RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Jay-Z en visite à Cuba : qui interdit de voyager à qui ?

Le séjour du rappeur-producteur Jay-Z (Shawn Corey Carter à l’état civil) à La Havane en compagnie de son épouse Beyoncé, pour célébrer le cinquième anniversaire de leur mariage, a suscité une vague de critiques tout autant endiablées que consternantes dans les rangs de l’extrême-droite républicaine.

Cette réaction intempestive révèle le maximalisme d’une certaine engeance haineuse incapable de réformer son approche vis-à -vis de la Révolution cubaine. Les congressistes cubano-américains Mario Diaz-Balart et Ileana Ros-Lehtinen, chiens de garde de la ligne dure contre Cuba, ont interpellé le Ministère des Finances afin de vérifier si le couple jouissait de l’autorisation ad hoc pour voyager à Cuba, pays frappé d’un blocus inepte et anachronique depuis 51 ans. Certains énergumènes comme Mauricio Claver-Carone, directeur d’une officine contre-révolutionnaire basée à Washington, y voient une opération de propagande orchestrée par Castro [1].

Les sévères restrictions de voyage font partie d’une stratégie multilatérale d’encerclement-isolement de Cuba. Il est interdit à tous ressortissant des Etats-Unis de voyager dans l’île sous peine de se voir infliger une amende de 250.000 dollars (1 millions de dollars pour les entreprises) et jusqu’à 10 ans de prison, à l’exception de cas strictement définis par la loi et avec une autorisation explicite de l’OFAC (Département du Trésor des États-Unis - Bureau de contrôle des avoirs étrangers). Cette réglementation vise expressément à réduire les dépenses d’argent effectuées à Cuba, de nature à soutenir son économie. Sont susceptibles de bénéficier d’une dérogation extraordinaire : les journalistes et le personnel technique, les agents gouvernementaux en exercice, les chercheurs scientifiques, les membres d’organisation internationale dans le cadre de leur profession, les sportifs dans le cadre d’une compétition internationale. Des autorisations peuvent également être accordées dans le cadre d’échanges éducatifs et académiques ainsi que pour les membres d’organisations religieuses. Le montant per diem qu’ils pourront dépenser sur place est strictement déterminé par le Département d’Etat pour La Havane [2].

Contrairement à l’idée reçue, il est assurément plus aisé pour l’heure pour un cubain de visiter les États-Unis que pour un citoyen étasunien de voyager à Cuba. Cuba est le pays au monde faisant l’objet des plus rigoureuses restrictions de voyage pour les ressortissants étasuniens, bien plus que l’Iran ou la Corée du Nord.

Les présumés assouplissements proclamés cérémonieusement par l’administration Obama en vue de favoriser les échanges interindividuels étalent dans cette pitoyable affaire leur faible portée.

Jay-Z, irrité visiblement d’être dépossédé de son droit fondamental de libre circulation, n’a pas tardé à répondre à ses détracteurs à travers une lettre ouverte sous forme de rap dans lequel il déclare sans équivoque qu’il bénéficiait d’une autorisation de la Maison Blanche :

Boy from the hood I got White House clearance

Mec issu des quartiers j’ai reçu l’autorisation de la Maison Blanche

Politicians never did shit for me
Except lie to me, distort history
They wanna give me jail time and a fine
Fine, let me commit a real crime’

Les politiciens n’ont jamais rien fait pour moi
A part me mentir, déformer l’histoire
Vous voulez me coller une peine de prison et une amende
Très bien, permettez-moi alors de commettre un véritable crime

Obama said : « Chill you’re going to get me impeached
you don’t need this shit anyway
chill with me on the beach »

Obama a dit : «   calme-toi tu vas me faire destituer 
Tu n’as pas besoin de ces conneries de toute manière 
Viens te détendre avec moi à la plage ».

La Maison Blanche a formellement nié avoir donné son feu vert au couple pour se rendre à Cuba. Jay Carney, le secrétaire en charge des relations presse de la Maison Blanche a déclaré : ’c’est une chanson. Le Président n’a pas eu de contact avec Jay-Z pendant son voyage [3]. La question n’est pas de savoir si Jay-Z bénéficiait ou non d’une autorisation mais qu’une telle autorisation soit requise pour voyager à Cuba. La réalité de la «  dictature » cubaine, derrière les poncifs des médias, ferait-elle tellement peur aux autorités étasuniennes qu’ils se sentent obligés d’adopter des mesures liberticides ?

Aveuglés par la rancune et amarrés à la mafia cubano-américaine aux relents fascistes, les Etats-Unis s’engoncent toujours un peu plus dans l’irrationalité et le grotesque tragique.

Emrah Kaynak

[1Arturo López Levy, El efecto Beyonce, expert en relations cubano-américaines, http://www.infolatam.com/2013/04/08/el-efecto-beyonce/.


URL de cet article 20196
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une fois que vous avez vu certaines choses, vous ne pouvez pas les -voir. Et ne rien voir est autant un acte politique que de voir quelque chose.

Arundhati Roy

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.