Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Il y a 50 ans, Malcom X

Il y a 50 ans jour pour jour, Malcom X était assassiné. Les circonstances n’ont pas été éclaircies mais tout porte à croire de l’implication de la police de New York et du FBI. D’ailleurs seule la moitié des 40.000 pages des dossiers du FBI ont été rendues publiques à ce jour selon Manning Marable, biographe de Malcolm.

Malcolm X est connu la plupart du temps comme un des dirigeants de l’organisation nationaliste noire Nation of Islam. Ce qui est moins connu, c’est qu’au cours de la dernière année de sa vie, Malcolm X a quitté Nation of Islam et que ses positions politiques avaient radicalement changé.

Alors que le mouvement des droits civiques commençait à prendre de l’ampleur au début des années 60, la volonté de Malcolm de participer à la politique s’est heurtée au conservatisme des dirigeants de Nation of Islam qui ont voulu rester une organisation principalement religieuse et culturelle. Durant l’année qui a séparé son départ de Nation of Islam et son meurtre, ses idées et méthodes politiques ont rapidement évolué, il s’est nettement éloigné du nationalisme noir.

Pendant la dernière année de sa vie, Malcolm a reconnu que le système capitaliste était la cause première de l’oppression et des humiliations dont souffraient les Afro-américains. Bien qu’il n’ait jamais rejeté l’Islam, il a cessé de développé son organisation politique sur une base religieuse. Malcolm a aussi prononcé cette fameuse phrase : « vous ne pouvez pas avoir de capitalisme sans racisme. » Malcolm n’est jamais devenu un socialiste et il n’a jamais rompu avec certaines idées conservatrices qu’il avait acquises tôt dans sa vie. Cependant, à l’heure de sa mort, la trajectoire suivie par sa pensée politique était en direction de l’anticapitalisme et de l’internationalisme.

De Malcom X, on retient surtout sa déclaration, suite à la mort de Kennedy « la violence de l’homme blanc a fini par se retourner contre lui, on récolte ce que l’on sème ». Mais, ceux qui représentent Malcolm X comme un raciste anti-Blanc se trompent et passent sous silence ce qu’il a réellement déclaré : « La responsabilité du système capitaliste dans l’oppression raciale est fondamentale ». Son engagement pour le changement révolutionnaire était intransigeant à tel point que son mouvement ne pouvait être incorporé dans les partis politiques dominés par les grandes entreprises. Il représentait une vraie menace pour l’establishment.

Après avoir vu le traitement cruel que le gouvernement étasunien réservait au Afro-étasuniens, Malcolm a reconnu un racisme similaire dans les interventions à l’étranger. Malcolm avait compris que, si le Président Lyndon Johnson avait envoyé des troupes au Nigéria et des mercenaires au Congo, c’était pour satisfaire les ambitions matérielles de la classe dirigeante. Il a sévèrement critiqué le colonialisme, l’apartheid ainsi que les interventions des États-Unis au Congo et au Vietnam. Il a par ailleurs chaleureusement soutenu la Révolution cubaine.

Aujourd’hui, 50 ans après la mort de Malcolm X, alors que les mobilisations de masse du mouvement des droits civiques des années 60 ont éliminé le racisme légal et codifié, les racines économiques de l’inégalité raciale n’ont toujours pas disparu. Dans les faits, les conditions sociales auxquelles sont confrontés beaucoup d’Afro-étasuniens ont empiré.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/02/i...
URL de cet article 28043
   
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs.

Malcolm X.


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.