Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’armée syrienne est-elle tombée dans un piège tendu par les Etats-Unis ? 

Hier soir, la force américaine qui occupe illégalement le nord-est de la Syrie a attaqué un groupe de soldats alliées au gouvernement syrien et leur soutien russe. L’incident s’est produit au nord-est de la ville de Deir Ezzor, à l’est de l’Euphrate. Les États-Unis affirment qu’ils ont tué une centaine de soldats syriens qui auraient attaqué leurs forces par procuration pour tenter de reprendre des champs pétrolifères.

L’Euphrate sépare les zones du sud-ouest sous contrôle du gouvernement syrien de celles du nord-est de l’Euphrate sous occupation américaine. Mais plusieurs endroits autour de Manbij, Raqqa et Deir Ezzor ne font pas partie de ces zones et sont sous le contrôle de l’autre camp. Les États-Unis affirment qu’il y a un accord sur une « ligne de démarcation » le long de l’Euphrate. Le gouvernement syrien affime que non.

Une petite zone de l’autre côté de l’Euphrate, au nord-est de Deir Ezzor, a été reprise il y a plusieurs mois par les forces du gouvernement syrien. Elle est proche de champs pétroliers que les États-Unis ne veulent pas voir aux mains du gouvernement syrien.

« Les États-Unis veulent garder la Syrie faible et pauvre », explique le professeur Joshua Landis. Selon lui, les États-Unis occupent le nord-est de la Syrie pour empêcher la Syrie d’accéder à son pétrole et à ses terres agricoles les meilleures. Ils veulent que la Syrie devienne un bourbier pour la Russie et l’Iran, au profit principalement d’Israël.

Les précieux gisements de pétrole et de gaz sont actuellement entre les mains des tribus arabes locales qui étaient auparavant alliées avec l’État islamique et qui, selon les États-Unis, sont maintenant alliées aux Kurdes du YPG/PKK sous le nom de Forces démocratiques syriennes (FDS). Les FDS sont les forces locales par procuration des États-Unis pour maintenir leur occupation.

Dans le camp du gouvernement syrien, à Deir Ezzor, il y a quelques troupes syriennes, des milices locales de la région, ainsi que des membres de l’entreprise militaire privée russe Wagner Group. Wagner aurait un contrat avec le gouvernement syrien qui lui accorderait environ 25 % de toutes les recettes provenant des champs pétrolifères qu’il pourrait récupérer et protéger.

Hier soir, l’armée américaine a annoncé qu’elle s’était « défendue » contre une attaque des troupes du gouvernement syrien sur le sol syrien :

Les forces syriennes pro-régime ont lancé sans raison apparente une attaque contre le quartier général des Forces démocratiques syriennes le 7 février.

Les membres de la coalition chargés du conseil, de l’aide et de l’accompagnement, ont été regroupés avec nos partenaires des Forces démocratiques syriennes (FDS), pendant l’attaque, à huit kilomètres à l’est de la ligne de démarcation convenue le long de la rivière Euphrate.

Pour défendre la Coalition et ses forces alliées, la Coalition a mené des frappes contre les forces attaquantes pour repousser l’agression contre nos alliés engagés dans la mission de la Coalition mondiale pour vaincre Daesh.

Selon Reuters :

Plus d’une centaine de combattants alliés du président syrien Bachar al-Assad ont été tués pendant la nuit lorsque la coalition américaine et les forces locales soutenues par la coalition ont repoussé leur attaque dans l’est de la Syrie, a déclaré jeudi un responsable américain.

Les lourdes pertes humaines montrent l’ampleur de l’attaque menée, selon l’officiel américain, par environ 500 combattants ennemis, appuyés par de l’artillerie, des chars d’assaut, des systèmes de roquettes à lanceurs multiples et des mortiers. L’officiel a parlé à Reuters sous couvert d’anonymat.

...

Aucun soldat américain n’a été tué ou blessé au cours de l’incident, ont déclaré les autorités.

Des soldats américains se trouvaient avec les forces démocratiques syriennes (FDS) dont le quartier général, situé dans la province syrienne de Deir al-Zor, était la cible de l’attaque.

Un combattant des FDS a été blessé, a déclaré cet officiel.

Les États-Unis affirment également qu’ils avaient observé des préparatifs avant le déplacement syrien et qu’ils avaient pris contact avec le commandement russe en Syrie bien avant :

La coalition dirigée par les États-Unis avait alerté les responsables russes de la présence des FDS dans la région longtemps avant l’attaque repoussée, a déclaré l’officiel américain.

D’autres sources indiquent qu’il y a eu des pourparlers entre Wagner et les Arabes locaux qui surveillent les opérations pétrolières et gazières de « Conoco » actuellement improductives près de la ville de Khisham.

Hassan Hassan Hassan @hxhassan - 12:17 - 8 fév 2018

5. Il est intéressant de noter qu’il y a environ une semaine, des rapports locaux laissaient entendre qu’il y aurait un accord imminent pour rendre l’usine d’exploitation au régime par le biais d’une faction arabe au sein des FDS.

La traduction d’un article du média d’opposition Al-Etihad semble confirmer qu’un accord avait été conclu :

Des militants ont déclaré que des forces d’Assad et des milices chiites se sont rassemblées près des villages de Bakkara Akidat, Dahla et Sabah, dans la banlieue est de Deir-ez-Zor (à l’est de l’Euphrate), près du champ gazier de Conoco qui est contrôlé par les forces kurdes.

Les sources ont ajouté que les forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes, ont informé les forces de la coalition dirigée par les États-Unis de cette évolution. La coalition a exhorté les combattants des FDS à ne pas résister aux forces du régime et à rendre la région.

Les militants ont ajouté que les FDS avaient déjà retiré des armes lourdes de leurs zones détenues par les factions arabes et turkmènes.

Cette opération était-elle un piège ? L’armée américaine savait que quelque chose allait se produire dans la région. Des accords locaux avaient été conclus entre le gouvernement syrien et les Arabes locaux qui détiennent les champs pétrolifères. Les États-Unis avaient demandé aux FDS de laisser faire. Mais lorsque les forces alliées du gouvernement ont commencé à reprendre le champ de pétrole, comme convenu, les États-Unis les ont bombardés.

L’« attaque contre les forces de la coalition » qui sert aux États-Unis de justification pour leurs bombardements ne semble pas avoir eu lieu du tout. Comment expliquer autrement que l’attaque de tout un bataillon bénéficiant d’un fort soutien d’artillerie n’ait fait qu’une seule victime, un seul blessé, parmi les combattants ? La déclaration ultérieure de l’armée américaine à un journaliste ne brille pas par sa clarté :

Après que 20 à 30 tirs d’artillerie et de chars ont atterri à moins de 500 mètres de l’emplacement du quartier général des FSD, les Forces démocratiques syriennes soutenues par la Coalition ont pris pour cible les agresseurs avec une combinaison de frappes aériennes et d’artillerie.

L’armée américaine parle-t-elle de « l’emplacement des quartiers généraux des FDS » parce que le quartier général n’était plus là du fait que les FDS étaient partis ? Et depuis quand des tirs de char d’assaut atterrissant à 500 mètres de distance sont-ils considérés comme une attaque directe ? Les munitions des chars peuvent s’écarter d’un mètre ou deux du leur trajectoire. Il est impossible que des munitions atterrissant à environ 500 mètres de distance aient été destinées à frapper l’emplacement du quartier général. Quoi que les forces syriennes aient ciblé, si tant est qu’elles aient ciblé quoi que ce soit, ce n’était pas l’emplacement du quartier général des FDS.

L’histoire que l’armée américaine essaie de nous vendre sent très mauvais.

Cet incident rappelle l’attaque non provoquée des Etats-Unis contre les troupes syriennes en septembre 2016. Cette attaque aérienne a tué 100 soldats syriens d’un petit contingent encerclé qui résistait aux forces de l’État islamique. Cela avait presque permis aux Takfiris d’éliminer cette dernière position du gouvernement syrien à l’est.

Il y a eu récemment une série de provocations contre les forces russes et syriennes en Syrie. Deux attaques massives de drones ont ciblé le port aérien russe d’Hememim et sa base navale de Tartus. Cette semaine, des tirs de mortier en provenance de Ghouta-Est ont frappé avec précision la mission commerciale russe à Damas et l’ont gravement endommagée. Un point de distribution d’aide russe à Damas a également été attaqué juste au moment où des dirigeants d’organisations non gouvernementales russes s’y trouvaient en visite, un jet russe a été abattu avec un rare MANPADS dans le ciel d’Idleb. Ces trois opérations dépassaient les capacités matérielles et de renseignement des forces « rebelles ».

La propagande ridicule sur « l’attaque au gaz chloré » revient en force pour nuire à la Syrie. Malgré un accord de désescalade russo-turco-iranien conclu avec la Turquie, Al-Qaïda et d’autres forces « rebelles » dans le gouvernorat d’Idleb semblent toujours bénéficier d’un approvisionnement illimité à travers les frontières turques. Israël attaque des cibles en Syrie et tente d’étendre son occupation du plateau du Golan.

La guerre des États-Unis contre la Syrie et ses alliés se poursuit à plein régime, même si les États-Unis prétendent qu’il n’y a pas de guerre du tout. La volonté de créer le bourbier dont parle le professeur Landis se dissimule derrière des opérations clandestines, l’action « défensive », et le bla bla « humanitaire ».

Les États-Unis feraient bien de se méfier. Ils ne sont pas les seuls à pouvoir jouer à ce jeu-là. Leurs troupes dans le nord-est de la Syrie ont des lignes d’approvisionnement étroites et ne sont pas bien protégées. Elles sont vulnérables aux activités clandestines de l’autre camp, tout comme les forces américaines en Irak. Je ne serais pas du tout surpris si elles recevaient bientôt une attention inattendue et très meurtrière.

Moon of Alabama  

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2018/02/syria-us-may-have-arranged-self-d...
URL de cet article 32923
   
AGENDA
dimanche 16 septembre 2018
mardi 18 septembre 2018
mardi 18 septembre 2018
samedi 22 septembre 2018
samedi 22 septembre 2018
mercredi 26 septembre 2018
samedi 6 octobre 2018
samedi 13 octobre 2018
dimanche 14 octobre 2018
samedi 17 novembre 2018
Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.