RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La traite des enfants est devenue une grosse affaire en Amérique

traduction d'un texte étasunien plutôt choquant / dont l'original permet de se connecter à de nombreuses références détaillées

par John W. Whitehead et Nisha Whitehead

"Les enfants sont ciblés et vendus pour le sexe aux États-Unis chaque jour."
— John Ryan, Centre national pour les enfants disparus et exploités

Il faut être vraiment mauvais pour prostituer un enfant à des fins sexuelles, et cela existe parmi nous à chaque minute de chaque jour.

Considérez ceci : toutes les deux minutes, un enfant est acheté et vendu pour le sexe.
Des centaines de jeunes filles et garçons, dont certains n’ont que 9 ans, sont achetés et vendus pour le sexe, jusqu’à 20 fois par jour.

Les adultes achètent des enfants pour le sexe au moins 2,5 millions de fois par an aux États-Unis seulement.

Rien qu’en Géorgie, on estime que 7 200 hommes (dont la moitié dans la trentaine) cherchent à acheter des relations sexuelles avec des adolescentes chaque mois, soit en moyenne environ 300 par jour.

En moyenne, un enfant peut être violé par 6 000 hommes sur une période de cinq ans.
On estime qu’au moins 100 000 à 500 000 enfants (filles et garçons) sont achetés et vendus à des fins sexuelles aux États-Unis chaque année, et que jusqu’à 300 000 enfants risquent d’être victimes de la traite chaque année. Certains de ces enfants sont enlevés de force, d’autres sont en fugue et d’autres encore sont vendus au système par des parents et des connaissances.

Le viol d’enfants est devenu un Big Business aux EU.

Ce n’est pas un problème rencontré uniquement dans les grandes villes. Cela se passe partout, juste sous notre nez, dans les banlieues, les villes et les villages à travers le pays.

Comme le souligne Ernie Allen du National Center for Missing and Exploited Children, « la seule façon de ne pas trouver cela dans une ville des EU est tout simplement de ne pas le chercher ».

Comme tant de maux parmi nous, le trafic sexuel (et la sexualisation des jeunes) est une maladie culturelle enracinée dans le cœur des ténèbres de l’État policier. Il parle d’une corruption sordide et de grande envergure qui s’étend des plus hauts sphères du pouvoir (gouvernemental et entrepreneurial) jusqu’aux coins les plus cachés et s’appuie sur notre silence et notre complicité pour fermer les yeux sur les actes répréhensibles.

On estime que le nombre d’enfants qui risquent d’être victimes de la traite ou qui ont déjà été vendus au commerce du sexe remplirait 1 300 autobus scolaires.

Internet est devenu le principal moyen utilisé par les prédateurs sexuels pour cibler et vendre de jeunes enfants à des fins sexuelles. "Un enfant sur cinq en ligne se fait harceler sexuellement via des plateformes de jeux et d’autres médias sociaux. Et ces forums d’exploitation sexuelle sans contact se multiplient », selon le chercheur Brian Ulicny.

Il n’y a pas que les jeunes filles qui sont vulnérables.

Selon un rapport d’enquête de USA Today, "les garçons représentent environ 36 % des enfants pris dans l’industrie du sexe aux États-Unis (environ 60 % sont des filles et moins de 5 % sont des transgenres)."

Chaque année, l’âge des filles et des garçons achetés et vendus devient de plus en plus bas.

L’âge moyen des personnes victimes de la traite est de 13 ans. Pourtant, comme l’a souligné le chef d’un groupe qui lutte contre la traite, « réfléchissons à ce que signifie la moyenne. Cela signifie qu’il y a des enfants de moins de 13 ans, donc des enfants de 8, 9 et 10 ans. »

"Ce sont des mineurs d’à peine 13 ans qui sont victimes de la traite", a déclaré une victime de la traite de 25 ans. "Ce sont des petites filles."

C’est le sale petit secret des États-Unis.

Mais qu’est-ce ou qui est à l’origine de cet appétit pervers pour la chair tendre ? Qui achète un enfant pour le sexe ? Vvotre médecin, votre pasteur ou votre conjoint", écrit le journaliste Tim Swarens, qui a passé plus d’un an à enquêter sur le commerce du sexe dans notre pays. Selon l’enquêteur Marc Chadderdon, ces « acheteurs » – des hommes dits « ordinaires » qui se complaisent dans la demande de relations sexuelles avec des enfants – représentent un échantillon représentatif de la société étasunienne : de chaque âge, de chaque race, de chaque milieu socio-économique, flics, enseignants, agents correctionnels, pasteurs, etc.

Les forces de police – marquées par la corruption, la brutalité, l’inconduite sexuelle et la toxicomanie – représentent une autre facette du problème : les policiers sont devenus à la fois des prédateurs et des proxénètes. Comme le rapporte le Philadelphia Inquirer, "Des centaines de policiers à travers le pays sont passés de protecteurs à prédateurs, utilisant le pouvoir de leur badge pour extorquer des relations sexuelles".

Les jeunes filles sont particulièrement vulnérables à ces prédateurs en bleu. L’ancien officier de police Phil Stinson estime que la moitié des victimes de crimes sexuels commis par la police sont des mineurs de moins de dix-huit ans. Selon le Washington Post, plus de 40 % des cas signalés d’inconduite sexuelle policière impliquaient des adolescents. Par exemple, en Californie, un sergent de police – dans la police depuis 16 ans – a été arrêté pour le viol d’une jeune fille de 16 ans qui était détenue en captivité et vendue à des fins sexuelles dans une maison d’un quartier chic. Un chef de la police de Pennsylvanie et son ami ont été arrêtés pour avoir apparemment violé une jeune fille des centaines de fois – par voie orale, vaginale et anale plusieurs fois par semaine – sur une période de sept ans, à partir de l’âge de 4 ans.

Deux policiers du NYPD ont été accusés d’avoir arrêté une adolescente, de l’avoir menottée et de l’avoir conduite dans une camionnette banalisée jusqu’à un parking voisin, où ils l’ont violée et forcée à leur faire une fellation, puis l’ont déposée au coin d’une rue voisine.

Le New York Times rapporte qu’un adjoint du shérif de San Antonio a été accusé d’avoir agressé sexuellement la fille de 4 ans d’une femme guatémaltèque sans papiers et d’avoir menacé de l’expulser si elle signalait cette violence".

Et puis vous avez des événements sportifs nationaux tels que le Super Bowl, où des trafiquants sexuels ont été surpris en train de vendre des mineurs, certains dès l’âge de 9 ans. Que le Super Bowl soit ou non une « aubaine » pour les trafiquants sexuels, comme certains le prétendent, il reste une source lucrative de revenus pour l’industrie du trafic sexuel d’enfants et un attrait pour ceux qui sont prêts à payer pour violer de jeunes enfants.

Enfin, comme je l’ai documenté dans une chronique précédente, la culture prépare ces jeunes à être la proie de prédateurs sexuels.

Les médias sociaux rendent tout cela trop facile. Comme l’a rapporté un centre d’information : « Trouver des filles est facile pour les proxénètes. Ils regardent sur... les réseaux sociaux. Eux et leurs assistants croisent les centres commerciaux, les lycées et les collèges. Ils les récupèrent aux arrêts de bus. Le recrutement de fille à fille se produit parfois. Les foyers d’accueil et les refuges pour jeunes sont également devenus des cibles de choix pour les trafiquants.

Ces enfants se prostituent rarement volontairement. Beaucoup commencent comme fugueurs ou enfants rejetés, pour être happés par des proxénètes ou des réseaux sexuels plus importants. D’autres, persuadés de rencontrer un inconnu après avoir interagi en ligne via l’un des nombreux sites de réseaux sociaux, se retrouvent rapidement initiés à leur nouvelle vie d’esclave sexuel.

Selon le National Center for Missing and Exploited Children, près de 800 000 enfants disparaissent chaque année (environ 2 185 enfants par jour).

Pour les victimes de la traite, c’est un cauchemar du début à la fin.

Ceux qui sont vendus pour le sexe ont une espérance de vie moyenne de sept ans, et ces années sont un cauchemar vivant de viols sans fin, de drogue forcée, d’humiliation, de dégradation, de menaces, de maladies, de grossesses, d’avortements, de fausses couches, de torture, de douleur et toujours de la constante peur d’être tué ou, pire, que ceux que vous aimez soient blessés ou tués.

Un fil conducteur tissé à travers les expériences de la plupart des survivants est d’être forcés de ne pas dormir ni manger jusqu’à ce qu’ils aient atteint leur quota sexuel d’au moins 40 hommes.

Comme le raconte David McSwane dans un article glaçant pour le Herald-Tribune : « À Oakland Park, une banlieue industrielle de Fort Lauderdale, des agents fédéraux ont rencontré en 2011 un bordel exploité par un couple marié. À l’intérieur de "The Boom Boom Room", comme on l’appelait, les clients payaient des frais et recevaient un préservatif et une minuterie et restaient seuls avec l’un des huit adolescents du bordel, des enfants aussi jeunes que 13 ans. Un enfant adopté de 16 ans a témoigné qu’il assurait la sécurité, tandis qu’une jeune fille de 17 ans a déclaré à un juge fédéral qu’elle avait été forcée d’avoir des relations sexuelles avec jusqu’à 20 hommes par nuit. »

Un réseau particulier de trafic sexuel s’adressait spécifiquement aux travailleurs migrants employés de manière saisonnière dans des fermes des États du sud-est, en particulier les Carolines et la Géorgie, bien que ce soit une activité florissante dans tous les États du pays. Les trafiquants transportent les filles de ferme en ferme, où les travailleurs migrants faisaient la queue à l’extérieur des cabanes, jusqu’à 30 à la fois, pour avoir des relations sexuelles avec elles avant qu’elles ne soient transportées vers une autre ferme où le processus recommençait.

Malheureusement, comme je l’explique dans mon livre Battlefield America : The War on the American People  et dans son pendant fictif The Erik Blair Diaries, la guerre du gouvernement contre le trafic sexuel, tout comme la guerre du gouvernement contre le terrorisme, la drogue et le crime, est devenue une parfaite excuse pour renforcer l’État policier (points de contrôle de la police, fouilles, surveillance et sécurité renforcée) à un public vulnérable tout en faisant peu pour protéger réellement nos enfants des prédateurs sexuels.

Si tant d’enfants continuent d’être victimisés, brutalisés et traités comme une cargaison humaine, c’est dû à trois choses : premièrement, une demande des consommateurs qui est de plus en plus lucrative pour toutes les personnes impliquées, à l’exception des victimes ; deuxièmement, un niveau de corruption si envahissant à la fois à l’échelle locale et internationale qu’il y a peu d’espoir de travailler à travers les canaux établis pour le changement ; et troisièmement, un silence étrange de la part d’individus qui ne s’expriment pas contre de telles atrocités

23 janvier 2023

»» http://éditésurdiverssitestelsque:https://dissidentvoice.org/2023/01...
URL de cet article 38497
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Leur Grande Trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes"
François RUFFIN
GoodYear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges... Depuis dix ans, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips ; de yaourts, avec toujours, au bout, la défaite. Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive. C’est quoi, leur grande trouille, en face ? Leur peur bleue ? Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux, Le Monde, La Tibune, Les Echos : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’accepte plus ce que je ne peux pas changer. Je change ce que je ne peux pas accepter.

Angela Davis

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.