RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La journaliste syrienne Yara Abass assassinée par des terroristes

Elle disait : « Je donnerai ma vie pour ma Syrie. » Elle est morte car elle n’a pas été de ceux qui ont vendu leur

Vaincre ou mourir était l’objectif qu’elle s’était tracé, sa patrie était sa priorité, lutter contre les terroristes était sa seule conviction. Yara Abass, une figure emblématique de la chaîne satellitaire Al-Ikhbarya Al Souria, est tombée hier, en martyr, au champ d’honneur.

Des terroristes lui avaient tendu une embuscade au moment de la réalisation d’un reportage à Qousseïr près de Homs, alors qu’elle accompagnait l’Armée arabe syrienne dans ses multiples opérations contre les renégats.

Plusieurs membres de son équipe ont été blessés. Elle est partie le coeur meurtri pour son pays. Dévouée à son métier de reporter, Yara affrontait la mort tous les jours et, contre vents et marées elle imposait la vérité par l’image et rapportait la seule réalité du terrain.

On l’a assassinée car elle a dit non à l’occupation, à la violence et au terrorisme. Elle est morte, mais au moins pour une cause juste. Elle disait : « Je donnerai ma vie pour ma Syrie. » Elle est morte car elle n’a pas été de ceux qui ont vendu leur terre aux monarchies des pétrodollars !

Dans ses reportages, où elle frôlait la mort, elle dénonçait sans réserve les actes de barbarie des terroristes qu’on aime appeler « opposition ! » Elle n’est plus là depuis hier et, ce n’est certainement pas le mufti du diable, Al-Qaradhaoui, qui a appelé à l’assassinat des intellectuels, des ouléma et savants, qui va essuyer les larmes de sa maman, soulager le chagrin de son papa ! Ce n’est certainement pas l’administration de Obama, le gouvernement du Cameroun et les élus de l’Elysée qui vont présenter leurs condoléances à la famille de la victime. Encore moins les néodémocrates des pays du Golfe. Pour eux, c’est une illustre inconnue, mais pour nous, Yara est le symbole de la liberté, d’un courage exemplaire, d’une détermination édifiante, Pour nous, Yara est l’emblème de la paix ! Elle nous laisse orphelins, elle qui n’était jamais fatiguée pour surgir sur l’écran et nous informer sur les derniers événements du terrain.

Hier, quelques heures auparavant, elle s’adressait à nous ; aujourd’hui, elle a disparu, laissant derrière elle l’amertume et la tristesse. Par téléphone, sur son réseau social, à l’écran, elle nous a démontré sa loyauté et son patriotisme.

Derrière cette femme, dont beaucoup ne connaissent pas l’âge, se cachait pourtant toute l’innocence d’un être très sensible et fragile qui n’aspirait qu’à vivre en symbiose avec son pays pour lequel elle sacrifiera sa vie. Elle-même avait vécu un énorme chagrin lors de l’enlèvement de sa consoeur Yara Salah par un groupe terroriste plusieurs mois plus tôt, mais elle viendra l’accueillir chaleureusement après sa libération suite à un assaut de l’AAS contre les ravisseurs.

Yara Salah, comme nous tous, doit faire ses adieux à son amie. Adieu Yara Abass, tu resteras cette femme différente des autres. Tu seras présente par tes reportages. Tu vivras dans nos pensées, malgré ceux qui t’ont assassiné, malgré les prêches diaboliques et malgré cette néodémocratie qu’on impose par la force et la violence.

»» http://www.lexpressiondz.com/internationale/174828-yara-abass-assassin...
URL de cet article 20766
   

LES CHEMINS DE LA VICTOIRE
Fidel CASTRO
« En ce qui me concerne, à cette étape de ma vie, je suis en mesure d’offrir un témoignage qui, si cela a une certaine valeur pour les générations nouvelles, est le fruit d’un travail acharné. » "• Fidel Castro Dans ce premier tome de son autobiographie, Fidel Castro révèle de façon inédite les coulisses de la révolution cubaine. Il fait part de sa défiance pour l’impérialisme des États-Unis qui asservissait les Cubains par l’entremise de Batista, et interdisait à l’île tout développement. Il raconte le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La différence entre antisionisme et antisémitisme ?
Environ 80 points de QI.

Viktor DEDAJ

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.