RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : PERSONNE

Ces Français qui voulaient un Roi

PERSONNE

Macron a bien réfléchi : « Tout le système social, on met trop de pognon, on déresponsabilise, on est dans le curatif ». Bien inspiré, Henry de Montherlant écrivit : « La plupart des hommes recèlent en eux-mêmes leur propre caricature. Et cette caricature ressort un jour, à l’improviste, sous le coup de l’événement. »

Tous les cinq ans, maintenant, lors d’une grande et profonde respiration démocratique, les Français se choisissent un monarque républicain, dans une immense communion nationale, en souvenir d’une grandeur à jamais révolue. C’est le circus maximus avec force effets spécieux de com’ . Les méchantes langues diront que les Français sont comme « les Grenouilles qui demandent un Roi » (1). Ensuite, ils replongent, sombrent à nouveau dans l’apathie, l’indolence, l’indifférence, dans le gris du quotidien, avec la conviction erronée du devoir citoyen accompli. Après avoir opté pour un énergumène du genre excité, ils jetèrent leur dévolu sur « un roi tout pacifique », du moins en apparence, sur un « président normal ». Ce roi de l’anaphore, même s’il usa de l’état d’urgence pour une tartufferie internationale (une COP 21 sans lendemain), fut semblable à ce soliveau jeté parmi les batraciens de la fable de La Fontaine. Le peuple se lasse très vite : il faut dire que de nos jours tous les produits sont si rapidement frappés (...) Lire la suite »
22 

Le boycott en démocrature

PERSONNE
" Palestine vivra, boycott Israël "---- " Boycott des produits importés d'Israël, acheter les produits importés d'Israël, c'est légitimer les crimes à Gaza, c'est approuver la politique menée par le gouvernement israélien " Ceci vous n’avez pas le droit de le publier, ni de le crier, ni de le chanter, ni de le dessiner. Pour le dire simplement, vous n’avez pas le droit de l’exprimer en public. C’est ainsi. Rassurez-vous, vous avez encore le droit de le penser, et même de le gueuler sous la douche. Mais vous pouvez encore le lire. En différents endroits. Et même dans un endroit tout à fait officiel, dans une décision de la Cour de cassation (1) : « Attendu qu'il résulte de l'arrêt attaqué et des pièces de la procédure que M. X..., Mme Y..., MM. Y..., Z..., A..., Mme B..., M. C..., Mmes D..., et E..., ont été interpellés, le 22 mai 2010, à Illzach (68) dans les locaux du magasin "Carrefour", alors qu'ils participaient à une manifestation appelant au boycott des produits en provenance d'Israël, en portant (...) Lire la suite »

Souvenez-vous de ce moment !

PERSONNE
Parfois, il m’arrive d’hésiter. Pas vous ? Sur un sujet, il s’avère judicieux d’avoir connaissance de deux approches différentes, voire irréconciliables. Hier était un jour mémorable, un jour d’anniversaire, alors je consulte et je finis par lire (je sais, j’aurais pas dû) : « Israël en a rêvé, les États-Unis l'ont fait... Ce jour du 14 mai 2018 a vu le transfert de l'Ambassade américaine à Jérusalem, transfert qui avait été annoncé par le Président Donald Trump en décembre dernier. Le Crif vous propose de revivre ce moment qui s'est inscrit dans l'Histoire. Aujourd'hui, au lendemain de l’anniversaire de sa réunification, Jérusalem a vécu un moment historique, une nouvelle date à ajouter à son calendrier. De nombreux invités américains et israéliens étaient présents pour ce jour historique. La cérémonie a débuté par l'hymne américain, immédiatement suivi d'un premier discours de David Friedman, Ambassadeur des États-Unis en Israël. Le Président américain Donald Trump, absent de la cérémonie, a adressé un message (...) Lire la suite »
Récit imaginaire forcément en deçà des épreuves de la Vie

Faut-il encore qu’ils nous humilient ?

PERSONNE
J’ai quitté mon Sénégal natal un peu contrainte par le destin. Depuis la disparition de Ansoumane, mon grand frère, le devenir de ma famille repose en partie sur mes épaules. Du haut de mes 21 ans, je suis réputée pour n’avoir pas froid aux yeux. Même si je n’ai guère quitté la côte qui m’a vue grandir, je suis prête à assumer la mission, non pas que j’aie le goût du risque, mais parce que je n’ai pas la crainte de l’adversité. Rapidement toute la famille jusqu’aux cousins les plus éloignés, chacun a apporté sa contribution afin de financer le projet : traverser le nord-ouest du continent et se risquer au franchissement de la mer ; mettre son destin et celui des siens entre les mains des Éléments, de la Providence, de la miséricorde divine, diront certains. Comme dit Fatoumata, ma mère : « mieux vaut mourir debout que s’étioler assise ». Il a fallu des jours, des semaines pour atteindre les côtes libyennes, de taxi-brousse en camion surchargé. Chaque heure passée dans la chaleur, chaque kilomètre parcouru (...) Lire la suite »
Quand les mots de La Boétie nous éclairent sur les maux actuels

De la servitude volontaire

PERSONNE
Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que la nouvelle aliénation, la servitude version 2.0, puisse phagocyter la plupart des existences. Comprendre comment il se peut que la « révolution numérique » puisse s’épanouir sans défiance. Comment il se peut que ce vrai mouvement réactionnaire puisse se développer en toute confiance. Comment le système hégémonique et tyrannique peut perdurer malgré toutes les souffrances. Comment Trumpion, le « tribun » des patriciens, peut réformer à marche forcée sans susciter une vraie résistance. Comment il peut, en toute impunité, ne servir que les intérêts de ceux qui vivent dans l’opulence. « Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent, qui n’a pouvoir de leur nuire qu’autant qu’ils veulent bien l’endurer, et qui ne pourrait leur faire aucun mal s’ils n’aimaient mieux tout souffrir de lui que de (...) Lire la suite »
17 

Mutiler les corps pour mieux frapper les esprits

PERSONNE
Une goutte de sueur glisse le long de sa tempe. Elle ne trahit aucune émotion : en ce printemps, la chaleur est déjà bien présente. L’esprit aux aguets, l’œil rivé au viseur, il a tout loisir de dévisager ceux qui composent la foule nombreuse. Il aime ce sentiment qui mêle, à la fois, quiétude et puissance. Viser le haut du corps, c’est plutôt la mort. Viser les membres inférieurs, c’est plutôt la mutilation. Faire partie de l’élite a toujours été son rêve de gosse : « tireur d’élite », telle est sa mission. Il est le premier rempart face à cette horde hostile et bruyante. La munition est déjà engagée dans la chambre de son fusil Imi Galil Sniper. Elle attend son heure de gloire, elle attend sa cible. C’est une question de minutes, d’une heure peut-être. Il lui appartient de choisir l’instant. Il est serein : le droit est de son côté, il ne peut en douter. La force est de son côté : non seulement, la force militaire, mais la force du droit. Le droit à cette terre ancestrale, à se défendre, à protéger ses (...) Lire la suite »

Trump, Trumpette, Trumpion

PERSONNE
Trump, Trumpette, Trumpion s’en vont en guerre Mironton, mironton, mirontaine Trump, Trumpette, Trumpion s’en vont en guerre Mironton, mironton, mirontaine Ne savent quand ils reviendront Ne savent quand ils reviendront Ils reviendront (z’) à Pâques Mironton, mironton, mirontaine Ils reviendront (z’) à Pâques Ou à la Trinité Ou à la Trinité (x2) ... Lire la suite »

De la guerre qui viendrait

PERSONNE
Vous voulez la paix ; vous la voulez profondément. Toutes les classes dirigeantes de l’Europe, les gouvernements et les peuples la veulent aussi, visiblement avec une égale sincérité. Et pourtant, dans cet immense et commun amour de la paix, les budgets de la guerre s’enflent et montent partout d’année en année, et la guerre, maudite de tous, redoutée de tous, réprouvée de tous, peut, à tout moment, éclater sur tous. D’où vient cela ? Au risque de vous paraître affligé de la plus cruelle monotonie, je dois dire ici tout d’abord quelle est, selon nous, la raison profonde de cette contradiction, de ce perpétuel péril de guerre au milieu de l’universel désir de la paix. Tant que, dans chaque nation, une classe restreinte d’hommes possédera les grands moyens de production et d’échange, tant qu’elle possédera ainsi et gouvernera les autres hommes, tant que cette classe pourra imposer aux sociétés qu’elle domine sa propre loi, qui est la concurrence illimitée, la lutte incessante pour la vie, le combat quotidien (...) Lire la suite »
19 
Les idées d’un Homme intègre ne meurent jamais

Jaurès dans le texte

PERSONNE
À l’heure de l’héritage, il est des familles qui se déchirent. Il est aussi des cas où il y a captation d’héritage. Que penser de la Fondation Jean Jaurès ? Celle-ci se définit comme un « think tank » : à vilaine chose, vilain mot. Sur leur site, je recherche « lutte des classes », « grève générale », « oligarchie », « bourgeoisie » : je trouve 1, 1, 0 et 1 réponse. Ils ont pris le nom de l’illustre personnage politique et jeter la substantifique moelle. Ce cercle de réflexion se propose d’influencer la politique : un cercle d’experts, d’experts en enfumage. Ne perdons pas plus de temps avec des usurpateurs. Intéressons-nous à Jaurès. Le 5 novembre 1894, il est autorisé, par le président de la Cour d’assises de la Seine, à défendre le journaliste Gérault-Richard ( rédacteur en chef du journal Le Chambard, « socialiste, satirique, illustré »), qui comparaît pour un article intitulé « À bas Casimir ! » : ce journaliste est assigné pour offense à Jean Casimir-Perier, président de la République. Les propos de la (...) Lire la suite »

On ne naît pas sioniste

PERSONNE
On ne choisit ni ses parents, ni le lieu et l’époque de sa naissance : chacun est le fruit du hasard, de la rencontre fortuite de deux gamètes. Puis on grandit dans un environnement familial, culturel, cultuel ou non, historique, ce qui fait notre identité et en partie notre personnalité. Ensuite, il y a ce qui dépend de nous et ce qui n’en dépend pas : à chacun d’exercer son libre arbitre, de s’abstraire d’un certain conditionnement, ce qui est toujours plus facile à dire qu’à faire. À l’origine, le sionisme fut à la fois indifférent au judaïsme (au sens de religion) et consubstantiel à l’antisémitisme. Ce dernier terme est pris au sens de paroles, de gestes, d’actes, de crimes visant les Juifs qu’ils soient laïques, athées ou croyants (n’oublions pas que le terme sémite se rapporte à un groupe de langues, dont l’hébreu et l’arabe). Herzl et ses épigones étaient résolument athées (« Dieu n’existe pas et il nous a promis cette terre »). Voici ce que l’on pouvait lire en 1900 : « [...] les Juifs ont désappris (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50