RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Vu de Chine. Les élections présidentielles russes de 2024 vont bouleverser le monde. Les médias français s’affolent.

(Logo : queue devant le consulat de Russieà Shanghaï le 17 mars 2024)

L’attentat politique le plus important d’après la fin de la guerre froide qui rend possible la redéfinition des rapports géopolitiques mondiaux. Les élections présidentielles russes qui se sont tenues entre le 15 et le 17 mars 2024 ont mobilisé 77% des électeurs inscrits, décrit comme un record de participation. Ce chiffre lui-même est plus édifiant que les 88% qui ont choisi de reconduire Vladimir Poutine à la tête de la Fédération de Russie.

Les Russes ont rejeté les règles revendiquées comme universelles par l’hégémon de Washington et ses vassaux occidentaux depuis la fin de la guerre froide.

Ils ont aussi massivement manifesté que le moment n’était pas venu, en pleine guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie sur le sol de l’Ukraine, de « changer de cheval au milieu du gué ».

Les Russes savent aussi que Poutine est le dirigeant qui, en 25 ans, a sorti la Russie du marasme des années 90 suivant la dissolution de l’Union Soviétique, a su faire de ce que les Occidentaux qualifiaient avec sarcasme de « station-service déguisée en pays » la première économie européenne en parité de pouvoir d’achat malgré les sanctions occidentales unilatérales et nouer des partenariats géostratégiques solides avec des voisins en Orient et dans le reste du monde.

Le Président Poutine a désormais les mains libres pour conduire le programme de développement de la Fédération qu’il a annoncé le 29 février 2024, la guerre contre l’OTAN en Ukraine et faire valoir la place de la Russie dans l’émergence du nouveau monde en assurant la présidence des BRICS en cette année décisive.

Les adversaires de la Russie ne s’y sont pas trompés. Ils ont parfaitement analysé que les Russes venaient d’exprimer une volonté inouïe dans les annales de la démocratie.

Depuis l’annonce des résultats, dans une grande fébrilité et en faisant feu de tout bois, les médias qui leur sont soumis se sont empressés de remettre en cause la régularité d’un scrutin si dérangeant et de dénoncer tous ceux qui auraient pu, d’une manière ou d’une autre, le cautionner.

Des « experts en géopolitique » ou politiques français russophobes se répandent sur les plateaux de télévision en affirmant que cette participation est le fruit d’un bourrage des urnes, s’appuyant sur les seuls témoignages non vérifiés d’opposants.

En complément, dans une sorte d’instinct grégaire, ils qualifient tous ceux qui, en France, confirment les résultats des élections, de « pro-Poutine », d’extrême droite, de traitres ou au minimum d’idiots.

Les observateurs internationaux qui auraient pu se rendre en Russie pour vérifier la régularité des opérations de vote ont été soumis à des pressions pour y renoncer.

Il est tellement plus facile de contester des élections après s’être refusé à y assister !

Les 700 observateurs qui ont passé outre ont été accusés de « cautionner un simulacre de démocratie ». Un article de France Inter du 16 mars 2024 qualifie les observateurs français de personnalités, selon leur cas, de second rang, pro-russes, sans légitimité sérieuse, conspirationnistes climatosceptiques, d’extrême-droite, voire d’avoir des liens particuliers et même financiers avec la Russie.

S’il n’a pas été possible de se rendre en Russie, le déroulement des élections à l’étranger a, par contre, été visible par tous les observateurs, notamment en Chine et en France.

Pour France Info, s’appuyant sur le témoignage de deux Russes réfugiés à Istanbul, on lisait que les Russes à l’étranger n’étaient pas motivés pour participer à ces élections, ne manifestant plus d’intérêt pour un pays natal dont ils s’étaient détournés.

En Chine, 5 349 citoyens russes, employés d’entreprises russes ou chinoises, enseignants, étudiants et aussi touristes de passage en Chine, ont fait la queue devant les bureaux de vote de l’Ambassade de Chine à Pékin et des Consulats russes de Shanghaï, Harbin, Guangzhou, Shenyang et Hong-Kong pour exprimer leurs suffrages dont 1.500 au Consulat de Shanghaï.

L’Ambassade de Russie à Pékin a produit une vidéo montrant les électeurs faire la queue devant le bâtiment, se présenter aux membres de la commission électorale pour vérifier leur identité et leur inscription sur les listes avant de recevoir leur bulletin de vote.


Photo : Ambassade de Russie à Pékin, contrôle des inscriptions sur les listes électorales.
Les opérations se sont déroulées sous le regard des délégués des quatre candidats en lice.

De mon côté, j’ai pu voir la queue, dimanche matin, devant le Consulat de Shanghaï.

A l’issue du scrutin, l’Ambassadeur de Russie en Chine, Igor Morgoulov, a déclaré : "Je vois dans cette activité des citoyens russes vivant et passant en Chine, un reflet de la compréhension de l’importance du moment, de l’importance du fait qu’en ce moment important, nous devons tous faire preuve d’unité et de mobilisation dans le choix de l’avenir de notre pays".

Photo : Igor Morgoulov, conférence de presse.
Sur l’ensemble de la Chine, Poutine a recueilli 67%, devant 16% pour Davankov, 9% pour Sloutsky et 4% pour Kharitonov.

Cette majorité témoigne que les Russes en Chine, dont de nombreux étudiants, savent que Vladimir Poutine est un ami de la Chine, qu’il a établi des relations privilégiées avec le Président chinois Xi Jinping, et que de cette stabilité dépend la poursuite de leurs emplois actuels et futurs dans des entreprises ou des projets sino-russes. De telles perspectives ne seraient pas garanties si ces relations étaient remises en causes ou devaient être réinitialisées avec un nouveau président.

En France, la participation a été de 5 990 électeurs dont 3 658 à Paris. Il a fallu jusqu’à sept heures de queue pour voter dimanche après-midi devant l’Ambassade de Russie à Paris et à 20h celle-ci n’était pas encore résorbée.

France Info n’a pas craint le ridicule en affirmant dans un article du 17 mars : « À Paris, plusieurs centaines de personnes sont rassemblées devant l’ambassade de la Fédération de Russie, boulevard Lannes, dans le 16e arrondissement, a constaté dimanche 17 mars le journaliste de franceinfo sur place. La file d’attente s’étire sur des centaines de mètres, y compris sur la route pour ce troisième et dernier jour de l’élection présidentielle russe... Ces manifestants répondent à l’appel "Midi contre Poutine" lancé par Ioulia Navalanaïa, la veuve d’Alexeï Navalny » !

Les commentateurs occidentaux peuvent être sceptiques sur la réalité en Russie. Par contre, ils peuvent difficilement faire croire que le pouvoir russe a forcé entre 5 000 et 6 000 de ses ressortissants, expatriés en Chine et en France, libres de venir ou pas voter, de venir faire de la figuration pendant plusieurs heures devant les bureaux de vote à l’étranger ou à l’inverse qu’ils ne peuvent y être que pour manifester à l’appel d’un mouvement d’opposition, du reste insignifiant.

Mais à la limite, peu importe la réaction des pays occidentaux en perte de vitesse à l’égard des élections en Russie. Il est plus important de se soucier de celle de la Chine, de ses 1,4 milliards d’habitants, dont le PIB en niveau de pouvoir d’achat a dépassé celui des autres acteurs mondiaux et qui s’affirme comme la puissance en capacité d’arbitrer les règles du monde de demain.

Selon le Consulat de Chine à Shanghaï, les autorités de sûreté chinoise ont mis un point d’honneur à ce qu’aucun débordement ni provocation ne perturbe la bonne tenue des élections aux abords des bureaux de vote.


Photo : Contrôle chinois devant l’ambassade de Russie à Pékin le 17 mars 2024
Une Russie forte et continuant à se développer est importante aux yeux de la Chine. Au moment où l’Occident cherche à imposer à la Chine une politique de sanctions unilatérales et un monde selon ses « règles », un voisin à la vaste étendue au nord et un partenaire économique stable est extrêmement important pour Pékin.

Soutenir Moscou dans le contexte géopolitique actuel est un point important de la politique extérieure du gouvernement chinois. L’attention portée à la tenue sans accrocs des élections du 17 mars dans chaque bureau de vote en est un signe supplémentaire.

Dernièrement, Washington a fait pression sur des banques chinoises pour les empêcher d’accepter des paiements d’exportations russes en yuan.
Lors de la session annuelle du parlement chinois, le ministre des affaires étrangères Wang Yi a fustigé les multiples moyens de pression et la liste des sanctions américaines constamment allongées.

Lors d’une conférence de presse le 7 mars, il a souligné la qualité de la relation Chine Russie : « nous poursuivons sur la voie d’une amitié de bon voisinage permanente et d’un approfondissement de notre coopération stratégique avec Moscou ».

Les Chinois sont conscients que la reconduction du président actuel lors des élections du 17 mars était le meilleur choix possible pour garantir la stabilité et la fiabilité du partenariat stratégique entre la Chine et la Russie.

Le Président Xi Jinping a félicité Vladimir Poutine dès l’annonce de sa réélection. De son côté c’est à Pékin que le président russe effectuera sa première visite à l’étranger après sa réélection.

Le vote des électeurs russes à l’étranger, dans deux pays aux attitudes diamétralement opposées à la Russie, la Chine et la France, confirme le choix des Russes pour leur avenir et leur attachement à l’avenir de la patrie dans le sens tracé par Vladimir Poutine autour des valeurs traditionnelles russes, du développement du pays et de sa place prépondérante dans le monde de demain.

jEAN PEGOURET

Shangaï, 28 mars 2024


»» http://VudeChine.Lesélectionsprésidentiellesrussesde2024vontboulever...
URL de cet article 39491
  

"Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
René HAMM
Le titre claque comme un slogan que l’on clamerait volontiers avec allégresse. Quel immense dommage que si peu de Vert(-e)s adhèrent à ce credo radical, préférant, à l’image de Dominique Voynet Daniel Cohn-Bendit ou Alain Lipietz, quelques commodes replâtrages ! Les déprédations gravissimes de l’environnement découlent d’un mode de production uniquement mû par « la maximisation du profit ». La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’un des plus gros mensonges officiels de notre temps est que les États-Unis et le Royaume-Uni sont en guerre contre l’islam radical. De l’Afghanistan à l’Arabie Saoudite en passant par la Syrie et la Libye, les extrémistes islamiques ont été pendant des décennies un allié vital dans leur véritable guerre : contre l’indépendance, l’unité panarabe et la souveraineté économique au Moyen-Orient.

Matt Kennard

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.