dépêche de Prensa Latina précise que les magistrats « ont considéré non conformes les trois décrets approuvés par Moscoso » qui a remis en liberté, outre Posada, les assassins notoires Gaspar Jiménez Escobedo, Guillermo Novo Sampoll et Pedro Remón.

Tous se trouvent aujourd’hui libres à Miami, avec la totale tolérance de l’administration de George W. Bush qui prétend lutter contre le terrorisme.

Avec cette déclaration de la cour, les procédures qui ont résulté du pardon de l’ex-présidente doivent revenir à l’état original où ils se trouvaient, selon une note de presse lue aux nouvelles télévisées en soirée du lundi 30, rapporte PL.

« La décision fait référence aux trois décrets promulgués par Moscoso les 25, 26 et 30 août 2004, à la veille de la remise de la présidence au dirigeant actuel, Martin Torrijos », rapporte l’agence.

Posada et ces trois membres de sa bande ont été condamnés par un tribunal panaméen à sept et huit années de prison pour « attenter à la sécurité collective y compris au bien commun et pour falsification de documents ».

On les a trouvé coupables d’avoir planifié un attentat à l’explosif contre le président de

Cuba, durant le Sommet ibéro-américain de Panama en novembre 2000. L’attentat allait être commis à l’Université de Panama, en employant 15 kilos d’explosifs C4, ce qui aurait causé la mort de milliers de participants dans une cérémonie où se trouvait Fidel.

La grâce a été accordée malgré les protestations de nombreuses organisations populaires qui exigent que soient punis les auteurs d’actes terroristes.

TROIS FONCTIONNAIRES DEMEURENT ACCUSÉS D’ABUS DE POUVOIR

Immédiatement après le pardon illégal, trois hauts fonctionnaires complices de la présidente mafieuse Mireya Moscoso, y compris l’ex-ministre de la Justice Arnulfo Escalona, ont aidé le terroriste international Luis Posada Carriles, protégé par le gouvernement Bush, à sortir du pays de façon précipitée.

Escalona, l’ex-directeur de la police nationale Carlos Barés, et le sous-directeur de l’Immigration Javier Tapia, sont accusés d’abus d’autorité et d’avoir outrepassé leurs fonctions, pour avoir libéré Posada et ses complices de leur prison pour les conduire en jets privés venus expressément de Miami.

Au matin du 25 août 2004, a eu lieu au Palais des Garzas, siège du gouvernement, une réunion convoquée par la Moscoso, où ont été mis au point les détails de l’opération pour la sortie en secret des détenus. A leur arrivée, les deux fonctionnaires ont été reçus par la première dame de la République et soeur de la présidente, Ruby Moscoso.

Quelques semaines après l’évasion de Posada et ses complices avec l’aide présidentielle, les médias révélaient existence d’un vidéo montrant comment la Moscoso a obéi servilement aux ordres du gouvernement nord-américain et de la mafia cubano-américaine.

Les images d’une caméra de sécurité de l’aéroport de la capitale du Panama, enregistrés le 26 août 2004, montraient Bares, Tapia et le chef de la Direction des enquêtes et de l’information policière, Arnulfo Escobar, alors qu’ils conversaient et mangeaient avec les quatre terroristes cubano-américains.

Posada partage avec Bosch, de Miami, le titre de terroriste le plus dangereux de l’hémisphère. Et ses complices, tous libres à Miami, ont un vaste passé terroriste : entre autres crimes, Jiménez est l’assassin du technicien cubain Artagnan Dà­az Dà­az, au Mexique ; Remón a exécuté le diplomate cubain Félix Garcà­a Rodrà­guez, et Novo a participé à l’assassinat de l’ex-ministre chilien Orlando Letelier.

L’ACTUEL CONSEILLER DE McCAIN A PARTICIPÉ A L’OPÉRATION

En 2003, l’affaire Posada a été l’objet à Miami d’une campagne menée par des délinquants tels que Roberto Martà­n Pérez, actuel conseiller du candidat présidentiel John McCain, Feliciano Foyo et Horacio Garcà­a, tous ex-directeurs de la FNCA (Fondation Nationale Cubano-Américaine) que Posada a désigné comme étant les financiers de ses activités terroristes.

Le 21 janvier 2004, Otto Reich, Secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental, s’est réuni avec Moscoso. Au cours des jours suivants, une rumeur selon laquelle Reich avait « tout arrangé » a circulé à Miami.

On a su plus tard que la libération de Posada et de sa bande a été négociée à Miami par la propre soeur de la présidente corrompue, Ruby Moscoso, pour une somme de quatre millions de dollars. L’opération a été dirigée par Pedro Gomez, un cubano-américain lié à la Mellon United National Bank, de Miami, qui s’est aussi chargé du paiement des honoraires des défenseurs panaméens, dirigés par le narco-avocat Rogelio Cruz.

Le 12 mai, le ministre Escalona lui-même, maintenant accusé, s’est réuni avec le Sous-secrétaire d’État nord-américain John Bolton, célèbre pour être un extrémiste de droite parmi les plus fanatiques de Washington.

Et le 26 août, quelques heures avant de céder la présidence, la Moscoso signait la grâce qui permettait aux quatre assassins de fuir le pays à toute vitesse.

A Panama, les quatre terroristes ont joui, depuis le début de leur détention, de privilèges et de conditions spéciales qui leur ont permis de recevoir de nombreux visiteurs, parmi lesquels des terroristes connus comme Santiago à lvarez Fernández Magriñá, aujourd’hui prisonnier aux USA pour possession illégale d’armes et Nelsy Ignacio Castro Matos, touts les deux étroitement liés à des organisations terroristes de Miami.

PROTÉGÉ PAR BUSH, IL DEMEURE EN LIBERTÉ

Grâce à des procédures dilatoires à la Cour d’appel de la Nouvelle-Orléans, Bush prétend ignorer la requête en extradition présentée contre Posada par le Venezuela tandis que le terroriste continue à prêcher la terreur par sa présence dans des évènements publics.

Libéré illégalement au Panama et introduit clandestinement aux États-Unis par des éléments de la mafia cubano-américaine, l’assassin, tortionnaire et terroriste Posada Carriles n’a jamais été déclaré terroriste par les autorités nord-américaines, ce qui permettrait son incarcération immédiate et permanente.

Il jouit maintenant d’une liberté totale, à un endroit gardé secret fourni par ses amis et il se réunit quotidiennement avec des dirigeants mafieux, avec la tolérance absolue du gouvernement des États-Unis, de son Département de la justice et du FBI.

Touts les documents originaux du dossier de Posada Carriles conservés durant des années dans les voutes du FBI de Miami ont été détruits en 2003, sur l’ordre de Hector Pesquera, ce même officier de police qui a décidé et effectué, en 1998, l’arrestation de Cinq antiterroristes cubains sous de fausses accusations d’espionnage, qui a ordonné leur détention durant 17 mois dans des cellules de confinement solitaire réservés aux prisonniers récalcitrants et qui a organisé la farce judicaire par laquelle il demeurent aujourd’hui séquestrés dans cinq prisons des États-Unis.

URL de cet article 6870
  

LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Chaque prétendant à l’Empire claironne à l’extérieur qu’il veut conquérir le monde pour y apporter la paix, la sécurité et la liberté, et qu’il sacrifie ses enfants dans un but éminemment noble et humanitaire. C’est un mensonge, et un vieux mensonge, et pourtant des générations se succèdent et y croient !

Si les Etats-Unis ont la prétention de devenir un Empire, comme c’est la cas pour la plupart des nations, alors les réformes internes seront abandonnées, les droits des états seront abolis - pour nous imposer un gouvernement centralisé afin de renier nos libertés et lancer des expéditions à l’étranger.

Alors le Rêve Américain mourra - sur des champs de batailles à travers le monde - et une nation conçue dans la liberté détruira la liberté des Américains et imposera la tyrannie pour assujettir les nations.

George S. Boutwell - (1818-1905), Secrétaire du Trésor sous le Président Ulysses S. Grant, Governeur du Massachusetts, Sénateur and Représentant du Massachusetts

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.