Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’omission est aussi une « fake news »

Dimanche 18 mars 2018, la votation citoyenne concernant l’arrêt ou la poursuite du nucléaire civil et militaire était close à 18 heures. Dans la demi-heure qui suivit, les résultats ont été publiés :

Plus de 93 % des 314 530 votants ont exprimé leur opposition à la poursuite des activités nucléaires de la France et 6,23 % l’ont approuvée.

Rappelons, d’abord, qu’à la différence des instituts de « sondage », l’origine et le contrôle de l’identité des votants a été assurée tout au long de cette votation. Donc ici, pas de doubles votants, pas de sondés imaginaires, pas de correction des résultats, etc., toutes manipulations bien connues des officines officielles.

Rappelons également que les citoyens français n’ont jamais été, jusqu’à ce jour, appelés à donner leur avis et manifester leur opinion sur cette question, alors que ces activités civiles et militaires datent de la IVe République. Depuis plus de 60 ans, jamais on n’a sollicité l’accord explicite des Français sur cette question pourtant fondamentale.

À ce sondage en vraie grandeur ont répondu dix fois plus de Français que lors du dernier scrutin du PS, et 150 à 200 fois plus que lors des « sondages-manipulations » d’opinion habituels. C’est dire que la représentativité de l’opération est incontestable. C’est d’ailleurs une très belle réussite de la France Insoumise, à l’origine de cette initiative.

Eh bien que croyez-vous qu’il arriva ! Pensez-vous que les journaux de « gôche », comme Médiapart, ou de droite de la gauche de droite, comme Libé, ou le « Grand Quotidien de Référence Auto-proclamé Champion du Décodex et de la Morale Journalistique » se soient emparés non seulement de cette remarquable performance mais aussi de l’avis sans appel des Français et qu’ils aient publié sans retard cette information essentielle ? Que nenni ! Lundi 19 mars à 16h, encore aucune de ces trois ...comment les désigner, feuilles de chou, n’avaient publié les résultats ni fait à ce sujet le moindre commentaire. Ah, s’il s’était agi du Vénézuelaaaaa...

Ils préfèrent sonder les Français pour savoir s’ils préfèrent pisser debout ou mettre plutôt du fromage dans leur soupe. Triste presse servile, tristes chiens de garde, triste pays !

Montauba

URL de cet article 33073
   
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Sous une dictature, il y a une chose pour laquelle nous avons plus de chance que vous en Occident. Nous ne croyons à rien de ce que nous lisons dans la presse, à rien de ce que nous voyons à la télévision, parce que nous savons que c’est de la propagande et des mensonges. Contrairement aux Occidentaux, nous avons appris à voir au-delà de la propagande et à lire entre les lignes et, contrairement à vous, nous savons que la vérité est toujours subversive.

Zdener Urbanek


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.