RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Israël-Palestine : après le cessez-le-feu, quoi ?

Cinquante jours d’une guerre déclenchée par le gouvernement israélien sous un prétexte fallacieux. Cinquante jours au cours desquels la cinquième armée du monde a noyé sous le fer et le feu les 1.800.000 habitants des 380 km2 de la bande de Gaza. Cinquante jours et 2200 morts palestiniens parmi lesquels près de 500 enfants, des milliers de blessés, des destructions massives. L’accord de cessez-le-feu intervenu hier soir permet, enfin, aux femmes et aux hommes de Gaza de souffler, d’espérer vivre. Simplement vivre et ne pas être, au petit matin, fauchés par un missile. Il permet aussi aux familles d’Israël ayant un enfant à l’armée d’espérer le voir revenir vivant, 80 soldats israéliens ayant péri dans ce qui restera dans l’histoire contemporaine comme un massacre à grande échelle.

Netanyahu et sa bande d’ultras devront répondre devant la justice internationale pour crimes de guerre et contre l’humanité. Leur sale guerre avait un seul objectif : casser l’union enfin réalisée entre les différentes composantes palestiniennes, y compris avec le Hamas. C’est par le mensonge et la manipulation des opinions publiques que le massacre a démarré et s’est poursuivi pendant cinquante jours.

L’assassinat de trois jeunes israéliens au début de l’été a été attribué au Hamas, le premier ministre Netanyahu annonçant que l’organisation « paiera cher l’ignoble crime ». Quelques jours plus tard, les avions israéliens bombardaient la bande de Gaza. Or, la police de Jérusalem a reconnu que ces trois jeunes israéliens avaient été victimes d’un crime sordide relevant du fait divers.

Le cessez-le-feu constitue une première étape. C’est au peuple palestinien, et à lui seul, d’apprécier le contenu de l’accord. Avec lui, nous exigeons la fin du blocus de la bande de Gaza, l’accès libre à la mer pour le pêcheurs, une aide internationale immédiate et importante pour venir en aide à la population et pour la reconstruction avec une participation d’Israël au titre de dommages de guerre. Avec lui, nous exigeons la libération de tous les prisonniers politiques, l’arrêt des colonisations et surtout la construction de la paix pour tous, Palestiniens de la bande de Gaza et de Cisjordanie.

Solidaires du peuple palestinien, nous veillons à ne pas interférer dans ses décisions. En revanche, il nous revient de ne pas laisser sans réaction la participation de jeunes français - pas seulement bi nationaux – à la guerre faite à la population de Gaza sous l’uniforme de l’armée israélienne. Plusieurs d’entre eux ont participé aux opérations terrestres, l’un d’entre eux, blessé, a même témoigné sur une chaîne de télévision française. A juste titre, les autorités ont décidé des poursuites judiciaires contre des jeunes français ayant rejoint en Syrie les rangs des djihadistes. Les Français incorporés dans l’armée israélienne, au service d’une puissance étrangère, doivent donc être traduits devant les tribunaux.

Il nous revient aussi d’exiger des autorités françaises de dépasser les formules creuses et de participer enfin à une action internationale concertée au sein de l’ONU afin d’IMPOSER la paix à Netanyahu et aux siens ainsi que la reconnaissance de deux Etats. L’OLP et le Hamas y sont prêts. Pas Tel-Aviv.

José Fort

»» http://www.humanite.fr/blogs/israel-palestine-apres-le-cessez-le-feu-quoi-550220
URL de cet article 26780
  

Même Thème
Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN
L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sans une main de fer derrière - McDonald ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le fabricant (de l’avion de guerre) F15.

Thomas L. Friedman "A Manifesto for a fast World"
New York Times Magazine, 28 Mars, 1999

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.