RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’internationalisme sanitaire de Cuba. Applaudissements

Témoignage du père d'une soignante cubaine en Espagne. Envoyé par Maria Bonita et Lampiao.

Applaudissements

Ma fille Tania est aujourd’hui en première ligne de la lutte contre la covid-19. Elle fait partie de cette infanterie qui ne se barricade pas. Au contraire, elle sort pour dépister le virus avant qu’il ne se propage. En ce moment, sur la première ligne, elle va de maison en maison pour détecter les symptômes et les personnes à risque. Bien sûr, cela m’inquiète beaucoup, et je lui ai donné plus de conseils qu’il n’est vraiment utile, mais je sais que ce qu’elle fait est nécessaire, et c’est pourquoi je lutte contre cette partie de l’amour qui pousse à l’égoïsme.

Hier, je lisais un tweet, je ne me souviens plus de qui : quelqu’un demandait comment fait une petite île bloquée pour disposer de l’un des meilleurs systèmes de santé et sauver des vies dans le monde entier.

Il est facile de répondre à cette question : elle le fait grâce à Fidel, le créateur de génie du système de santé cubain : une révolution dans la Révolution. La clé de son succès ne réside pas seulement dans son caractère préventif, axé sur les soins primaires systématiques dispensés au sein de la communauté, mais aussi dans la formation de médecins à vocation de service, pour qui la santé n’est pas une marchandise.

Je suis fier que ma fille fasse partie de cette avant-garde, qui fait de Cuba une puissance morale. Ce n’est pas que l’on m’ait dit comment ils sont reçus dans d’autres pays, je l’ai vu. Pendant deux ans, j’ai participé à une mission dans le Venezuela profond, là où aucun des gouvernements précédents n’était allé, sauf au moment des élections. Des lieux semblables à ceux de mon enfance, où des gens mourraient de maladies curables.

Là-bas, j’ai vu l’affection avec laquelle ils étaient reçus dans d’humbles maisons : une fête, comme s’il s’agissait d’un fils ou d’un parent proche. Malgré leurs diplômes scientifiques, je les ai vus se transformer en infirmier pour appliquer un vaccin ou poser une perfusion. Je les ai même vus donner leur sang en cas d’urgence, et dépenser le solde de leur téléphone, tellement nécessaire pour communiquer avec leur famille éloignée, en appelant d’autres Cubains pour qu’ils donnent leur sang eux aussi.

Je sais très bien comment était Cuba lorsque nous n’avions pas encore ce système de santé : je suis assez âgé. Je me souviens que ma mère a dû se briser le dos sur la machine à coudre pendant trois jours pour gagner les trois pesos qu’il en coûtait pour m’arracher une dent qui me torturait. C’est le plus grand traumatisme que je conserve de mon enfance. Un double traumatisme, car le dentiste habitait à un demi-pâté de maisons de chez moi et que je ne pouvais pas comprendre son manque de miséricorde. Mais c’était la logique du système : aujourd’hui, je ne fais pas confiance, demain, oui.

C’est pour cela que je suis si enthousiaste lorsque je lis les textes qui sont partagés sur les réseaux sociaux sur les médecins et les infirmiers cubains. Ces infirmières et infirmiers qui travaillent 16 ou 18 heures par jour, sans rentrer chez eux. Les applaudissements spontanés des chauffeurs de taxi à l’aéroport de Madrid, après l’arrivée des médecins cubains qui se rendaient en Andorre. Ils sont maintenant plus de 500, répartis en 14 brigades : c’est ce que je viens de lire. Plus de 500 qui rejoignent les plus de 29 000 qui étaient déjà en mission dans le monde entier.

C’est pourquoi je n’ai dit à ma fille que ceci : « Prends soin de toi, ma fille ! ». Et hier soir, je l’ai appelée au téléphone, à 21h précises, pour qu’elle entende mes applaudissements.

31 mars 2020

URL de cet article 35901
   

Pierre Lemaitre. Cadres noirs.
Bernard GENSANE
Contrairement à Zola qui s’imposait des efforts cognitifs démentiels dans la préparation de ses romans, Pierre Lemaitre n’est pas un adepte compulsif de la consultation d’internet. Si ses oeuvres nous donnent un rendu de la société aussi saisissant c’est que, chez lui, le vraisemblable est plus puissant que le vrai. Comme aurait dit Flaubert, il ne s’écrit pas, pas plus qu’il n’écrit la société. Mais si on ne voit pas, à proprement parler, la société, on la sent partout. A l’heure ou de nombreux sondages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.