Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La Syrie et son État national : une victoire certaine. (Al-Thabat )

Un des 300 soldats syriens de la base de Kuweires libérée par l’armée syrienne après deux années de siège par l’EI.

Malgré la férocité de la conspiration et de la guerre contre la Syrie, laquelle approche de sa cinquième année, je suis resté absolument certain que la victoire sera l’alliée de l’État national syrien. Et voici que les développements sur le terrain confirment mon attente.

J’ai appréhendé les signes de la conspiration contre la Syrie dès ma prise de fonction de Président de la république quand, au cours de ma première tournée arabe fin 1998, l’émir de Bahreïn, non encore déclaré royaume, me surprit en m’annonçant que le président Hafez al-Assad n’en avait plus que pour quelques semaines avant de rejoindre le Seigneur et que son successeur serait Abdel Halim Khaddam, non son fils Bachar ; ceci, en présence du chef de son gouvernement placé à ma gauche. Je lui avais assuré qu’Al-Assad allait bien et que ses informations étaient totalement fausses.

Ensuite c’est Védrine, envoyé par Jacques Chirac, qui me surprit en me disant alors que je l’avais raccompagné à la porte de mon bureau, pour que notre conversation ne soit pas enregistrée, que Hafez al-Assad mourrait très bientôt et que son successeur sera Khadam et non Bachar. Là aussi, je lui avais affirmé le contraire.

À la même époque, ce fut au tour du député Walid Joumblatt de me tenir les mêmes propos, sauf que le successeur de Hafez Al-Assad serait Hikmat Chehabi.

L’agression contre la Syrie a été lancée une fois qu’ils ont été incapables de briser la volonté de la Résistance au Liban. Une guerre internationale menée selon un plan à long terme, initiée longtemps à l’avance et usant de toutes les hypocrisies ; la Turquie simulant l’amitié à l’égard de Damas, le Qatar feignant partager ses prises de position, l’Arabie saoudite la courtisant, la France de Chirac puis de Sarkozy s’en rapprochant, sans parler de la grosse tête aux États-Unis…

Cinq ou six années de tergiversations, de chantages, de complots, durant lesquelles ils ont préparé les souterrains, les associations religieuses, les cheikhs de façade, les médias, les prétendus représentants de la société civile et défenseurs des « droits humains » parfaitement et habilement harponnés par le biais des programmes d’échanges et de formations américains, européens et onusiens ; pour la mise en œuvre de leur projet dévastateur [chaos créatif] devant aboutir au démantèlement de la Syrie.

Au bout des ces cinq années d’une résistance fabuleuse de la Syrie, je suis absolument certain de la victoire de son armée, de son peuple et de son gouvernement contre cette nouvelle guerre coloniale ; une victoire qui nous conduira assurément vers une nouvelle étape. Au Front du refus et à l’Alliance de la résistance de savoir comment la mettre à profit afin que nous ne répétions pas les expériences de nos victoires de qualité en étant indulgents avec nos ennemis, lesquels ne témoigneront d’aucune miséricorde à l’égard de nos patries si n’importe quelle victoire leur était donnée.

Général Émile Lahoud

Président de la République libanaise de 1998 jusqu’en 2007

10/02/2016

Source : Al-Thabat [Liban]

http://www.athabat.net/news/index.php?option=com_content&amp ;view=article&id=20964

Traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

URL de cet article 29943
   
Washington contre Cuba.
Salim LAMRANI
WASHINGTON CONTRE CUBA - L’affaire des Cinq. Un demi-siècle de terrorisme, dirigé par Salim Lamrani. Edition le temps des cerises Textes de : Howard Zinn, Noam Chomsky, William Blum, Michael Parenti, Piero Gleijeses, Ignacio Ramonet, Leonard Weinglass, Wayne S. Smith, Saul Landau, Michael Steven Smith, James Petras, Jitendra Sharma, Ricardo Alarcon, Gianni Mina, Nadine Gordimer. « Les Etats-Unis n’ont jamais annexé Cuba, mais ils en ont fait une colonie virtuelle jusqu’à ce que, en janvier (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.