Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’ancien petit garçon de Gaza et la mer

L’ancien petit garçon de Gaza et la mer

J’ai grandi près des rivages de la Mer de Gaza. Quand j’étais enfant, je ne comprenais pas très bien comment une étendue d’eau si immense, promesse de tant de liberté infinie, pouvait également longer un territoire si minuscule et surpeuplé - un territoire constamment pris en otage, même s’il ne cessait de se rebeller.

Depuis mon plus jeune âge, je faisais avec ma famille le court trajet depuis notre camp de réfugiés jusqu’au bord de mer. Nous montions dans une vieille charrette, tirée avec peine par un âne tout aussi mal en point. A la minute où nos pieds se posaient sur le sable chaud, c’étaient des cris assourdissants. Les petits pieds couraient plus vite que ceux des champions olympiques et nous oubliions tous nos soucis pendant quelques heures. Ici, il n’y avait pas d’occupation, pas de prison, pas de statut de réfugié. Tout sentait et avait le goût de sel et de pastèque. Ma mère s’asseyait aussitôt sur une couverture à carreaux déchirée pour qu’elle ne soit pas emportée par le vent. Elle riait d’entendre mon père qui recommandait avec inquiétude à ses fils de ne pas s’éloigner du bord.

Je plongeais la tête sous l’eau pour entendre le bourdonnement lancinant de la mer. Puis, je me relevais pour scruter l’horizon.

A l’âge de cinq ou six ans, je croyais que tout de suite derrière l’horizon, il y avait un pays qui s’appelait l’Australie. Les gens qui y habitaient étaient libres de circuler comme ils voulaient. Il n’y avait ni soldats, ni fusils, ni tireurs embusqués. Les Australiens, pensais-je - allez savoir pourquoi - nous aimaient beaucoup et viendraient nous rendre visite un jour. Quand j’avais raconté à mes frères ce que j’imaginais, ils s’étaient montrés sceptiques. Mais mes rêves se sont amplifiés, comme augmentait la liste des autres pays juste derrière l’horizon. Parmi eux, il y avait l’Amérique, où les gens parlaient bizarrement. Et la France, aussi, où les gens ne mangeaient que du fromage.

J’arpentais la plage à la recherche de "preuves" du monde qui existait au delà de la ligne d’horizon. Je cherchais des bouteilles avec des inscriptions inconnues, des boîtes en fer et du plastique rejeté sur le rivage par les bateaux qui passaient au loin. Ma joie était encore plus grande quand les inscriptions étaient en arabe. Je m’efforçais de les lire sans demander d’aide. J’ai aussi appris l’existence de pays comme l’Arabie Saoudite, l’Algérie et le Maroc. Les gens qui vivaient là -bas étaient des Arabes comme nous, des musulmans qui priaient cinq fois par jour. J’étais abasourdi. La mer était apparemment plus mystérieuse que je l’avais imaginé.

Avant la première révolte des Palestiniens, en 1987, la plage de Gaza n’avait pas encore été déclarée zone interdite et transformée en zone militaire fermée. Les pêcheurs avaient encore le droit d’aller pêcher, même si ce n’était qu’à quelques milles nautiques du rivage. Nous avions le droit de piqueniquer et de nous baigner, même si c’était interdit après six heures du soir.

LIRE LA SUITE :
http://blog.emceebeulogue.fr

URL de cet article 10851
   
Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.