RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’erreur de Julian Assange

Il n’y a aucun doute au sujet de l’ouverture de la boîte de Pandore que constitue la livraison de dizaines de milliers de documents classifiés du Pentagone et du Département d’Etat du Gouvernement des Etats-unis réalisée par Wikileaks, organisation dirigée jusqu’à maintenant par l’Australien Julian Assange. L’opinion des diplomates Américains et des militaires sur les lieux, leurs vraies pensées et considérations en relation avec des évènements passés ou des situations sujettes à débat pour les intérêts de leur gouvernement est quelque chose qui démasque sans l’ombre d’un doute l’hypocrisie, la toute-puissance et la posture trompeuse de l’administration nord-américaine devant des réalités très intensément cachées.

L’erreur fondamentale d’Assange repose sur le fait d’avoir cru au conte de ce qu’on appelle la démocratie représentative et sa "liberté d’exression" perpétuellement caquetée dans le pré-carré du capitalisme. Dont fait partie Assange lui-même, ne l’oublions pas.

A partir du moment où ont commencé à arriver ce genre de documents compromettants, l’Australien s’est mis à chercher des alliances et des protections. Il a alors eu recours à l’organisation "Freedom House" , connue comme étant une filiale de façade de la CIA, subventionnée par des fonds fédéraux, que ce soit l’agence elle-même, ou qu’ils viennent de l’USAID ou de l’apport d’entrepreneurs "philanthropes", fait qui montre la crédulité d’Assange en ce qui concerne les instruments que possède le système.

Suivant ses critères, ou ceux de ses conseillers et relations, il s’est tourné vers les principaux médias internationaux, pensant ainsi avoir l’audience que ceux-ci pourraient lui offrir. Il a ainsi remis les dossiers de documents au New York Times aux USA, à Le Monde, en France, à The Guardian en Grande Bretagne, à Der Spiegel en Allemagne et à El Pais, en Espagne, tous étroitement liés d’une manière ou d’une autre aux intérêts du système capitaliste et de ses dirigeants. De là découle la sélection rigoureuse de centaines de milliers d’informations et cables, pour que n’en soient publiés qu’une minime proportion, celle qui a vu le jour. Assange les a remis pour les rendre publics et ceux qui pouvaient le faire les ont cachés.

C’est ainsi qu’a avorté l’intention première du leader de Wikileaks. Pour avoir eu confiance en son propre système, il a été rattrapé par celui-ci, et, pour lui, les tentacules cachées - et en même temps évidentes - ont manipulé les situations pour le faire sortir du jeu.

D’abord, avec la farce des femmes supposées avoir été violées, il a été accusé d’avoir eu des relations sexuelles sans préservatif avec une personne qui était également liée aux secteurs les plus réactionnaires du monde occidental. La "justice" suédoise a déclenché sa recherche internationale par INTERPOL. Mais, comme cette affaire est grosse d’intention, il est difficile de la faire avaler par les médias informés, encore plus s’il y a, depuis Washington, procès pour infraction aux lois contre le terrorisme.

Sa comparution, réclamée à Londres par la Suède, a donné lieu à une procédure spécifique aux lois suédoises. Il s’est exilé en Grande Bretagne, un juge Britannique lui ayant enjoint le versement d’une caution et la limitation de ses déplacements.

Et maintenant, comme nouveauté, voilà que son affaire est transférée à la cour de Belmarsh, où elle serait traitée comme une question de terrorisme. C’est là qu’aura lieu la première audience le 11 Janvier* . Ce qui est dicté par Washington a des effets et à n’importe quel moment Julian Assange sera condamné par la "justice anglaise" et remis à ses associés de mascarade aux États-Unis, où il devrait payer la faute d’avoir fait connaître au monde les vérités cachées de l’empire.

Wikileaks est un fait réel. Mais Assange est victime de ses propres erreurs, et par dessus tout d’avoir fait confiance à un système qui est connu pour dévorer ses propres enfants et partisans

Source : http://lapupilainsomne.wordpress.com/2011/01/08/el-error-de-julian-assange/

* Articles du 11Janvier 2010 :

http://lci.tf1.fr/monde/europe/2011-01/julian-assange-de-retour-devant... .
http://www.nicematin.com/article/monde/wikileaks-assange-attend-la-dat... (AFP)

URL de cet article 12477
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le Prix Nobel de la Paix, la journaliste Maria Ressa, a déclaré que ce que faisaient Julian Assange et Wikileaks n’était pas du vrai journalisme. Ce qui me fait dire que le Prix Nobel est à la paix et au journalisme ce que le Concours de l’Eurovision est à la musique. »

Viktor Dedaj

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.