Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 

L’en-même-tempisme de Macron

L’en-même-tempisme :

C’est promouvoir une chose et en même temps faire son contraire.
C’est écrire un jour : « Je suis convaincu que notre pays a la force, le ressort, l’envie d’avancer. Il a l’Histoire et le peuple pour le faire » (1). Et c’est mépriser le lendemain ce même peuple, c’est traiter ses concitoyens de fainéants, d’illettrés.

C’est donner, de la main gauche, un peu au plus infortunés et reprendre, subrepticement de la main droite, beaucoup plus. En expert du bonneteau, c’est prendre dans des poches ravaudées et en même temps garnir des bourses déjà plantureuses.

C’est croire en la vertu intrinsèque des riches et en même temps réduire la lutte contre la fraude fiscale. Soulager le prétendu fardeau des nantis et attendre qu’ils investissent.

C’est taxer encore plus les carburants et en même temps supprimer les aides à l’isolation thermique. C’est dire son souci de l’environnement et en même temps réduire les moyens alloués à sa protection.

C’est augmenter les taxes et en même temps baisser les aides.

C’est s’exprimer urbi et orbi sur la paix et en même temps vendre des armes aux plus offrants. En chef des armées, en bon disciple de Machiavel, c’est entreprendre des opex (des opérations extérieures) des plus aventureuses.

C’est entendre les revendications de tous ceux qui morflent et en même temps garder le cap.

C’est prétendre rompre avec l’ancien monde et en même temps poursuivre le néo-colonialisme. Avec toujours des relents paternalistes. Avec toujours La France à Fric.

C’est parler de « révolution démocratique » (1) et en même temps ignorer le peuple.

C’est reconnaître « le divorce entre le peuple et ses gouvernants » (1) et en même temps jouer le père fouettard. Avec l’arsenal législatif, c’est étouffer la contestation. Avec l’arsenal anti-terroriste, c’est poursuivre les gêneurs pour « association de malfaiteurs » (comme à Bure).

C’est invoquer l’histoire et en même temps se limiter à faire de la communication.

C’est mettre en scène la modernité de la « start-up nation » et en même temps surjouer le monarque républicain.

C’est parler de territoires et en même temps tailler dans les finances versées aux collectivités.

C’est honorer les Poilus et en même temps omettre les raisons du carnage.

C’est être un homme jeune et en même temps endosser le costume du passé. Jusqu’à vouloir rendre hommage à celui qui fut promoteur de la « révolution nationale » et qui fut frappé d’indignité.

C’est discourir sur la pauvreté et en même temps détricoter, avec application et dévouement, les conquis sociaux.

C’est écrire un jour : « Je suis intimement convaincu que le XXIe siècle, dans lequel enfin nous entrons, est aussi plein de promesses, de changements qui peuvent nous rendre plus heureux » (1). Et c’est, dès le lendemain, saper, avec méthode et acharnement, l’ouvrage collectif et humaniste en cours, qui est issu du programme du CNR, Les Jours heureux.

« Cet homme, oublions son intronisation, oublions ses soutiens, voyons ce qu’il en est de sa volonté de faire le bien. Voulez-vous le juger après 18 mois de règne ? Regardez d’une part son pouvoir, d’autre part ses actes. Que peut-il ? Beaucoup. Qu’a-t-il fait de bien ? Rien. Avec cette pleine puissance, en 18 mois, un humaniste eût changé en bien la face de la France, de l’Europe peut-être.

Mais, il a pris la France et ne sait que la déconstruire. Dieu sait pourtant qu’il se démène comme un beau diable, jusqu’à risquer le dévissage : « il touche à tout, il court après les projets, il parcourt les commémorations ; ne voulant créer le bien, il décrète ; il cherche à donner le change sur son parti pris ; c’est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! par son entremise, la roue de la Fortune ne tourne bien que pour quelques privilégiés. » (d’après Napoléon le petit, chapitre “ La toute-puissance ”, Victor Hugo)

Finalement, ce n’est pas Jupiter, mais Janus le petit : il est le mauvais président des pauvres et en même temps il est le bon président des riches. Deux visages pour un même personnage. Il se croit être essentiel à un pays « qui s’ouvrirait et se fermerait à sa volonté, sans que rien ne lui échappe » (2).

En effet, derrière « une vision, un récit, une volonté »(1), il n’y a qu’une volonté de puissance en mission.

(1) Révolution, c’est notre combat pour la France, Macron
(2) « Janus. Cette divinité est assurément l’un des plus grands dieux du Panthéon romain et possède même une certaine prééminence sur le dieu suprême, Jupiter. [...] La diversité de ses attributions montre à quel point Janus est le dieu essentiel d’un monde ou d’une ville qui s’ouvre et se ferme à sa volonté, sans que rien ne lui échappe. »
(Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine)

URL de cet article 34132
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Banque du Sud et nouvelle crise internationale
Eric TOUSSAINT
En pleine crise du subprime, dont les conséquences n’ont pas fini de se faire sentir dans l’économie mondialisée, sept pays l’Amérique latine lancent une Banque du Sud qui pourrait jeter les bases d’une autre architecture financière internationale. En combattant inlassable, Eric Toussaint propose dans ce livre une approche claire et synthétique, destinée à des non-spécialistes, de l’état des résistances au néolibéralisme, du contexte économique international contemporain ainsi que des principaux défis que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.