RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Corée du Nord affirme (une fois de plus) que sa politique nucléaire est uniquement défensive

Tous les experts savent que la Corée du Nord ne pose pas de véritable « menace nucléaire ». Elle a de bonnes raisons de construire des systèmes d’armes nucléaires et elle n’a jamais menacé de les utiliser de manière offensive.

Mais le public « occidental » a reçu peu d’informations sur ces questions jusqu’à maintenant. Il est quelque peu rafraîchissant de trouver aujourd’hui deux journaux qui abordent les question de fond.

Et tout d’abord : Pourquoi la Corée du Nord estime-t-elle avoir besoin de l’arme nucléaire pour protéger son peuple ?

M. Kim a utilisé ce rare rassemblement politique pour rallier le parti à sa politique dite du « byungjin ». Samedi, M. Kim a dit que cette politique n’était pas été une étape temporaire, mais la « ligne stratégique permanente de son parti. »

La politique du byungjin* - ou « avancée parallèle » - consiste à stocker des armes nucléaires dans l’idée que leur force de dissuasion permettra au pays de se concentrer sur la reprise économique .

Pendant la guerre de Corée, la Corée du Nord a été entièrement dévastée. Près d’un tiers de sa population est morte. Ses industries ont été détruites. Pratiquement aucune structure de plus d’un étage n’est restée debout. Après la guerre, la Corée du Nord a consacré une immense partie de ses ressources humaines et matérielles à la construction et à l’entretien d’une armée conventionnelle. La menace de l’armée des Etats-Unis et de sa chair à canon sud-coréenne était perçue comme colossale. Tout développement civil était subordonné à la politique de « l’armée d’abord ».

Les efforts pour trouver un arrangement avec les Etats-Unis ont échoué. La meilleure opportunité a sans doute été l’accord-cadre signé en 1994 qui aurait compensé à la Corée du Nord l’abandon de ses plans nucléaires par des livraisons de combustible hydrocarboné et de réacteurs nucléaires commerciaux. Les administrations Clinton et Bush ont, toutes les deux, commencé par saboter l’accord-cadre avant de l’abandonner complètement.

La Corée du Nord a alors décidé de mettre en place sa politique du byungjin. Une capacité de dissuasion crédible d’armement nucléaire, qui les protégerait de toute invasion ou de frappes irrémédiables, leur permettrait de réduire massivement les troupes de première ligne et les unités d’artillerie. Les dépenses et les ressources ainsi économisées seraient alors utilisées à des fins civiles. Il semble bien que cette stratégie fonctionne. Actuellement, ni les États-Unis, ni la Corée du Sud, n’oseraient attaquer la Corée du Nord, même si son arsenal nucléaire n’est que modeste et non avéré. Selon certaines estimations, la croissance de l’économie nord-coréenne atteint 7% par année, signe de sa bonne santé.

Mais les faucons « occidentaux », en particulier les révisionnistes de droite du Japon, veulent utiliser la « menace nucléaire » imaginaire de la Corée du Nord pour développer leurs propres capacités (nucléaires). L’armée américaine veut utiliser la « menace » de la Corée du Nord pour installer des systèmes de défense de missiles à longue portée en Corée du Sud. Ces systèmes de serviraient à rien contre un système nord-coréen, mais pourraient probablement neutraliser les capacités chinoises.

Il est donc important que la Corée du Nord déclare maintenant qu’elle n’utilisera pas ses nouveaux systèmes d’armes contre la Corée du Sud ou le Japon à moins que ces pays eux-mêmes ne déploient des forces nucléaires contre elle :

Au cours du congrès, Kim a répété que la Corée du Nord ne passerait pas à l’offensive avec ses armes.

« Comme tout état responsable pourvu d’armes nucléaires, notre république n’utilisera pas l’arme nucléaire, sauf s’il était porté atteinte à sa souveraineté par des forces agressives hostiles, équipées d’armes nucléaires », a déclaré Kim au meeting, selon KCNA, l’agence nationale de presse nord-coréenne.

On pourrait faire valoir que de telles déclarations n’ont d’aucune valeur, mais les soixante-dix ans d’histoire de la dissuasion nucléaire ont été construites sur de telles déclarations et jusqu’à présent, tous ceux qui les avaient faites ont tenu leurs promesses.

Note : Littéralement « en tandem ».

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/05/north-korea-again-announces-a-def...
URL de cet article 30336
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’emprise des multinationales sur l’opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n’a réussi à éliminer des média, et avec autant d’efficacité, toute forme d’objectivité - sans même parler de dissidence.

Gore Vidal

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.