RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Interview du général Dominique Delawarde sur la 3ème intifada en Palestine

Général Dominique Delawarde :

"Je rappelle au lecteur que j’ai servi près de deux ans au Proche-Orient, en deux séjours et que j’y ai perdu ma naïveté de bon soldat qui ne cherche pas à comprendre".

*
Interview sur la 3ème intifada en Palestine

Question : Le 7 octobre dernier une attaque organisée par le Hamas contre l’État d’Israël a été particulièrement meurtrière pour cet État. Pouvez vous nous faire connaître vos premières réactions « à chaud .

Réponse DD : Aucune réaction « à chaud » sur une nouvelle et énième péripétie du conflit israélo-palestinien ne peut être pertinente sans prendre la précaution de la replacer dans un contexte historique plus large. Réagir sans prendre de recul et blablater sans fin sur la base d’informations délivrées par les médias occidentaux, dont on connaît l’inculture et la partialité des narratifs sur le sujet, me paraît stérile, voire contre productif. C’est la raison pour laquelle, je ne me suis pas exprimé pendant une semaine, cherchant à diversifier mes sources d’information, et à sortir, si nécessaire, de la bien-pensance occidentale convenue du « tous derrière Israël ». On se souvient bien sûr de la bien-pensance totalitaire occidentale qui voulait qu’on soit « tous Charlie » ou qu’on soit « Tous vaccinés, tous protégés »...

À ceux qui liront ces lignes, je recommande de visionner, avant de s’exprimer, cet excellent documentaire publié par la chaîne nationale de TV publique, Antenne 2, en 1991 et qui n’a pas pris une ride.

C’est ce documentaire mainstream sur le conflit israélo-palestinien que je proposais à mes soldats et à mes camarades avant leur engagement au Proche-Orient, dans le cadre de l’ONU. Il me paraît équilibré. C’est peut être la raison pour laquelle les lobbies pro-Israël, et les « sayanim » [informateurs] travaillant à leur profit, avaient tenté d’empêcher sa diffusion, à l’époque, et avaient obtenu de le faire passer à une heure tardive de faible écoute. Regardez bien ce documentaire, car je doute qu’une production de cette qualité et de cette impartialité puisse être encore diffusée, aujourd’hui, sur une télévision occidentale : son titre ? « Israel-Palestine comprendre par l’histoire (1880-1991) ».

Question : Vous semblez mettre en doute l’impartialité des médias occidentaux pour traiter du conflit israélo-palestinien, pouvez vous préciser votre pensée ?

Réponse DD : Bien sûr.

Plusieurs événements très importants se sont déroulés en ce début d’octobre 2023 dans le monde.

1. Un tremblement de Terre en Afghanistan qui a fait, avec ses répliques toujours en cours, plus de 2400 morts et des dizaines de milliers de blessés et/ou de sans abris.1

2. Un bombardement non revendiqué (donc parfaitement signé, selon moi) d’une cérémonie de baptême d’une promotion d’élèves officiers en Syrie avec 112 morts dont 21 civils parmi lesquels des femmes et des enfants.2

Ces morts viennent s’ajouter aux plus de 500 000 victimes d’un conflit suscité et entretenu par une coalition israélo-occidentale au seul profit d’Israël.3

3. Un exode massif des populations arméniennes du Haut-Karabakh, suite à une attaque azérie, l’Azerbaïdjan étant soutenu par deux alliés traditionnels, pour les livraisons d’armes et de conseillers militaires : Israël et la Turquie.4

4. Une guerre en Ukraine qui continue de faire plus de 5000 tués par semaine, en ce début d’octobre 2023.

Lorsque le 7 octobre 2023 survient l’attaque du Hamas contre Israël qui aurait fait, à ce jour, environ 3000 morts (1500 israéliens, 1537 Palestiniens), tous ces événements importants énumérés précédemment disparaissent quasiment du traitement de l’actualité en France pour laisser 90% de l’espace éditorial au conflit israélo-palestinien avec, pour seule ligne éditoriale autorisée : « Tous derrière Israël ».

Cette disproportion dans le traitement médiatique des événements en faveur d’Israël appelle évidemment quelques questions :

La vie d’un Afghan, d’un Syrien, d’un Arménien ou d’un Palestinien vaut-elle moins que la vie d’un Israélien pour les médias occidentaux ?

Le lobbying pro-Israélien en occident a-t-il pu jouer un rôle dans la disproportion du traitement médiatique des événements en faveur d’Israël ?

QUI contrôle vraiment la meute médiatique occidentale ?

On notera avec intérêt que ce traitement médiatique disproportionné en faveur d’Israël, reste une spécificité occidentale. Les médias africains, asiatiques, sud-américains, et russes paraissent beaucoup plus équilibrés que les nôtres sur cette affaire.

Question : Au delà du traitement médiatique qui est fait de cet épisode dramatique, que penser de l’ampleur des pertes subies par l’État hébreu ? Peut-on qualifier l’opération de « terroriste » ?

Réponse DD : Avec plus de 1500 morts et 4000 blessés en une semaine et à ce jour5, Israël enregistre le bilan humain le plus lourd depuis sa première guerre de 1948-1949 qui avait duré près de dix mois (4000 soldats + 2400 civils tués) (NB : La guerre des six jours n’avaient fait que 780 morts et 2600 blessés dans les rangs israéliens, et dans la guerre de 1956 Israël avait compté 299 morts et 900 blessés).

Quant à la « guerre à la Covid-19 », elle a coûté 12 691 décès à Israël, pionnier et promoteur de la vaccination expérimentale de masse. 9791 décès étant survenus après le début de la campagne vaccinale...

Du côté palestinien, on compte 1537 morts et plus de 6610 blessés dont près de la moitié de femmes et d’enfants (250 femmes et 447 enfants) à l’heure où j’écris ces lignes6. Il y en aura beaucoup plus demain. Dans sa guerre à la Covid, l’État palestinien, moitié moins vacciné qu’Israël, n’a enregistré que 5504 décès (7200 de moins qu’Israël).

Des femmes et des enfants ont été tués des deux côtés, dans une proportion de près de 50%. Bien sûr, le bilan est et restera globalement pire dans le camp palestinien qui est moins bien armé. L’observateur éclairé ne peut qu’être surpris de l’ampleur des pertes israéliennes. On n’est plus dans les rapports de perte de un à plus de dix, voire de un à cent, qui ont toujours caractérisé les opérations de répression israélienne, soutenues par l’occident, contre la bande de Gaza.

Les mouvements de résistance ont toujours été qualifiés de terroristes par les puissances occupantes dans tous les conflits que la terre ait porté. C’est un enseignement de l’histoire. Mais il y a plusieurs formes de terrorisme. Celui du faible au fort qui tente, par tous les moyens, de s’opposer à l’oppression qui lui est appliquée, celui du fort au faible, qui est un terrorisme d’État, et qui consiste, par exemple, à enfermer le faible dans des zones concentrationnaires pour mieux le contrôler et le soumettre.

L’exemple du ghetto de Varsovie et de son soulèvement le 19 avril 1943 dans un combat sans espoir « pour votre liberté et pour la nôtre » constitue un parfait exemple de ces deux formes de terrorisme : celui de l’oppression et celui de la résistance.

La citation d’un combattant révolté du ghetto de Varsovie devrait aujourd’hui nous revenir en mémoire et nous inciter à réfléchir.

« Nous ne voulons pas sauver notre vie. Personne ne sortira vivant d’ici. Nous voulons sauver la dignité humaine ». Arie Wilner (pseudonyme Jurek)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Izrael_Chaim_Wilner ,
soldat de la ŻOB
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%BBydowska_Organizacja_Bojowa

Peut-on établir un parallèle entre le ghetto de Varsovie et la Zone concentrationnaire de Gaza dans laquelle s’entassent 2 millions de Palestiniens sur 352 km² soit une densité de 6000 h/km², le tout sous la haute surveillance, voire les provocations de Tsahal ? Je laisse à chacun le soin de répondre à cette intéressante question.

Enfin, s’agissant de terrorisme au proche orient, il n’a jamais été l’exclusivité des Palestiniens.

On se souvient du 22 Juillet 1946, et de l’attentat terroriste de l’Irgoun sur l’Hotel King David, 91 tués et 46 blessés.

On se souvient du massacre de Deir Yassin du 9 avril 1948, perpétré par les Israéliens, et qui a fait 254 victimes, femmes, enfants vieillards, assassinés froidement, au point que Anna Arendt et Albert Einstein ont co-signé une lettre ouverte le 2 décembre 1948 dans le New York Times, pour dénoncer cette « barbarie ». Menahem Begin, responsable de ce massacre a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1978.7

On se souvient de l’assassinat le 17 septembre 1948 de Folke Bernadotte, envoyé de l’ONU à Jérusalem, par le groupe terroriste juif le Lehi (6 balles reçues) et du colonel français André Serot, chef des observateurs de l’ONU (18 balles reçues). Arrêtés pour la forme, les assassins feront 18 jours de prisons pour leur crime. Le tueur de Bernadotte, Yeoshua Cohen sera élu député, et deviendra garde du corps personnel de Ben Gourion. L’impunité, c’est bien ce qui a toujours caractérisé le terrorisme israélien, y compris le terrorisme d’État.8

On se souvient aussi du massacre de Tantura de mai 1948 perpétré par l’Armée régulière israélienne.9

Enfin, l’assassinat d’enfants palestiniens désarmés par les snipers de Tsahal a atteint, pour l’année 2023, qui n’est pas finie, un plus haut depuis quinze ans.10,11

Lorsqu’on s’informe correctement, on comprend mieux pourquoi la cocote minute de Gaza a fini par exploser. Pourquoi les hommes ont fini par prendre les armes en si grand nombre tout en sachant qu’ils allaient mourir. Ils ont mis en application la citation du révolté Arie Wilner du ghetto de Varsovie :

« Nous ne voulons pas sauver notre vie. Personne ne sortira vivant d’ici. Nous voulons sauver la dignité humaine ». Arie Wilner (pseudonyme Jurek), soldat de la ŻOB

Question : De nombreuses rumeurs indiquent que la gouvernance israélienne aurait été prévenue de cette attaque du Hamas et aurait laissé faire. Que pensez vous de ces affirmations ?

Réponse DD : Je ne peux confirmer ce scénario sans preuves suffisantes, très solides et incontestables. Je me limiterai donc à admettre que ce scénario est non seulement plausible mais probable. Il a d’ailleurs été rapporté par des journaux israéliens et repris dans plusieurs pays.

Le Premier ministre israélien Netanyahou était en grande difficulté sur son projet visant à réformer la Justice et sur ses démêlés personnels avec la Justice de son pays. La population israélienne était profondément divisée en ce début de mois d’octobre 2023. Rien de tel qu’une grande peur et qu’une petite guerre pour refaire l’unité du pays face à un ennemi commun surtout lorsqu’on connaît le cynisme et le jusqu’au boutisme du personnage Netanyahou, nommé treize fois, sur les treize éditions annuelles, au palmarès confessionnel de l’influence du Jerusalem Post.

Voir et revoir les deux très courtes vidéos suivantes :

https://twitter.com/i/status/1544396773103370241

et surtout celle sous le titre : La méthode Netanyahou (sous-titrée en français)

Question : Quelles conséquences, selon vous, pour le Proche-Orient et pour le monde de cette attaque d’Israël par le Hamas ?

D.D.. Il est difficile et sans doute trop tôt pour en faire l’inventaire exhaustif.

Le soutien financier et militaire des EU à l’égard d’Israël se fera probablement au détriment du soutien à l’Ukraine. Comme à leur habitude, les Européens suivront l’exemple de leur maître EU. L’évolution du rapport de force en défaveur de l’Ukraine va donc s’accélérer et faciliter la victoire militaire de la Russie lorsque celle ci estimera le moment opportun. À mon avis, pas avant l’été 2024 pour la signature d’un traité de paix après la capitulation sans condition de l’Ukraine.

Sur le plan économique, le niveau de production et de livraison de l’énergie (gaz, pétrole) pourrait être impacté. Les pays du Golfe et la Russie, très concernés par la crise israélo-palestinienne, et qui détiennent les clefs de l’approvisionnement énergétique mondial, décideront ensemble de la conduite à tenir en fonction de l’évolution des événements en Palestine et autour. Une crise énergétique n’est pas à exclure pour l’occident, ce qui viendrait accentuer son déclassement dans la hiérarchie économique mondiale.

Notons, pour mémoire, que la position des BRICS sur le problème palestinien est clairement une solution à deux Etats dans les frontières de 1967. Cette position a été réitérée à plusieurs reprises dans les déclarations finales concluant les sommets annuels des BRICS depuis 2008. Tous les États BRICS ont reconnu l’État palestinien dans ses frontières de 1967 à l’ONU.

Sur le plan médiatique, le conflit israélo-palestinien, nouvel os à ronger, va réduire d’autant la focalisation sur l’Ukraine. Les experts de plateau TV vont devoir se reconvertir en experts du Proche et du Moyen-Orient. Jugés sur leur aptitude à relayer les narratifs otaniens de leur gouvernance respective, ils devraient réussir leur reconversion sans problèmes ...

Sur le plan géopolitique, on devrait voir s’affirmer toujours davantage les diplomaties de la multipolarité, reconnues plus « impartiales » hors de l’entre-soi otanien, face aux diplomaties moribondes de l’occident global, soumises à l’hégémon Israélo-EU, dont elles sont devenues les proxies au fil du temps.

Dominique Delawarde. (https://reseauinternational.net/author/delawarde/).

https://tass.com/emergencies/1686689
https://www.letemps.ch/une-attaque-contre-une-academie-militaire-en-sy...
https://www.dailymotion.com/video/x14cye1
https://www.courrierinternational.com/exode-la-plupart-des-habitants-d...
https://tass.com/world/1689459
https://tass.com/world/1689459
https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Deir_Yassin
https://fr.wikipedia.org/wiki/Folke_Bernadotte
https://www.rfi.fr/2022/12/12/tantura-un-documentaire-israélien-sur-le-martyre-oublié-d-un-village-palestinien-en-1948
https://www.liberation.fr/en-palestine-le-nombre-denfants-tues-par-les...
https://french.alahednews.com.lb/12554

»» https://reseauinternational.net/interview-du-general-dominique-delawar...
URL de cet article 38997
  

Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels
Manifeste du Parti Communiste (1848)

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.