RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Turquie accusée d’une attaque chimique sur un camp de réfugiés au Kurdistan irakien (Morning Star)

La TURQUIE a été accusée aujourd’hui d’avoir utilisé des armes chimiques dans le bombardement du camp de réfugiés de Maxmur au Kurdistan irakien, lundi, alors que des appels à une enquête internationale ont été lancés.

Quelque 80 autres sites ont également été visés, notamment le camp de réfugiés du Sengale et les positions présumées du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans les montagnes du Qandil.

Ces attaques marquent une nouvelle offensive majeure de l’État turc contre le PKK sous le nom de code "Operation Claw Eagle".

D’autres frappes aériennes ont été lancées mercredi, les forces spéciales turques faisant vraisemblablement des incursions dans le nord de l’Irak.

En début de semaine, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, a qualifié la dernière offensive turque de "préoccupante".

"Les frappes représentent une attaque contre la souveraineté irakienne et se déroulent sans coordination avec le gouvernement de Bagdad", a-t-il déclaré, avertissant qu’Ankara violait le droit international.

De nouvelles images de l’attaque de lundi sont apparues sur le site de l’agence de presse ANF, qui semble montrer un des missiles frappant une zone rocheuse et explosant avec une flamme massive qui a brûlé pendant des heures.

Les résidents du camp de Maxmur ont rapporté une odeur de pommes, rappelant l’attaque au gaz contre les Kurdes à Halabja par Saddam Hussein lors du campement al-Anfal de 1988, au cours de laquelle 4 000 villages kurdes ont été détruits et jusqu’à 100 000 tués.

Les responsables locaux ont exigé une enquête internationale urgente sur cette attaque chimique présumée.

Le camp abrite environ 15.000 personnes, principalement des Kurdes qui ont fui la Turquie lors des opérations des années 1990 qui ont vu plus de 3.000 villages brûlés par les forces de l’Etat dans une tentative d’assimilation forcée.

Il est géré avec l’aide du HCR, qui a été contacté par le Morning Star pour un commentaire aujourd’hui. L’organisme d’aide aux réfugiés n’avait pas répondu au moment où le Star a été mis sous presse.

En début de semaine, les co-présidents de l’Assemblée du peuple Maxmur, Cicek Cengiz et Haci Kacan, ont déclaré au Star que le HCR était resté silencieux sur les attaques et n’avait pas pris position ou action contre l’embargo d’un an imposé par le gouvernement régional du Kurdistan.

La Turquie a une longue histoire d’attaques aux armes chimiques.

En 1938, lors du massacre de Dersim, Sabiha Gokcen, la fille adoptive de Mustafa Kemal Ataturk, faisait partie des pilotes qui ont largué des bombes chimiques sur la population kurde.

En 2011, le président Recep Tayyip Erdogan a rejeté comme "calomnie" les allégations selon lesquelles des produits chimiques avaient été utilisés contre les combattants du PKK tués lors d’attaques aériennes dans la vallée de Kazan.

Le magazine allemand Der Spiegel a affirmé que les experts qui ont vu les photographies de corps calcinés lors d’une attaque aérienne similaire en 2009 ont conclu qu’il était "hautement probable" que des substances chimiques aient été utilisées dans l’attaque.

En février 2018, les autorités ont refusé d’enquêter sur les allégations selon lesquelles du gaz avait été utilisé en Afrique pendant l’opération Olive Branch.

Et en octobre 2019, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a fait volte-face et a déclaré que les enquêtes sur l’utilisation présumée de phosphore blanc à Seri Kaniye dépassaient ses attributions, quelques jours après avoir reçu un don de 30 000 livres de la Turquie.

L’OIAC a été contactée pour faire part de ses commentaires.

Steve Sweeney

Traduction "par un membre de l’OTAN ? Ca va surement chauffer" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://morningstaronline.co.uk/article/w/turkey-accused-chemical-atta...
URL de cet article 36241
  

Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.