RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
35 

Ingérence en Afrique : d’un impérialisme l’autre ?

Il est toujours assez gênant – pour ne pas dire exaspérant – de voir certains analystes et commentateurs de l’opposition se réjouir que les puissances russe et chinoise « étendent leur influence en Afrique » au détriment du méchant colon français qui, hormis ses contributions sociales, éducatives, technologiques et administratives sur le continent ces dernières décennies, ne serait bon qu’à commettre pillages et exactions en tous genres auprès de populations vulnérables...

Voilà sans doute la vision de celui qui, ne connaissant en réalité de l’Afrique que le Club Med de Djerba ou les meilleurs resorts du Kenya, conçoit le monde comme un vaste tournoi de football idéologique où il s’agirait de choisir et soutenir sans conditions son club, trahi par un malheureux besoin de domination. La vision de celui qui pense avec l’arrogance eurocentrique, abreuvé des récits les plus spectaculaires ou les plus misérabilistes, entretenant malgré lui la croyance tenace selon laquelle les peuples d’Afrique seraient anthropologiquement inaptes à l’autonomie et en demande d’une autorité extérieure – qu’elle prenne le nom de « colon » ou de « partenaire majeur ».

Voilà une façon de remplacer à moindres frais un impérialisme par un autre – à ceci près que l’« esprit français » exporté a au moins le mérite d’être une proposition humaniste –, et d’alimenter l’éternel mépris des dirigeants pour leurs peuples, suivant les lois sacrées du profit. Une façon de coller à la religion du développement économique défendue par les lobbies globalistes et autres prédateurs financiers en embuscade, qui entraîne chaque année des milliers de migrants sous-éduqués à abandonner famille et patrie pour vivre la publicité mensongère de l’eldorado occidental.

Mais ce que l’on omet assez grossièrement de dire, sans doute par réflexe colonial primaire, c’est que l’avenir de l’Afrique se trouve désormais plus du côté des dynamiques intracontinentales, en faveur d’une solidarité régionale (notamment du Maghreb et de l’Égypte vers les pays subsahariens), plutôt qu’auprès de partenaires étrangers qui n’en connaissent ni l’histoire ni les particularités sociales, ethniques, culturelles.

Petit test de terrain qui vaudrait le coup : sonder les professionnels du tourisme – et notamment de l’hôtellerie – ici et là sur le continent africain en leur demandant quels sont, par nationalité, les voyageurs qu’ils redoutent le plus, pour leur conduite irrespectueuse (des lieux et des gens) et leurs manières de ploucs incorrigibles. Pas sûr que ce soient les Français qui arrivent en tête du sondage...

Cessons donc de voir l’Afrique comme le mendiant professionnel qui prend son plus bel air de victime pour soutirer quelques pièces, et considérons-la comme une adulte parmi les adultes : ce sera, me semble-t-il, le meilleur service à lui rendre en vue de son émancipation.

URL de cet article 39492
  

Même Thème
Que fait l’armée française en Afrique ?
Raphaël GRANVAUD
Préface d’Odile Tobner-Biyidi Que fait l’armée française en Afrique ? Et de quel droit s’y trouve-t-elle encore aujourd’hui ? Si l’on en croit les discours officiels, elle n’y aurait plus depuis longtemps que des missions humanitaires et de maintien de la paix. La page du néocolonialisme et de la Françafrique aurait été tournée en même temps que finissait la guerre froide. Ce « Dossier noir » examine, à travers de nombreux exemples concrets, la réalité de cette présence depuis deux décennies. Après un (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si notre condition était véritablement heureuse, il ne faudrait pas nous divertir d’y penser.

Blaise PASCAL

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.