RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La grande dévalorisation

Depuis que le capitalisme existe, il s’est toujours accompagné d’un processus de rationalisation.

Le désir de diminuer le temps de fabrication de marchandise a toujours caractériser ce mode de production. Dans le passé, lors des poussées technologiques à l’origine desquelles on trouvait des artisans adroits, les produits innovants étaient le facteur déterminant. Mais malgré les efforts de rationalisation, le travail dans la production représentait toujours la force productive principale. L’exemple le plus frappant a été le fordisme après la Seconde Guerre mondiale. Lorsque la marchandise voiture accéda au rang de production de masse, il fallut accueillir des forces productives en grande quantité, formant la base du plus grand boom du capitalisme de l’histoire.

Mais la troisième révolution industrielle marque un tournant dans l’histoire du capitalisme. L’introduction de la microélectronique mis fin à ce processus d’expansion vieux de 250 ans. Elle commença à rendre obsolète la force productrice (ouvriers) dont son exploitation est à la base du succès du capitalisme. La microélectronique représentant la technologie de rationalisation par excellence, car le travail supplémentaire qui est dépensé pour la production d’ordinateur ne compense pas le travail qui a été abandonné suite à la rationalisation de la microélectronique.

La montée en puissance de la science comme force productrice principale détruit alors les bases de la valorisation du capital. L’application de la science remplace alors le travail. Mais si ceci est vrai pourquoi le capitalisme survit-il à cette évolution ?

Le capitalisme a contourné ce problème dans la mesure ou il a muté en un système reposant sur les valeurs anticipés. Depuis trente ans c’est l’industrie financière qui est le moteur de l’accumulation capitaliste. L’économie réelle s’est bien accru ces trente dernières années mais uniquement sous perfusion de capital fictif et pas de manière auto entretenu. Du fait de la 3eme révolution, le capitalisme s’est retrouvé empêtré dans des crises qui ne pouvait plus être dépassé par les moyens keynésiens qui avait pourtant fait leurs preuves à l’époque du fordisme. Tous les pays au cœur du capitalisme souffrait du problème combiné de la stagflation (inflation forte + croissance faible). La crise semble contenu uniquement dans la mesure où les marchés financiers ont gonflé de manière outrancière. Dans les années 1970 les produits dérivés étaient complètement inconnus, leurs montants représentait 0,001 % du PIB mondial alors qu’en 2011 ils sont montés à 1600 %. La somme des capitalisations boursières de toutes les entreprises réunis au niveau mondial représentait en 1990 à 42 % du PIB mondial pour s’élever à 100 % dans en 1999. Après le krach de la nouvelle économie en 2000, ce sont essentiellement les dettes privées et celles des entreprises qui ont joué un rôle central pour maintenir à flot la dynamique de création du capital fictif. Pour donner l’ampleur de l’impasse dans laquelle nous sommes un seul chiffre : début 2008 la dette public et privé cumulé représentait aux états unis 550 000 dollars par habitants alors que le PIB par habitant ne représentait que 46 000 dollars. C’est-à-dire qu’il existe un rapport douze entre la richesse réelle et celle anticipée. Mais ce capitalisme 2.0 possède une autre faiblesse qui n’arrange vraiment pas les choses. Certes le capital peut s’accumuler sans passer par une valorisation antérieure mais il devient dépendant des promesses des secteurs de l’économie sur lequel on a fondé un espoir de croissance. Quand les porteurs d’espoir n’accomplissent pas les attentes placées en eux alors le revers est inéluctable. Le remède à la crise rentre lui aussi en crise....

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/10/l...
URL de cet article 29710
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?
Monique Pinçon-Charlot - Michel Pinçon - Étienne Lécroart
Un ouvrage documentaire jeunesse engagé de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, illustré par Étienne Lécroart Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour questionner la société et ses inégalités, les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, passés maîtres dans l’art de décortiquer les mécanismes de la domination sociale, s’adressent pour la première fois aux enfants à partir de 10 ans. Avec clarté et pédagogie, ils leur expliquent les mécanismes et les enjeux du monde social dans lequel ils vont grandir et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.