Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Instituer la « règle d’or » : Abattre l’arbre des possibles

La « règle d’or », c’est quoi ? C’est le projet du gouvernement et de Nicolas Sarkozy d’inscrire dans la Constitution une obligation de limiter les déficits publics. Plus précisément, il s’agirait d’instituer des « lois-cadres d’équilibre des finances publiques », qui s’appliqueraient autant au budget de l’État qu’à celui de la Sécurité Sociale.

Derrière tout un jargon technique volontairement obscur, ce projet est l’une des plus graves atteintes à la souveraineté de la France qui soit, puisqu’il s’agira ni plus ni moins que de soumettre constitutionnellement l’ensemble des politiques publiques à des impératifs d’équilibres budgétaires. C’est d’un cynisme incroyable : après avoir artificiellement endetté notre pays durant des décennies (cf. Loi du 3 Janvier 1973, relative à la privatisation de l’émission monétaire), l’oligarchie se sert désormais de cette Dette comme d’un prétexte pour instituer une règle constitutionnelle qui obligera tous les gouvernements à appliquer une politique de « rigueur » pour « régler la question de Dette ».

Et une politique de rigueur, aujourd’hui, c’est quoi ? C’est privatiser de façon débridée les entreprises publiques, c’est organiser une diminution des salaires, des prestations et de l’ensemble des acquis sociaux. Plus clairement encore, c’est livrer la France, pieds et mains liés par la Constitution, aux prédateurs de la Finance qui se feront un plaisir de racheter son patrimoine public, et ainsi de mettre en place une domination totale sur notre pays.

Il s’agit clairement d’un putsch du cartel bancaire, organisé et soutenu par le gouvernement Fillon - Sarkozy. Après avoir « sauvé » les banques proches de la faillite en endettant la France, le gouvernement se sert de cette même Dette pour justifier l’institutionnalisation constitutionnelle d’une politique de rigueur, soit d’une politique intégralement soumise à la Banque. Cette trahison sans précédent condamne notre pays à la ruine et à la soumission à des élites aussi cupides que cyniques. C’est l’avènement d’une nouvelle féodalité, où les seigneuries d’antan, légitimées par le pouvoir royal et divin, abolies par la Révolution Française, se trouvent rétablies et remplacée par une nouvelle domination bancaire, mondialiste et apatride, dont les agences de notation sont les armes de prédilection.

Instituer la règle d’or, c’est abattre l’arbre des possibles, et condamner la France à travailler pour la seule prospérité du cartel bancaire, troublant de fait l’ensemble des perspectives politiques alternatives. Instituer la règle d’or, c’est ériger « l’équilibre budgétaire » comme fondement de toute politique gouvernementale : c’est le triomphe de la Finance et de la Banque sur la Politique.

Face à la domination bancaire et à ses auxiliaires gouvernementaux, la Dissidence Française propose un projet économique de redressement national, incluant notamment l’abrogation de la Loi du 3 Janvier 1973, la nationalisation du système bancaire et de l’émission monétaire. Il s’agit du préalable indispensable à toute politique alternative.

Afin de concrétiser notre engagement contre la Finance, contre cette règle inique et les politiques destructrices qu’elle véhicule, j’appelle à un nouveau « Bankrun », au niveau national, le 15 Septembre 2011, soit 3 ans jour pour jour après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers…

Vincent Vauclin

http://la-dissidence.org

URL de cet article 14432
   
Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La misère ne rassemble pas, elle détruit la réciprocité.

Wolfgang Sofsky

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.