RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

Quand Emmanuel Macron prend une averse

Dans les grandes banques d’affaires, comme celles des Rothschild, presque tout est rédigé en sabir anglo-américain, donc on pense en sabir anglo-américain.

Malgré de longues études dans un lycée de jésuites bien français, le surdoué Macron n’a pas échappé à la règle.

Invité dans une réunion de patrons (où l’on reconnaît Madame de Menthon, née Sophie-Marie-Clarisse-Anne-Bernadette Turpin), et même en tant que Secrétaire Général adjoint à la Présidence de la République, il ne peut s’empêcher de produire ce charabia de colonisé dans sa tête :

"Nous sommes une société mature mais averse au risque où l’entreprenariat est insuffisamment considéré et où règne l’anarcho-syndicalisme."

Je passe rapidement sur la référence à l’anarcho-syndicalisme qui témoigne soit d’une singulière bêtise politique, soit plutôt (car l’homme n’est pas bête) du désir de plaire à ses bons maîtres. D’autant qu’il vient de concéder que "les normes sociales et autres" (notez le mépris de "et autres" et l’utilisation de "normes" à la place de "lois"), "les Français y sont attachés et on ne peut pas spontanément tout faire basculer." En d’autres termes, il faudra un peu de vaseline pour imposer la dictature, pardon l’hégémonie totale, du CAC 40. J’ajouterai que, malgré une pratique syndicale de près de 50 ans, j’ai croisé un maximum de trois pelés et un tondu anarcho-syndicaliste dans notre pays.

Je ne sais pas trop ce qu’est une société "mature", mais je devine. En revanche, l’expression "une société averse au risque" me scandalise. Voilà un exécrable exemple d’anglais en français. L’expression "averse à" n’existe pas dans la langue des jésuites français. En revanche "to be averse to doing" signifie "répugner à faire". "I am not averse to an occasional drink" signifie "j’aime bien boire un petit coup de temps en temps".

Si je voulais pinailler, je terminerais en signalant que "l’entreprenariat est insuffisamment considéré" est un calque de l’anglais ("entrepreneurship is insufficiently considered"), avec l’utilisation de la voix passive, et aussi dans la mesure où les verbes "to consider" et "considérer" ne sont pas parfaitement superposables.

Alors comme ça, ce jeune homme a épousé sa prof de français et il est toujours aussi approximatif dans sa langue maternelle ! C’est bien triste. Mais quand on pense dans une langue autre que la sienne, on pense mal.

Bernard Gensane

URL de cet article 26817
  

Même Auteur
Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.