Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La Bolivie avant et après Evo (La Jornada)

9 Août 2012 - En Bolivie, il y avait une petite minorité opulente qui opprimait et refusait leurs droits humains de base aux Aymara, aux Quechuas, aux Guaranis, et à d’autres peuples qui étaient là à l’origine et constituaient la plus grande partie de la population. Encore bien moins leur reconnaissait-elle des droits à une identité culturelle collective, à l’autonomie et au territoire. 90% de la population rurale vivait dans la pauvreté et le pays disputait à Haïti et au Honduras la palme de la pire réalisation dans la région du point de vue de son indice de développement humain..

Les entreprises publiques crées par la révolution de 1952 ont été privatisées à un prix de liquidation en obéissance aux ordres du
Consensus de Washington au moyen de dispositions anticonstitutionnelles et de scandaleux négoces d’armes entre l’oligarchie et les multinationales.

Mieux vaut un exemple pour illustrer ce pillage : le président néo-libéral Gonzalo Sánchez de Lozada(1993-97 ; 2002-03), à lui seul, est parvenu à une fortune de plus de 250 000 000 de dollars grâce aux privatisations, au chômage créé par celles-ci et affectant des dizaines de milliers de travailleurs, à la renonciation aux ressources naturelles et à la souveraineté nationale, ainsi qu’à la répression sanglante des mouvements qui refusaient cette politique.

Les peuples de Bolivie, une fois le gouvernail entre leurs mains, ont commencé par le sauvetage de l’indépendance, de la souveraineté et par le développement d’une politique étrangère indépendante, faite d’unité et d’intégration latino-caribéenne, de solidarité avec les peuples de la région et avec tous ceux qui se démènent pour un monde meilleur. Défiant les attaques de l’oligarchie et de l’impérialisme, Evo a lutté avec la dernière des énergies pour transformer en réalité les revendications des mouvements indigènes et populaires.

Il a convoqué une Assemblée Constituante, a demandé avec conviction aux peuples originaires qu’il lui soit permis de proclamer la Nouvelle Constitution et la naissance de l’Etats Plurinational de Bolivie, d’enterrer la République Oligarchique et, avec cette arme juridique, de s’attaquer au sauvetage des ressources naturelles, des entreprises privatisées, d’aller deux fois plus vite dans la longue lutte pour la décolonisation et la transformation des consciences en ce qui a été approximativement qualifié par le leader Bolivien comme une Révolution Démocratique et Culturelle.

En sept ans, la Bolivie a éradiqué l’analphabétisme, son économie s’est accrue en moyenne de 4,7 % par an, elle a quasi sextuplé ses réserves internationales de devises, doublé le PIB par habitant et cessé d’être cet état mendiant, qualifié de défaillant, qui dépendait de l’aide internationale jusque pour payer ses emplois publics, conquêtes dont ne peuvent s’enorgueillir nombre de pays plongés dans la grande crise économique internationale.

Il a considérablement étendu les services de santé à des millions de gens qui n’y avaient pas accès et il a ouvert des milliers d’écoles. C’est un membre prestigieux de l’ALBA et de l’UNASUR et il intégrera sûrement bientôt le MERCOSUR. Un pas qui ajoutera une force géopolitique à l’apport du Vénézuéla à ce bloc d’une dimension internationale de grande envergure, puisque la Bolivie, sans compter ses ressources en énergie, en minerais et sa biodiversité, jouit d’une position géographique cruciale dans la région.

Ce n’est pas par hasard que le gouvernement de Bush a fait tout ce qui était possible pour empêcher l’arrivée d’Evo à la présidence et que Washington, avec Obama aussi, a maintenu une politique continue de subversion pour le renverser jusqu’à un point tel que l’état major de la contre-révolution se trouvait dans la représentation diplomatique Yanqui à La Paz..

Les Etats-Unis ont modifié leurs tactiques subversives au fur et à mesure qu’elles échouaient l’une après l’autre. En dernier, ils ont eu recours à la stimulation, dont ils ont fait du bruit médiatique, des revendications de secteurs populaires, en particulier sur la question du TIPNIS, dont les dirigeants défendent des intérêts particuliers et s’opposent maintenant au referendum pour décider de la route proposée par le gouvernement parce qu’ils savent qu’une écrasante majorité de la population du territoire indigène l’approuvera. La Bolivie brille sous le leadership d’Evo aux yeux des peuples indiens et non indiens comme un phare de dignité et de construction nationale en harmonie avec la nature, thème sur lequel elle est leader mondial.

Angel Guerra Cabrera

Source : http://www.jornada.unam.mx/2012/08/09/mundo/026a1mun

Angel Guerra Cabrera est un journaliste Cubain résidant au Mexique et collaborateur du quotidien La Jornada

URL de cet article 17420
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.