Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La preuve est faite : il faut nationaliser les banques.

illustration : http://governo-washington.blogspot.com/2008_04_01_archive.html

La colère de la rue est palpable. Peu à peu est découvert l’effarante réalité, non seulement du monde de la finance et des pratiques bancaires, mais « qui » doit payer.

Les licenciements commencent à peine. Si les Français n’en sont pas comme les Italiens à crier dans les rues "Nous refusons de payer pour votre crise !", c’est parce que le politico-médiatique joue bien son rôle d’anesthesie, leur coupe bras et jambes. Face à une gauche qui a éclaté en chapelles concurrentes, un émiettement hostile, une explosion, et une direction du parti communiste qui met tout son art à empêcher sa base d’avoir le droit à la parole, la rue doit garder sa colère pour elle. Et encore, elle a du mal à mesurer la réalité de l’arnaque. Les chiffres sont si monstrueux qu’ils ne représentent plus rien, si ce n’est cette phrase dite et redite à satiété : "Il n’y a plus d’argent pour la sécu, plus d’argent pour l’hôpiatl mais pour les banquiers, ils en trouvent !" La seule solution est de remettre en cause la propriété privée et le profit.

Alors ce seraient les banquiers ? On vient de déverser dans leur escarcelle des sommes fabuleuses pour éviter le manque de liquidité, la thrombose du crédit et de l’économie… Et pourtant ils continuent à resserrer le crédit alors que les entreprises et les ménages sont au bord de l’asphyxie.

Mais est-ce la faute aux banquiers ? Le banquier ne peut agir qu’à travers un seul critère, celui du profit capitaliste. Il lui est impossible de changer et pour en donner l’exemple le plus criant, mais pas le plus coûteux pour l’économie, le public découvre avec effarement l’étendue de certaines pratiques bancaires et, par exemple, le montant des bonus octroyés cette année encore aux plus privilégiés de la profession. Le gouvernement Sarkozy en tête peut parler de "moralisation" , c’est du pipeau : on ne "moralise" pas le capital parce que si le capital ne fait pas de profit, s’il n’exploite pas, il disparaît en tant que tel et laisse la place à un concurrent..

La faute n’est pas celle des banquiers. Le banquier fait de l’argent pour lui et ses actionnaires. Si l’on veut que le crédit ait une autre fonction, celle de servir l’intérêt général, on doit leur enlever la gestion. Ou alors on continue à croire que le marché, le libre renard capitaliste dans le libre poulailler des salariés, fait le bonheur de l’un comme des autres.

C’est pour cela que la direction du parti communiste, sans parler du reste de la gauche qui n’ose pas prononcer le mot nationalisation, nous prend pour des imbéciles. Que cette nationalisation soit totalement insuffisante et même nocive suivant la manière dont elle est menée - par exemple par la gauche sous Mitterrand - est parfaitement exact. Mais si l’on ne donne pas à l’Etat, à la nation, la propriété des banques on ne pourra jamais changer les critères d’attribution des crédits et créer les conditions du contrôle par les travailleurs et les usages.

Nous venons d’en faire l’expérience :

Les banquiers, après avoir reçu un plan de soutien de 360 milliards d’euros voté par le parlement qui de fait a délégué à un directoire de surveillance de ces crédits aux dits banquiers assortis de ministres complaisants, se sont engagées à ce que les crédits progressent de 3 à 4 % sur l’année et l’Etat, aidé par l’armée du corps préfectoral et des trésoriers-payeurs généraux, sont censés y veiller. Mais les banques, dans leur immense majorité, aujourd’hui durcissent considérablement leurs conditions de prêts : elles prêtent des sommes moins élevées, moins longtemps, en réclamant plus de garanties. Et, faut-il s’en étonner, elles ne s’en portent pas plus mal : au moment où tous leurs clients ou presque s’enfoncent dans la crise, leurs marges bénéficiaires progressent !

D’où les questions. Pourquoi avoir aidé les banques si celles-ci serrent la vis ? Où sont les fameuses contreparties ? Que vaut le « pacte moral » conclu entre la collectivité et la profession bancaire lors du vote du plan de soutien de 360 milliards d’euros ? On le sait, l’intervention des Etats, en France comme ailleurs, visait à éviter un blocage total du système bancaire, donc une paralysie complète du financement de l’économie. Le pire a été évité. Mais les banques, comme cela était prévisible, ont recherché le profit et non l’intérêt général, la dette qu’ils ont contracté à l’égard de la collectivité. Ils ont jugé en fonction de leurs profits.

C’est pour cela qu’il faut nationaliser, arracher à la propriété privée, changer les critères d’attribution des crédits et créer un contrôle démocratique réel.

Danielle Bleitrach

article publié sur Changement de Société
http://socio13.wordpress.com/2008/11/11/danielle-bleitrach-la-preuve-est-faite-il-faut-nationaliser-les-banques/

URL de cet article 7403
   

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.