RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Belgique a livré pour 18 millions d’armes à Kadhafi

La semaine prochaine paraît le livre d’Andrew Feinstein, « The Shadow World : Inside the Global Arms Trade », qui promet d’être un véritable brûlot. Il y dresse un portrait au vitriol de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair… et égratigne la Belgique au passage.

Le journaliste anglais et sud-africain a passé au crible le commerce des armes depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours. Et la Belgique s’y voit attribuer un rôle non négligeable. Selon un récent rapport d’Amnesty International, notre pays aurait livré ces cinq dernières années d’importantes quantités d’armes au Bahreïn, à l’Egypte et à la Libye. Des pays qui n’ont pas hésité à pratiquer une répression musclée contre leur propre population. Bahreïn a reçu pour 5,6 millions d’euros d’armes, l’Egypte pour 770.000 euros et la Libye pour pas moins de 18 millions.

La Belgique, surtout au travers de la FN Herstal, est un important producteur d’armes de poing, indique Andrew Feinstein à nos confrères de Knack. « Il est urgent de savoir comment un homme comme Kadhafi, qui était à l’origine considéré comme un terroriste, a pu accéder à la manne que représente l’excellent armement belge. »

Ostende, la plaque tournante

Selon Feinstein, l’aéroport d’Ostende était, jusqu’il y a cinq ans, l’une des principales plaques tournantes du trafic d’armes illégal vers l’Afrique. » Pendant 10 ans, des marchands d’armes comme Viktor Bout, Leonid Minin ou encore Joe der Hovsepian s’y baladaient sans encombre. Il n’y avait pas de règles et personne ne posait de question. Comment se fait-il qu’Ostende ait joué durant si longtemps ce rôle central et que les autorités belges se soient montrées incapables de contrôler l’aéroport ? On devrait d’urgence, et sérieusement, approfondir ces questions. »
Ostende aurait, depuis, perdu son statut de place-to-be auprès des trafiquants d’armes au profit des Emirats arabes et de Dubaï.

Source : www.bruckmer.be

URL de cet article 15534
  

Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Al Qaeda est aux médias ce que Stéphanie de Monaco est à "Questions Pour Un Champion".

Viktor Dedaj

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.