Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Russie : premières leçons du scrutin présidentiel

110 millions d’électeurs russes étaient appelés, le 18 mars, à élire leur président. La participation, un enjeu important du scrutin, s’est élevée à 67,4%, soit 2,1 points de plus qu’en 2012.

Vladimir Poutine a été réélu pour un mandat de six ans avec 76,7% des suffrages. Même s’il partait ultra-favori, ce résultat a de quoi réjouir l’hôte du Kremlin, qui progresse de 13,1 points par rapport à 2012.

Les facteurs de ce succès sont connus : pour une grande majorité de ses concitoyens, il symbolise et assure la stabilité du pays, et a rendu à ce dernier sa place et sa dignité sur la scène internationale ; il incarne celui qui a sorti la Russie du cauchemar qu’a représenté la période Eltsine (1991-1999), caractérisée tout à la fois par un cataclysme social sans précédent et par une vassalisation vis-à-vis de l’Occident.

Le scrutin se déroulait quatre ans jours pour jour après le retour – non reconnu par les Occidentaux – de la Crimée au sein de la « mère-patrie » russe, un événement qui avait à l’époque fait grimper la popularité du chef de l’Etat. Les électeurs de Crimée – dont la population s’est toujours sentie russe très majoritairement – ont d’ailleurs plébiscité Vladimir Poutine lors de ce présent scrutin.
Il est en outre possible que les vives tensions causées par l’affaire Skripall aient joué – même marginalement – en faveur du président sortant : le 4 mars, cet ancien espion militaire russe ayant trahi ses collègues il y a vingt ans faisait l’objet d’une tentative d’assassinat en Angleterre. Londres, suivi par ses alliés occidentaux, accusait immédiatement Moscou de cette action malgré l’absence de preuves et la faible vraisemblance d’une telle tentative eu égard aux intérêts russes.

Si Vladimir Poutine a bénéficié d’une large approbation liée à sa défense reconnue des intérêts nationaux, cela ne signifie pas une approbation sans réserve

Si Vladimir Poutine a bénéficié d’une très large approbation liée à sa défense reconnue des intérêts nationaux et son action ayant garanti un socle politico-social stable, cela ne signifie pas une approbation sans réserve. Pavel Groudinine, présenté par le Parti communiste (PCFR), obtient ainsi près de 12% des suffrages – c’est du reste le seul concurrent à pouvoir afficher un score à deux chiffres.
Certes, le chef du PCFR, Guennadi Ziouganov, obtenait en 2012 17,8% des voix. Ce parti avait cette fois-ci fait le choix de présenter un candidat non issu de ses rangs, un riche homme d’affaires à la tête d’une florissante entreprise agricole issue d’une ferme d’Etat du temps de l’URSS. Ce dernier a mis en avant sa réussite économique et les retombées sociales pour ses salariés qui bénéficient des avantages intégrés rappelant la période soviétique (crèches, écoles, culture…).

Traditionnellement, la candidature communiste exprime les préoccupations sociales, qui restent fortes dans la population. Cette fois-ci, le profil du candidat a-t-il renforcé ou bien brouillé le message ? Sous réserve d’analyse plus poussée, on peut déjà remarquer que le score de M. Groudinine a été le plus fort dans la partie orientale de la Russie, peut-être plus attachée à la période soviétique qu’une part de la population urbanisée des métropoles comme Moscou ou Saint-Pétersbourg.

Les électeurs résidant à l’ouest du pays se sont peut-être sentis plus exposés aux tensions avec les Occidentaux

Peut-être aussi les électeurs résidant à l’ouest du pays se sont-ils sentis plus exposés aux tensions avec les Occidentaux, et ont-ils dès lors préféré conforter le président sortant dans ce contexte. Même en recul, le score du candidat soutenu par le PCFR constitue notamment le signe que les problèmes sociaux sont loin d’être résolus dans le pays. Le président reconduit pourrait même faire valoir ce résultat, le moment venu, face aux pressions et à l’influence des libéraux qui restent actifs au sein du pouvoir.

D’autant que les libéraux revendiqués ayant fait le choix de l’opposition essuient, eux, un échec cinglant : ils arrivent non seulement derrière M. Groudinine, mais également derrière l’ultranationaliste Vladimir Jirinovski (5,7%). Xenia Sobtchak (qui avait fait campagne sur la modernité occidentale) et Gregori Iavlinski (connu pour avoir conçu, sous Mikhaïl Gorbatchev, un plan censé opérer un basculement capitaliste « en 500 jours ») obtiennent respectivement 1,6% et 1% des voix.

Observateurs internationaux

Les opérations de vote se sont déroulées en présence de plus de 1 500 observateurs internationaux. Les quelques cas rapportés de fraude censée faire grimper la participation – probablement organisée par des autorités locales souhaitant se faire mousser – n’ont clairement pas influé sur les chiffres globaux.

Une majorité de grands médias occidentaux avait, dès avant le vote, voulu déconsidérer celui-ci

Une majorité de grands médias occidentaux avait, dès avant le vote, voulu déconsidérer celui-ci, en insistant sur un résultat « joué d’avance » issu d’une « mascarade » où tous les concurrents auraient été « désignés par le Kremlin ». Alexeï Navalny, un blogueur qui n’avait pu se présenter du fait d’une condamnation pour escroquerie financière, fut présenté comme « l’opposant principal du Kremlin », alors même qu’aucun sondage ne lui a jamais accordé plus de quelques pourcents au niveau national.

Dans un contexte où les rapports entre Londres et Moscou restent très tendus, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, qui se réunissent en Conseil européen les 22 et 23 mars, devraient avoir un échange sur le résultat du scrutin russe. Le président chinois, pour sa part, a été l’un des premiers à féliciter son homologue, et s’est réjoui des relations sino-russes « à leur plus haut niveau historique ».

RUPTURES, le 19 mars 2018 .


Abonnez-vous à ruptures à partir de 3,60€ par mois : https://ruptures-presse.fr/

URL de cet article 33075
   
En conscience je refuse d’obéir. Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école, Alain Refalo
Alain REFALO
Le manifeste des enseignants désobéisseurs : un ouvrage qui dénonce la déconstruction de l’école de la République. « Car d’autres enseignants (…) ont décidé de relever ce défi de la lutte contre la déconstruction de l’école publique. Ils sont entrés en résistance, sans se payer de mots inutiles. Une résistance radicale, mais responsable. Une résistance transparente et assumée. Pour que le dernier mot de l’histoire n’ait pas la couleur de la désespérance. » Des îlots de résistance - 164, rue du Faubourg (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.

Karl Marx


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.