Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Je suis prêt à continuer de discuter.

Voilà deux jours, je regardais Vanessa Davies en train de conduire son programme « Contragolpe » de la huitième chaîne, Venezolana de Televisión. Elle dialoguait avec Basem Tajeldine, un Vénézuélien intelligent et honnête dont le visage respire la noblesse, et elle le criblait de questions. Quand j’ai allumé le téléviseur, ils parlaient de ma thèse selon laquelle seul Obama peut stopper la catastrophe.

L’idée du pouvoir incommensurable qu’on lui attribue est venue aussitôt à l’esprit de l’historien. Et c’est vrai, sans aucun doute. Mais nous pensons à deux pouvoirs différents.

Le pouvoir politique réel aux États-Unis, c’est la puissante oligarchie des multimillionnaires qui le détient, et qui gouverne non seulement le pays, mais le monde : le gigantesque pouvoir du Club Bilderberg que décrit Daniel Estulin, créé par les Rockefeller, et la Commission Trilatérale.

L’appareil militaire étasunien avec ses organismes de sécurité est bien plus puissant que Barack Obama, le président des USA. Ce n’est pas lui qui a créé cet appareil, ni l’appareil qui l’a créé, lui. Les facteurs principaux qui ont conduit un descendant cultivé et intelligent du secteur le plus discriminé des USA au poste qu’il occupe aujourd’hui ont été des circonstances exceptionnelles : la crise économique et la guerre.

En quoi réside le pouvoir d’Obama actuellement ? Pourquoi affirmé-je que la guerre ou la paix dépendra de lui ? Si seulement l’échange entre la journaliste et l’historien servait à éclaircir cette question…

Je le dirai autrement : le fameux attaché-case contenant les codes et le bouton permettant de larguer une bombe nucléaire est né de la terrible décision que cela impliquait, autrement dit le caractère dévastateur de cette arme, et de la nécessité de ne pas perdre une seconde. Kennedy et Khrouchtchev sont passés par cette expérience, et Cuba a failli être la première cible d’une frappe massive de ces armes.

Je me rappelle encore l’angoisse que traduisaient les questions que Kennedy avait chargé le journaliste français Jean Daniel de me poser, quand il avait su que celui-ci viendrait à Cuba et se réunirait avec moi. « Castro sait-il à quel point nous avons frôlé une guerre mondiale ? » Je lui ai demandé de retourner à Washington pour converser avec lui. C’est une histoire bien connue.

La question était si intéressante que je l’ai invité à sortir de La Havane et nous en parlions dans la matinée dans une villa au bord de mer, sur la fameuse plage de Varadero.

Nous ne nous racontâmes pas grand-chose en fin de compte, parce qu’on m’avertit aussitôt de l’attentat. Nous cherchâmes une radio des États-Unis, qui nous informa que le président venait d’être grièvement blessé de plusieurs balles.

Des mains mercenaires avaient commis l’homicide.

Pour la droite étasunienne, dont les mercenaires de la CIA débarqués à Playa Girón, il n’avait pas été assez énergique vis-à -vis de Cuba.

Presque un demi-siècle s’est écoulé depuis. Le monde a changé. Bien plus de vingt mille ogives nucléaires ont été mises au point dont le pouvoir destructif est 450 000 fois celui de la bombe qui détruisit Hiroshima. On est en droit de se demander : à quoi sert l’attaché-case nucléaire ? Un président peut-il par hasard diriger quelque chose d’aussi sophistiqué et complexe qu’une guerre nucléaire ?

Cet attaché-case est aussi symbolique que le bâton de chef qui reste aux mains du président comme de la fiction pure et simple.

Le seul fait significatif est que la Constitution des États-Unis stipule qu’une seule personne dans le pays peut donner l’ordre de déclencher une guerre, et ceci est maintenant encore plus important que jamais, parce qu’une guerre nucléaire mondiale peut se déclencher en une minute mais ne durer peut-être qu’un jour.

On peut se poser plusieurs questions. Quelqu’un d’autre que le président peut-il donner l’ordre de déclencher une guerre ? Kennedy a-t-il eu besoin d’une autre faculté pour attaquer à la baie des Cochons et lancer ensuite la guerre au Vietnam ? Johnson pour l’intensifier ? Nixon pour écraser ce pays sous les bombes ? Reagan pour envahir la Grenade ? Bush père pour attaquer le 20 décembre 1989 les villes de Panama, de Colón, pour détruire le quartier pauvre d’El Chorrilllo et y tuer des milliers de miséreux ? Clinton pour attaquer la Serbie et engendrer le Kosovo ? Bush fils pour réaliser son atroce invasion de l’Irak ? Je mentionne par ordre chronologique juste quelques-uns des forfaits les plus connus de l’Empire. Jusqu’ici, Obama n’a fait que recevoir l’héritage.

La vieille pensée ne s’adapte pas aisément aux nouvelles réalités.

Donc, j’ai soulevé cette idée, non qu’Obama soit puissant ou surpuissant. Il préfère jouer au basket ou prononcer des discours ; il a même reçu le prix Nobel de la paix que Michael Moore l’a d’ailleurs pressé de vraiment mériter maintenant. Sans doute personne ne s’imaginait alors - lui, moins que quiconque - que s’il suit en ces derniers mois de 2010 les instructions du Conseil de sécurité des Nations Unies, ce à quoi l’exhorte peut-être fermement un Sud-Coréen nommé Ban Ki-moon, il sera responsable de la disparition de l’espèce humaine.

Je suis prêt à continuer de discuter de ce point.

Fidel Castro Ruz
Le 22 août 2010

Traduction J-F Bonaldi, La Havane

URL de cet article 11307
   

Même Auteur
LES CHEMINS DE LA VICTOIRE
Fidel CASTRO
« En ce qui me concerne, à cette étape de ma vie, je suis en mesure d’offrir un témoignage qui, si cela a une certaine valeur pour les générations nouvelles, est le fruit d’un travail acharné. » "• Fidel Castro Dans ce premier tome de son autobiographie, Fidel Castro révèle de façon inédite les coulisses de la révolution cubaine. Il fait part de sa défiance pour l’impérialisme des États-Unis qui asservissait les Cubains par l’entremise de Batista, et interdisait à l’île tout développement. Il raconte le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.