RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’au revoir à Jean Salem

Le mercredi 17 janvier au matin, au cimetière Saint-Louis à Versailles, avait lieu l’enterrement de ce grand camarade, de cet immense penseur matérialiste que fut Jean Salem. Luttant de manière acharnée contre la maladie, au point de ne pas lui céder cet effort incessant de la transmission et de la lutte qui faisaient son bonheur, il était pour beaucoup un ami, un camarade et un repère, en ces temps troublés où il continuait d’animer un séminaire à la Sorbonne, consacré au matérialisme dialectique. Une centaine de personnes était présente, des proches, des camarades, des fidèles, des admirateurs, tous venus témoigner de leur profonde reconnaissance. L’enterrement ne fut pas voulu par la famille comme un enterrement politique. Pas de drapeaux donc, mais la discrétion respectueuse de tous ceux qui sont intimement convaincus d’être de la même grande famille. Aussi, le PRCF de la région parisienne était bien présent, au travers de ceux qui furent pour lui des amis et des camarades, ainsi que les JRCF, qui n’eurent pas la chance de le connaitre d’aussi près, mais dont nombre d’entre eux suivaient le séminaire qu’il animait le samedi après-midi, à la Sorbonne.

L’enterrement fut simple, comme le fut le philosophe épicurien Salem, et extrêmement émouvant. Précédant l’hommage de la famille, le directeur de la faculté de philosophie de la Sorbonne, Philippe Büttgen, eut des paroles remarquables, soulignant, la dimension centrale que prenait la lutte politique dans sa vie et dans son œuvre : « Pour Jean, la mort n’était rien, car il savait que la vie était tout, et qu’elle est tout pour tous ». Alors que sa conviction en la nécessité d’œuvrer à un changement radical de la vie, l’engagement communiste qui était le sien, étaient constamment relégués au second plan et décrits de manière accessoire par les médias bourgeois, ils furent, au moment de l’adieu, totalement honorés. En ce sens, il fut pareil à son père, Henri Alleg, héros communiste de la lutte contre le colonialisme français, et pour la libération de l’Algérie, lui qui endura la torture : « et lui et toi vous avez donné votre esprit et votre corps, feignant d’ignorer la douleur avec ce merveilleux bonheur et ce sourire à l’idée de tout ce qui se doit d’être accompli pour qu’une vie vaille la peine d’être vécue » (Danielle Bleitrach).

Le directeur de la faculté poursuivit, en soulignant le lien indéfectible qui unissait le mouvement communiste (« cent ans de communisme français ») de notre pays à l’étude, à la soif de connaissance, à la transmission et à la vocation universelle de ce que l’on nomme si joliment « Université », pourtant aujourd’hui menacée.

Au moment du dernier au-revoir, les saluts communistes face au cercueil se sont multipliés, comme la promesse d’un combat qui n’est pas destiné à s’éteindre.

Salut fraternel, grand camarade !

Le samedi 27 janvier, de 14h à 16h, une ultime séance de « Marx au XXIème siècle » sera consacrée à un hommage à Jean Salem.

Simon-JRCF

»» http://jrcf.over-blog.org/2018/01/l-au-revoir-a-jean-salem.html
URL de cet article 32851
  

30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.