RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Comme un lierre parasite ? Non, merci !


Illustration : détail de la fresque du muraliste italien Jorit, https://artslife.com/2020/12/10/odio-gli-indifferenti-antonio-gramsci-...

«  Il ne peut exister seulement des hommes, des étrangers à la cité. Celui qui vit vraiment ne peut qu’être citoyen, et prendre parti. L’indifférence c’est l’aboulie, le parasitisme, la lâcheté, ce n’est pas la vie. C’est pourquoi je hais les indifférents. »
Antonio Gramsci (1)

Le Bret
Si tu laissais un peu ton âme réfractaire
La fortune et la gloire...

Cyrano
Que me faudrait-il faire ?
Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,
Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc
Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,
Grimper par ruse au lieu de s’élever par force ?
Non, merci. Dédier, comme tous ils le font,
Des vers aux financiers ? Se changer en bouffon
Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un ministre,
Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?
Non, merci. User de connivence plus que de don ?
Avoir un beau carnet d’adresses ? Un pantalon
Qui plus vite, à l’endroit des genoux, devient sale ?
Exécuter des tours de souplesse dorsale ?...
Non, merci. Se faire flagorneur des puissants,
Et, à l’opposé, contempteur des simples gens ?
Avoir toujours pour l’élite l’encensoir bien véloce,
Et pour la multitude les crocs les plus féroces ?
Non, merci. Savoir à son milliardaire complaire,
Jouer à la bayadère et la foule distraire ?
Non, merci. Zélateur du calcul égoïste,
Se faire l’apôtre de la doxa capitaliste,
Voire hussard noir du néolibéralisme,
Jusqu’à l’apothéose, jusqu’aux cataclysmes ?
Non, merci. Croire au marché pur sans entrave ?
Que jouir au détriment d’autrui n’est pas grave ?
Être pour les médias, possessions des nantis,
Un dispensateur de bonnes paroles ? Non, merci !
Travailler à se construire une jolie renommée,
Devenir ce falot influenceur primé,
Cette cheville ‘‘ouvrière’’ achetée à bon prix ?
Vendre toujours au plus offrant son bel esprit,
Jusqu’à être, par ses nombreux pairs, jalousé ?
Non, merci ! Calculer, compter, thésauriser ?
Se faire laudateur plutôt que pamphlétaire,
Pisse-copie plutôt que journaliste exemplaire ?
Confondre information et communication,
N’être plus de la propagande que le porte-coton,
De la raison du fort, du Prince de Machiavel,
Que la voix servant « l’hégémonie culturelle » ?
Non, merci ! Devenir comme une caricature,
Au service de cette nocive démocrature ?
Non, merci ! Être, pour ses principes, oublieux ?
Se faire docilement le porte-voix pointilleux
De la « révolution passive », des buts élitaires,
Tous viols de la souveraineté populaire ?
Non, merci ! Puis dauber sur la contestation,
Nonobstant les rouages de coercition,
Et la duplicité de l’État terroriste ?
Non ! Merci ! Hurler à l’envi aux complotistes ?
Être belliciste comme amoureux de sagesse,
Attendre des marchands de carnage une largesse ?
Non ! Merci ! S’épancher sur les charges sociales,
Mais passer sous silence les évasions fiscales ?
Non, merci. Non, merci ! Non ! Merci ! Mais... penser,
Être libre, avoir soif d’idéaux, rêver !
Avoir l’œil qui regarde bien, le verbe qui sied,
Mettre, quand il vous plaît, dans le plat les pieds,
Être ce franc-tireur, dans cette «  guerre de position »,
Venant troubler la digestion des ministrions,
Par la révélation des affaires, des infamies
De tous les profiteurs, exploiteurs impunis !
Pour un oui, pour un non, se battre, ne pas se taire,
Défendre sans cesse les victimes de l’arbitraire !
Agir sans le souci de gloire ni de fortune,
À tel voyage semblable à atteindre la lune !
Être comme cet esprit vif et pénétrant,
Ce cerveau qui fut enfermé dix ans durant ! (2)
N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
Et modeste d’ailleurs, se dire : mon petit,
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
Si c’est dans ton jardin que, tantôt, tu les cueilles !
Puis, s’il advient d’un peu triompher du sort,
Ne pas être l’obligé d’untel et consorts,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,
Lors même que l’on n’est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !...
Se garder encore de toute manipulation,
Ainsi que des entreprises de diversion.
N’avoir de cesse de blâmer les compromissions,
Qui scellent, par une loi d’airain, les soumissions.
Clamer encore que vivre sans exubérance,
C’est désapprendre à s’asservir sans conscience.
Et qu’un rêve à plusieurs, c’est prémonitoire :
Une Commune utopie est ressort de l’Histoire. (3)

Le Bret
Enfin, tu conviendras qu’il est suicidaire
D’assassiner toujours la chance passagère.

Cyrano
Non... Pour le principe, et pour l’exemple aussi,
Je trouve qu’il est bon de combattre ainsi.

D’après la tirade des « Non, merci ! », acte II, scène 8 de Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand

(1) Je hais les indifférents, Antonio Gramsci, in La cité future :
(2) Référence à Antonio Gramsci ( idem pour les concepts : «  l’hégémonie culturelle », «  la révolution passive », « la guerre de position »).
(3) Helder Camara : «  Lorsqu’on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve, alors que lorsqu’on rêve à plusieurs, c’est déjà une réalité. L’utopie partagée, c’est le ressort de l’Histoire. »

URL de cet article 37775
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.