Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Il y a 50 ans, Malcom X

Il y a 50 ans jour pour jour, Malcom X était assassiné. Les circonstances n’ont pas été éclaircies mais tout porte à croire de l’implication de la police de New York et du FBI. D’ailleurs seule la moitié des 40.000 pages des dossiers du FBI ont été rendues publiques à ce jour selon Manning Marable, biographe de Malcolm.

Malcolm X est connu la plupart du temps comme un des dirigeants de l’organisation nationaliste noire Nation of Islam. Ce qui est moins connu, c’est qu’au cours de la dernière année de sa vie, Malcolm X a quitté Nation of Islam et que ses positions politiques avaient radicalement changé.

Alors que le mouvement des droits civiques commençait à prendre de l’ampleur au début des années 60, la volonté de Malcolm de participer à la politique s’est heurtée au conservatisme des dirigeants de Nation of Islam qui ont voulu rester une organisation principalement religieuse et culturelle. Durant l’année qui a séparé son départ de Nation of Islam et son meurtre, ses idées et méthodes politiques ont rapidement évolué, il s’est nettement éloigné du nationalisme noir.

Pendant la dernière année de sa vie, Malcolm a reconnu que le système capitaliste était la cause première de l’oppression et des humiliations dont souffraient les Afro-américains. Bien qu’il n’ait jamais rejeté l’Islam, il a cessé de développé son organisation politique sur une base religieuse. Malcolm a aussi prononcé cette fameuse phrase : « vous ne pouvez pas avoir de capitalisme sans racisme. » Malcolm n’est jamais devenu un socialiste et il n’a jamais rompu avec certaines idées conservatrices qu’il avait acquises tôt dans sa vie. Cependant, à l’heure de sa mort, la trajectoire suivie par sa pensée politique était en direction de l’anticapitalisme et de l’internationalisme.

De Malcom X, on retient surtout sa déclaration, suite à la mort de Kennedy « la violence de l’homme blanc a fini par se retourner contre lui, on récolte ce que l’on sème ». Mais, ceux qui représentent Malcolm X comme un raciste anti-Blanc se trompent et passent sous silence ce qu’il a réellement déclaré : « La responsabilité du système capitaliste dans l’oppression raciale est fondamentale ». Son engagement pour le changement révolutionnaire était intransigeant à tel point que son mouvement ne pouvait être incorporé dans les partis politiques dominés par les grandes entreprises. Il représentait une vraie menace pour l’establishment.

Après avoir vu le traitement cruel que le gouvernement étasunien réservait au Afro-étasuniens, Malcolm a reconnu un racisme similaire dans les interventions à l’étranger. Malcolm avait compris que, si le Président Lyndon Johnson avait envoyé des troupes au Nigéria et des mercenaires au Congo, c’était pour satisfaire les ambitions matérielles de la classe dirigeante. Il a sévèrement critiqué le colonialisme, l’apartheid ainsi que les interventions des États-Unis au Congo et au Vietnam. Il a par ailleurs chaleureusement soutenu la Révolution cubaine.

Aujourd’hui, 50 ans après la mort de Malcolm X, alors que les mobilisations de masse du mouvement des droits civiques des années 60 ont éliminé le racisme légal et codifié, les racines économiques de l’inégalité raciale n’ont toujours pas disparu. Dans les faits, les conditions sociales auxquelles sont confrontés beaucoup d’Afro-étasuniens ont empiré.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/02/i...
URL de cet article 28043
   
Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.