RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Argentine dans les griffes des vautours

La population argentine devra assumer une lourde dette car le gouvernement néolibéral de Mauricio Macri s'est plié devant les fonds vautours qui exigent le paiement de 100% des bons de l'État qu'ils avaient rachetés à des prix d'occasion lors de la grave crise financière de 2001, une crise qui en a fini avec le gouvernement du président Fernando de la Rúa.

Ces fonds, connus aussi sous le nom de “ fonds de capital à risque” ou “holdouts” achètent les dettes des entreprises, des sociétés ou des pays en faillite ou en cessation de paiement dans le but de se faire rembourser ensuite de façon intégrale, plus les juteux intérêts.

Sur le marché financier, tout comme dans la forêt, il y a aussi des charognards. Ils calculent tous leurs mouvements, ils agissent avec leur plus beau sang froid pour tirer le maximum de profit de leurs victimes.

Le terme “holdout”, les définit très bien. En français cette expression pourrait être traduite par “ celui qui restera en dehors” car ils ne participent à aucune négociation pour restructurer des dettes, étant donné que leur but n’est pas de faire des concessions pour récupérer le capital original, mais saigner jusqu’à la dernière goute leurs débiteurs

En littérature, un similé exacte serait le marchand de Venise, Shylock, que William Shakespeare a si bien décrit dans son drame homonyme, qui en échange de la dette impayée du commerçant Antoine, lui exige une livre de chair de son corps, coupée en plus le plus proche du cœur possible.

C’est ce que les fonds vautours s’apprêtent à faire avec l’Argentine, après que Macri leur ait fait l’offre généreuse de négocier les paiements à partir de leurs exigences. Selon des experts, cette décision va entraîner une dette supplémentaire de jusqu’à 20 milliards de dollars.

L’affaire est parfaite pour ces usuriers des finances contemporaines. Ils ont acheté ces bons à 20 ou 30% de leur valeur et ils se font rembourser la totalité, plus les intérêts.

C’est justement pour cette raison que l’ex présidente Cristina Fernández avait refusé d’accepter les exigences des fonds vautours et elle a rejeté les verdicts du juge étasunien Thomas Griesa, qui, dans un verdict extra-territorial, a violé la souveraineté du pays sud-américain en voulant l’obliger à offrir le cou aux pics des vautours.

Le consortium étasunien American Task Force, AFTA, qui englobe NML Capital et Elliot Management, les deux principaux fonds d’investissements spéculatifs qui s’apprêtent à saigner à blanc l’Argentine.

La direction de NML, rappelons-le est entre les mains de Paul Singer, l’un des principaux sponsors financiers du Parti Républicain et actionnaire de la firme Iron Mountain, à laquelle Macri a remis un prix en 2009 lorsqu’il était le chef du gouvernement à Buenos Aires. Une simple coïncidence ?

Brefs, les nouveaux marchants du capitalisme, les pirates du monde moderne s’apprêtent à couper leur livre de viande le plus près possible du cœur de l’Argentine, une autre promesse accomplie du gouvernement de changement de Mauricio Macri.

»» http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/85053-l'argentine...
URL de cet article 29978
  

L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les moyens de défense contre un danger extérieur deviennent historiquement les instruments d’une tyrannie intérieure.

James Madison
4ème président des Etats-Unis, 1751-1836

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.