RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’indépendance et le coup d’arrêt porté par Dilma. (La Jornada)

La seconde indépendance de l’Amérique Latine est probablement l’un des faits géopolitiques les plus importants au niveau mondial dans les quinze dernières années. C’est ce que souligne Mark Weisbrost, bon analyste étatsunien. C’est ce que nous disons en termes similaires depuis deux lustres.

L’Amérique Latine et les Caraïbes forment aujourd’hui la région la plus indépendante de la planète, avant-garde à l’échelle internationale de la lutte contre le néo-libéralisme, pour la démocratie participative, pour la justice sociale, les droits de peuples originaires, et pour une relation amoureuse et harmonieuse avec la Nature. La la récupération par les gouvernements boliviens, équatorien et vénézuélien du Sumak Kawsay andin,« vivre bien » en quechua, constitue une avancée philosophique et de civilisation de proportions gigantesques qui pourrait servir de base à la construction de sociétés fort éloignées de la dégradation écologique et du consumérisme.

Il est évident que ce monde arrivera plus tôt si un plus grand nombre de pays rejettent les politiques du concensus de Washington pour qu’il soit possible de construire, comme le propose l’ALBA, une zone économique latino-caribéenne qui gagne peu à peu en autonomie par rapport au marché capitaliste mondial.

Nous n’oublions pas que plusieurs pays et non des moindres, restent gouvernés par la droite : Mexique, Costa-Rica, Panama, Colombie, Pérou, Chili, mais il faut bien qu’ils se fassent à cette nouvelle réalité comme le prouve leur adhésion aux institutions d’unité et intégration régionale comme l’Unasur et la CELAC. Ce n’est pas un hasard, pour citer un fait récent, si aucun d’entre eux n’a souscrit la déclaration des 25 pays présentée par Washington et exigeant une réponse internationale forte à la Syrie supposée avoir utilisé l’arme chimique.

L’élection d’Hugo Chavez à la tête du Vénézuéla en 1998 a été le premier fait marquant cette étape pour la seconde indépendance de l’Amérique Latine. Le rejet de l’ALCA de Bush au sommet des Amériques de Mar Del Plata en 2005, rejet exprimé par Chavez à la tête de plusieurs présidents sud-américains constitué également un point déterminant.

Les gestes d’indépendance et de dignité de la part d’un dirigeant latino-caribéen sont chaque fois plus fréquents. Cette semaine, nous pouvons admirer celui de la présidente du Brésil, Dilma Roussef annulant totalement la visite détat qu’elle devait réaliser aux USA fin octobre. Le fait surprend mais elle a averti Obama à plusieurs reprises, y compris au cours de leur rencontre pendant le G20, qu’elle n’irait pas si des explications complètes et des excuses écrites n’étaient pas présentées suite au scandale d’espionnage de ses lignes téléphoniques et courrier personnels, ceux de différents responsables et entreprises brésiliennes comme Pétrobras, dénoncées par l’informaticien Edward Snowden.

Dilma nous a raconté son entrevue avec Obama : « je lui ai dit de tout m’expliquer, tout, everything en anglais, » Elle a ensuite déclaré : « les pratiques illégales d’interception des communications et des données de citoyens, d’entreprises et de membres du gouvernement brésiliens constituent un fait grave, attentatoire à la souveraineté nationale et aux droits individuels, ces fait sont incompatibles avec la coexistence démocratique de pays amis ».

Le fait est d’autant plus notoire qu’une visite d’état, dans le protocole yanqui n’est pas une simple visite officielle, c’est un honneur conféré à bien peu de dignitaires étrangers et jusque là, il n’avait été refusé par personne. Il montre la hauteur du rejet de Dilma à la violation de la souveraineté de son pays.

Ce n’est un secret pour personne comme le note Weisbrost, Washington considère le virage à gauche de la région -et l’indépendance consolidée par des gouvernements de gauche- comme un changement temporaire qui peut être retourné. Il donne l’exemple de l’appui état-unien aux coups d’état du Honduras et du Paraguay, et en général le peu de concrétisation dans les faits des promesses faites à l’Amérique Latine par le candidat à la présidence de 2009.

Les États-Unis n’acceptent pas l’Amérique Latine indépendante. Le coup d’état contre Chavez en 2002, les expériences actuelles de déstabilisation de Caracas, les essais manqués contre Morales, la tentative de meurtre visant Correa, nous le rappellent, la surenchère quotidienne de l’armée des médias du pentagone contre les gouvernements indépendants de la région (au premier rang de laquelle on trouve tous les contre-révolutionnaires cubains qui paradent sur Cnn en esp), nous le montrent chaque jour.

Ángel Guerra Cabrera

La Jornada (mx) 19/09/13

»» http://www.jornada.unam.mx/2013/09/19/mundo/036a1mun
URL de cet article 22536
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où règne la civilisation occidentale toutes attaches humaines ont cessé à l’exception de celles qui avaient pour raison d’être l’intérêt.

Attribuée à Louis Aragon, 1925.

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.