RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’idéologie révolutionnaire vs imposition de la pensée unique pro-capitaliste. (Aporrea)

La Liberté, la Justice et l’Egalité ont été ardemment souhaités de tous temps. Cependant, seule une partie de l’humanité a pris conscience que ceux-ci ne règneront pas tant que nous tous, êtres humains, et chacun d’entre nous, ou au moins la majorité, n’aurons pas changé nos esprits égoïstes, compétitifs, peureux, apathiques, violents, enjoliveurs, radins, gaspilleurs et enfin une façon de se comporter, dictée par l’émotion, qui caractérise bon nombre d’êtres humains et qui est la cause principale des problèmes auxquels a été et est confrontée l’humanité.

L’habitude de voir les erreurs chez l’autre sans voir les siennes propres, de vouloir changer le plus grand nombre, ou de demander aux autres qu’ils changent, sans revoir objectivement notre propre attitude a été, et est, l’un des principaux écueils sur lesquels a échoué un changement profond de point de vue économique, politique et social, dans ce pays et dans le monde. La tradition a été d’attendre commodément un « messie » qui, comme par magie, changerait la face du pays ou du monde. C’est ainsi que beaucoup de générations, beaucoup de gens, ont vieilli et sont morts sans avoir VU, et encore moins CONTRIBUE réellement, à un changement bénéfique qui atteindrait toute l’humanité ou au moins la majorité, et ont laissé à leurs descendants un monde plein d’injustice et de confusion.

Cette peur du changement a facilité la tâche pour la classe dominante mondiale grâce aux moyens offerts par la passivité, la lâcheté, le messianisme, la critique sans propositions, les lamentations perpétuelles, la reprise sans critique des clichés et actions pré-élaborés et diffusés par divers médias. Ainsi a-t-elle imposé des clichés rebattus et des on-dit, qui passent pour novateurs et bons, afin de maintenir les peuples dans le cercle vicieux de l’ignorance et de favoriser ces classes privilégiées qui ont maintenu leur domination à travers les siècles, sans que les classes dominées, qui sont majoritaires, ne se rendent compte de leur grand pouvoir en tant que classe majoritaire.

La relation dominants-dominés, dans laquelle les dominés restent majoritairement passifs devant l’exploitation dont ils sont victimes a été imposée par manipulation religieuse, médiatique, « éducative », et dans beaucoup de cas par les armes. Mais la plus grande force de la classe dominante a été l’aliénation par les systèmes « éducatifs » et les médias, conçus par les dominants pour que les peuples ne puissent voir clairement quelle est l’origine de leurs souffrances et elle se trouve dans les ambitions de la classe dominante et dans le manque de conscience de classe, ce qui conduit à la passivité des classes exploitées.

Grâce à ce manque de clarté des masses, il a été facile pour la classe dominante de coloniser l’esprit de millions d’êtres humains par la culture ethnocentriste qui diffusait la croyance selon laquelle les gens de la classe dominante sont riches parce qu’issus de cultures « supérieures » et parce qu’ils ont travaillé toute leur vie, tandis que les exploités sont, eux, issus de cultures « inférieures » et sont paresseux, et même méritent leur pauvreté et doivent dire merci à l’employeur de lui donner les miettes qui tombent de sa table.

Beaucoup d’exploités n’ont pas conscience que ce sont les employés qui font le travail le plus dur afib d’augmenter les bénéfices de ceux qui, un jour, se sont appropriés les moyens de production et ont privé le peuple du droit légitime de jouir de leurs fruits et de son propre travail.

Il est nécessaire d’éradiquer l’idéologie colonialiste et pro-capitaliste et de la remplacer par une idéologie socialiste, c’est-à -dire humanitaire et prenant soin de l’environnement. Une idéologie qui réveille la conscience de classe de la majorité, pour que celle-ci puisse voir avec clarté où se situe la raison de sa pauvreté et sache aussi qu’elle ne doit pas se contenter de cette découverte mais doit changer d’attitude en accomplissant des actions visant à une émancipation véritable et à l’instauration de l’organisation d’un système social égalitaire. Si on ne parvient pas à éradiquer cette idéologie les peuples dominés continueront dans le cercle vicieux de faire des actions pour s’émanciper dictées par l’émotivité, et quand ils seront proches du but, ils tomberont à nouveau dans les mains des manipulateurs financés par la classe dominante qui s’infiltrent dans les mouvements populaires, déforment les faits, sabotent et détruisent le chemin d’une véritable émancipation.

Un peuple, sans une idéologie qui lui permette d’être critique, qui créé la conscience de classe et qui met le projecteur sur la nécessité de lire et de chercher, en analysant l’histoire de sa patrie et l’origine des inégalités, est une proie facile pour la manipulation médiatique qui sait très bien atteindre l’esprit humain non prévenu, s’y faire de la place, et y prendre racine comme une mauvaise herbe qui se développe à grande vitesse, en créant des peurs, des doutes, de la haines, de la confusion, etc.

Les médias de masse ont réussi, et continuent à réussir, leur travail de manipulation qui commence à aliéner depuis la plus tendre enfance jusqu’au récepteur crédule, dans le silence complice de nombreux « intellectuels », parmi les quels on compte des savants, des sociologues, des psychologues, des poètes, des caricaturistes, des défenseurs des droits de l’hommes, des chefs religieux, etc.

Au moyen des médias l’esprit des gens est envahi depuis le plus jeune âge et il leur est donné une idéologie favorable à la classe dominante et défavorable à la classe des travailleurs et de la classe pauvre en général. C’est-à -dire que les médias positionnent le peuple contre lui-même, tout en faisant croire le contraire ! Le pouvoir des médias et tel que beaucoup de ceux qui appartiennent à cette classe non-privilégiée ont honte de leur origine et rejettent les autres pauvres. C’est pourquoi beaucoup de ceux qui parviennent à étudier, à avoir un métier et à améliorer leur status social, même un peu, commencent à considérer avec beaucoup de rejet, voire de haine, les personnes de même origine qu’eux.

On peut remarquer cela dans des phrases comme : « Les pauvres sont des paresseux, c’est pour cela qu’ils n’ont rien, il leur plait de vivre dans la pauvreté, car celle-ci ne leur demande pas d’études. » « Les riches étudient et/ou travaillent et, donc, ils gagnent ce qu’ils possèdent et méritent de commander. »

Ainsi se justifie dans bien des cas l’exploitation de l’homme par l’homme et est ignorée l’origine des inégalités qui n’est autre que l’accumulation des ressources dans un petit nombre de mains (celles des privilégiés de toujours). Ceci est du en grande partie au fait que le système « éducatif » traditionnel est basé sur la mémorisation d’idées pré-établies par la classe dominante, et qui, évidemment, conduisent à la pensée unique, (celle des dominants). Dans ce système éducatif aliénant les textes étudiés sont conçus pour former les serviteurs de la classe qui a le pouvoir dans le monde. En quelques mots, au Vénézuéla et dans le monde, il y a des universitaires qui en réalité ne le sont pas, mais sont quelques uns des très efficaces laveurs de cerveau qui transforment les êtres humains en outils pour la perpétuation de l’hégémonie capitaliste.

Que ceux qui rêvent, grâce à un capitalisme « humanisé » et grâce à l’égalité des chances, d’accomplir leur rêve de devenir capitalistes, analysent minutieusement et objectivement l’Histoire des peuples du monde depuis que s’est imposée l’hégémonie capitaliste et qu’ils se regardent dans le miroir américain, dans sa crise économique, qui fait plus de 40 000 000 de victimes DE LA MISERE à l’intérieur même des USA, ce qui ne se dit pas dans le reste du monde. Et que dire de la dévastation sans précédent de l’environnement qu’a causée le capitalisme ?

Il y a eu des millions de morts durant les Première et Seconde Guerres Mondiales à cause de l’ambition de quelques uns. A partir de la Seconde Guerre Mondiale l’empire américain s’est élevé au faîte de sa toute-puissance et est devenu le gendarme du monde, dans la dictature mondiale la plus féroce qu’aie connu l’humanité, la plus criminelle.

Comment peut-il y avoir un être humain qui regarde avec indifférence le massacre quotidien qui se pra tique contre les Palestiniens ? Le sol de Palestine a été jonché d’os d’innocents, parmi lesquels beaucoup d’enfants qui allaient tranquillement à l’école, qui, pour avoir lancé une pierre sur un char envahisseur, ont été assassinées sans pitié par une arme « avancée » qui a dispersé en morceaux leurs corps innocents. Et que dire des millions de personnes assassinées en Irak, des milliers en Afghanistan et maintenant en Libye, avec des caractéristiques semblables ou équivalentes et par les mêmes assaillants qui sont venu armés voler leurs ressources aux peuples. Sans aller plus loin, les morts de Chirillo au Panama, ceux d’Amérique Centrale et ceux d’Amérique du Sud, se comptent aussi par milliers et tous dans un même but, satisfaire l’ambition de l’Empire.

C’est pour ces raisons que la bataille qui doit être menée est une éducation populaire avec une idéologie révolutionnaire qui conduise au socialisme et à la déroute de l’idéologie pro-capitaliste.

Nous devons grossir la Révolution de ceux qui par ambition « naïve », par passivité, par désinformation, nourrissent le capitalisme du fruit de leur travail, avec leurs votes ou leur abstention et qui, sans s’en rendre compte, achètent les balles qui tuent les enfants des autres et qui, un jour, peuvent tuer les leurs, car ils n’ont pas acquis de conscience de classe et n’ont pas fait la véritable révolution. Quand le peuple achète dans les échoppes de restauration rapide éparpillées dans le monde et que possède l’empire, quand il mange ses glaces et préfère ce qui est produit par les multinationales impériales, il peut être en train de payer sa propre mort et celle de ses enfants par-dessus le marché. Il est en train de financer les assassins et les exploiteurs du monde.

Matea Rodriguez

Source : http://www.aporrea.org/actualidad/a135856.html

Traduction par Lucky Luke

URL de cet article 15477
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Dire que l’on ne se soucie pas de la protection de la vie privée parce qu’on n’a rien à cacher équivaut à dire que l’on ne se soucie pas de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire. » - Edward Snowden

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.