RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’aigle et les lièvres

« Il vient un moment où le clerc doit sortir de sa tour d’ivoire, mais sans renoncer à son état de clerc. Et, l’une des conditions à cela est justement d’être capable de sortir de « l’entre soi » et de se frotter à l’autre, au risque de se piquer. De ce point de vue la volonté de garder à tout prix ses mains propres est plus révélatrice d’un narcissisme exacerbé que de tout autre chose. » (1)

L’aigle et les lièvres

Du haut de la falaise un aigle solitaire contemple la vallée. Il connaît sa puissance et la fascination qu’il exerce sur les créatures de la vallée. D’un seul battement d’ailes il domine l’espace et en devient le maître. Ce matin là, ses griffes puissantes accrochées à la roche, l’oiseau de proie scrute de son regard perçant les mouvements frénétiques qui semblent agiter le fond de la vallée. Intrigué, l’aigle majestueux observe un remue ménage insolite.

Au loin, des lièvres accouraient d’un horizon à l’autre.

L’aigle comprit vite que les lièvres tenaient conseil.

Ils ne supportaient plus, clamaient-ils, la vie dans la vallée. Une vie faite d’humiliations quotidiennes, de privations de liberté et de drames.

Ils se plaignaient que les chiens et leurs maîtres leur menaient, certes la vie dure, mais la vie qu’ils décrivaient dans la vallée leur semblait presque douce à côté de l’épée de Damoclès qui planait, sournoise et implacable au dessus de la clairière : L’aigle.

La plupart des lièvres s’étaient résignés avec fatalisme au danger qu’ils côtoyaient dans leur environnement immédiat, il faisait partie de leur quotidien. En revanche, l’angoisse de voir l’aigle fondre sur eux et de disparaître entre les serres du rapace leur était insupportable.

Pour eux, c’était l’humiliation suprême, la négation de leur être. Celle qui faisait d’eux la risée de la contrée.

Du sommet de la falaise, l’animal impérial regarde avec dédain les gesticulations, les colères et les effets de manches des chefs de l’assemblée, qui délibèrent, en fait, sur les moyens de se débarrasser de lui.

Après bien des échanges acerbes, les lièvres les plus avertis sentent que la réunion tourne en rond et qu’il fallait en modifier l’ordre du jour. En effet, la chasse à l’aigle demande beaucoup de sacrifice et de courage mais dans l’assemblée, il ne semble pas y avoir beaucoup de lièvres prêts à assumer l’un et l’autre. Le plus vieux d’entre eux finit par ramener le calme et suggéra :

« De toute évidence, l’idée de chasser l’aigle de la vallée n’est plus à l’ordre du jour. Je vous suggère donc de construire des tunnels dans la clairière, ainsi à la moindre alerte nous n’aurions plus à détaler comme des poltrons. Il suffirait d’emprunter les tunnels et pour parer aux effets de surprise, nous posterions des sentinelles qui feraient le guet au moment des repas et des temps de loisirs… Ainsi, nous gagnerons notre indépendance. »

« Bien sûr- ajouta le vieux lièvre- un tel projet nécessite une vie plus organisée, mais l’intérêt général, notre intérêt collectif, ne mérite t-il pas l’acceptation de telles contraintes ? »

Le vieux lièvre ne se berçait pas d’illusions, et il ne fut guère surpris du comportement quasi hystérique de certains délégués à l’énoncé de ses propositions. Les critiques fusèrent dans l’assistance.

« Qui creuseraient et comment choisir les sentinelles ? »

« Ceci d’autant plus, contrairement à ce que le commun des mortels croît, nous partageons, certes, la même vallée mais pas les mêmes valeurs..! »

Un lièvre au ton rassurant interrompit le débat, s’avança au milieu de l’assemblée et déclama :

« Une telle structure, vénérable vieux, restreindrait notre espace de liberté individuelle et modifierait considérablement notre mode de vie. Certes, nous voudrions nous protéger de l’aigle, mais faut-il pour autant envisager de si nombreux sacrifices, et en premier lieu, faire fi des valeurs qui nous différencient les uns des autres ? »

L’ éloquent lièvre savait que ses propos rallieraient l’adhésion de la majorité.

Le vote est donc sans surprise. Pour masquer l’inavouable inertie de la majorité, un comité est créé pour aller sur la falaise afin de parlementer avec l’aigle. Mais chacun connaissait déjà l’issue d’une telle entrevue.

L’un des rares lièvres prêts aux sacrifices lança à la foule qui commençait à se disperser :

« A défaut de chasser l’aigle, nous avons chassé l’idée et, pour mieux supporter l’humiliation individuellement, nous l’avons adoptée collectivement. »

Du haut de la falaise, on vit l’aigle prendre son envol...

On aurait tort de se moquer de l’assemblée des lièvres, il est des assemblées humaines qui n’agissent guère mieux.

Abdelkader Bachir

(1) http://www.legrandsoir.info/inconsequences.html

URL de cet article 29205
  

Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.

Karl Marx

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.