Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Il y a 50 ans, Malcom X

Il y a 50 ans jour pour jour, Malcom X était assassiné. Les circonstances n’ont pas été éclaircies mais tout porte à croire de l’implication de la police de New York et du FBI. D’ailleurs seule la moitié des 40.000 pages des dossiers du FBI ont été rendues publiques à ce jour selon Manning Marable, biographe de Malcolm.

Malcolm X est connu la plupart du temps comme un des dirigeants de l’organisation nationaliste noire Nation of Islam. Ce qui est moins connu, c’est qu’au cours de la dernière année de sa vie, Malcolm X a quitté Nation of Islam et que ses positions politiques avaient radicalement changé.

Alors que le mouvement des droits civiques commençait à prendre de l’ampleur au début des années 60, la volonté de Malcolm de participer à la politique s’est heurtée au conservatisme des dirigeants de Nation of Islam qui ont voulu rester une organisation principalement religieuse et culturelle. Durant l’année qui a séparé son départ de Nation of Islam et son meurtre, ses idées et méthodes politiques ont rapidement évolué, il s’est nettement éloigné du nationalisme noir.

Pendant la dernière année de sa vie, Malcolm a reconnu que le système capitaliste était la cause première de l’oppression et des humiliations dont souffraient les Afro-américains. Bien qu’il n’ait jamais rejeté l’Islam, il a cessé de développé son organisation politique sur une base religieuse. Malcolm a aussi prononcé cette fameuse phrase : « vous ne pouvez pas avoir de capitalisme sans racisme. » Malcolm n’est jamais devenu un socialiste et il n’a jamais rompu avec certaines idées conservatrices qu’il avait acquises tôt dans sa vie. Cependant, à l’heure de sa mort, la trajectoire suivie par sa pensée politique était en direction de l’anticapitalisme et de l’internationalisme.

De Malcom X, on retient surtout sa déclaration, suite à la mort de Kennedy « la violence de l’homme blanc a fini par se retourner contre lui, on récolte ce que l’on sème ». Mais, ceux qui représentent Malcolm X comme un raciste anti-Blanc se trompent et passent sous silence ce qu’il a réellement déclaré : « La responsabilité du système capitaliste dans l’oppression raciale est fondamentale ». Son engagement pour le changement révolutionnaire était intransigeant à tel point que son mouvement ne pouvait être incorporé dans les partis politiques dominés par les grandes entreprises. Il représentait une vraie menace pour l’establishment.

Après avoir vu le traitement cruel que le gouvernement étasunien réservait au Afro-étasuniens, Malcolm a reconnu un racisme similaire dans les interventions à l’étranger. Malcolm avait compris que, si le Président Lyndon Johnson avait envoyé des troupes au Nigéria et des mercenaires au Congo, c’était pour satisfaire les ambitions matérielles de la classe dirigeante. Il a sévèrement critiqué le colonialisme, l’apartheid ainsi que les interventions des États-Unis au Congo et au Vietnam. Il a par ailleurs chaleureusement soutenu la Révolution cubaine.

Aujourd’hui, 50 ans après la mort de Malcolm X, alors que les mobilisations de masse du mouvement des droits civiques des années 60 ont éliminé le racisme légal et codifié, les racines économiques de l’inégalité raciale n’ont toujours pas disparu. Dans les faits, les conditions sociales auxquelles sont confrontés beaucoup d’Afro-étasuniens ont empiré.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/02/i...
URL de cet article 28043
   
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.

Karl Marx


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.