RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La preuve est faite : il faut nationaliser les banques.

illustration : http://governo-washington.blogspot.com/2008_04_01_archive.html

La colère de la rue est palpable. Peu à peu est découvert l’effarante réalité, non seulement du monde de la finance et des pratiques bancaires, mais « qui » doit payer.

Les licenciements commencent à peine. Si les Français n’en sont pas comme les Italiens à crier dans les rues "Nous refusons de payer pour votre crise !", c’est parce que le politico-médiatique joue bien son rôle d’anesthesie, leur coupe bras et jambes. Face à une gauche qui a éclaté en chapelles concurrentes, un émiettement hostile, une explosion, et une direction du parti communiste qui met tout son art à empêcher sa base d’avoir le droit à la parole, la rue doit garder sa colère pour elle. Et encore, elle a du mal à mesurer la réalité de l’arnaque. Les chiffres sont si monstrueux qu’ils ne représentent plus rien, si ce n’est cette phrase dite et redite à satiété : "Il n’y a plus d’argent pour la sécu, plus d’argent pour l’hôpiatl mais pour les banquiers, ils en trouvent !" La seule solution est de remettre en cause la propriété privée et le profit.

Alors ce seraient les banquiers ? On vient de déverser dans leur escarcelle des sommes fabuleuses pour éviter le manque de liquidité, la thrombose du crédit et de l’économie… Et pourtant ils continuent à resserrer le crédit alors que les entreprises et les ménages sont au bord de l’asphyxie.

Mais est-ce la faute aux banquiers ? Le banquier ne peut agir qu’à travers un seul critère, celui du profit capitaliste. Il lui est impossible de changer et pour en donner l’exemple le plus criant, mais pas le plus coûteux pour l’économie, le public découvre avec effarement l’étendue de certaines pratiques bancaires et, par exemple, le montant des bonus octroyés cette année encore aux plus privilégiés de la profession. Le gouvernement Sarkozy en tête peut parler de "moralisation" , c’est du pipeau : on ne "moralise" pas le capital parce que si le capital ne fait pas de profit, s’il n’exploite pas, il disparaît en tant que tel et laisse la place à un concurrent..

La faute n’est pas celle des banquiers. Le banquier fait de l’argent pour lui et ses actionnaires. Si l’on veut que le crédit ait une autre fonction, celle de servir l’intérêt général, on doit leur enlever la gestion. Ou alors on continue à croire que le marché, le libre renard capitaliste dans le libre poulailler des salariés, fait le bonheur de l’un comme des autres.

C’est pour cela que la direction du parti communiste, sans parler du reste de la gauche qui n’ose pas prononcer le mot nationalisation, nous prend pour des imbéciles. Que cette nationalisation soit totalement insuffisante et même nocive suivant la manière dont elle est menée - par exemple par la gauche sous Mitterrand - est parfaitement exact. Mais si l’on ne donne pas à l’Etat, à la nation, la propriété des banques on ne pourra jamais changer les critères d’attribution des crédits et créer les conditions du contrôle par les travailleurs et les usages.

Nous venons d’en faire l’expérience :

Les banquiers, après avoir reçu un plan de soutien de 360 milliards d’euros voté par le parlement qui de fait a délégué à un directoire de surveillance de ces crédits aux dits banquiers assortis de ministres complaisants, se sont engagées à ce que les crédits progressent de 3 à 4 % sur l’année et l’Etat, aidé par l’armée du corps préfectoral et des trésoriers-payeurs généraux, sont censés y veiller. Mais les banques, dans leur immense majorité, aujourd’hui durcissent considérablement leurs conditions de prêts : elles prêtent des sommes moins élevées, moins longtemps, en réclamant plus de garanties. Et, faut-il s’en étonner, elles ne s’en portent pas plus mal : au moment où tous leurs clients ou presque s’enfoncent dans la crise, leurs marges bénéficiaires progressent !

D’où les questions. Pourquoi avoir aidé les banques si celles-ci serrent la vis ? Où sont les fameuses contreparties ? Que vaut le « pacte moral » conclu entre la collectivité et la profession bancaire lors du vote du plan de soutien de 360 milliards d’euros ? On le sait, l’intervention des Etats, en France comme ailleurs, visait à éviter un blocage total du système bancaire, donc une paralysie complète du financement de l’économie. Le pire a été évité. Mais les banques, comme cela était prévisible, ont recherché le profit et non l’intérêt général, la dette qu’ils ont contracté à l’égard de la collectivité. Ils ont jugé en fonction de leurs profits.

C’est pour cela qu’il faut nationaliser, arracher à la propriété privée, changer les critères d’attribution des crédits et créer un contrôle démocratique réel.

Danielle Bleitrach

article publié sur Changement de Société
http://socio13.wordpress.com/2008/11/11/danielle-bleitrach-la-preuve-est-faite-il-faut-nationaliser-les-banques/

URL de cet article 7403
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Cuba, Fidel et le Che - ou l’aventure du socialisme
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI
Voilà notre livre, il est enfin sorti de l’imprimerie, tout chaud comme un petit pain… Il faut que je vous explique de quoi il s’agit, comment se le procurer s’il vous intéresse et comment organiser des débats autour si bien sûr vous êtes en mesure de le faire… Danielle Bleitrach D’abord sachez que ce livre inaugure une collection du temps des cerises, collection qui portera le nom "aventure du socialisme" Je reviendrai sur cette idée du socialisme comme aventure. L’idée donc du livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La CIA contrôle tous ceux qui ont une importance dans les principaux médias."

William Colby, ancien directeur de la CIA

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.