RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Via Campesina au Venezuela : une mission pour la fraternité

(Harare, le 17 janvier 2020) Le renversement de la Révolution bolivarienne figure parmi les plans du gouvernement des États-Unis pour reprendre le contrôle, la domination et l’oppression de l’Amérique latine.

Aujourd’hui, le Venezuela est la cible d’une agression hybride et multidimensionnelle (économique, financière, diplomatique, médiatique et militaire), qui affecte profondément la vie du pays et de son peuple. Cette agression est orchestrée avec l’appui de gouvernements servant les intérêts des États-Unis et de forces politiques internes apatrides et élitistes. C’est dans ce contexte que s’inscrit cette première mission internationale de solidarité de La Via Campesina avec le Venezuela, qui se déroulera du 20 au 27 janvier 2020. La mission vise à faire connaître les effets du blocus, mais surtout à rendre visibles les différentes expériences d’organisation populaire que réalisent les groupes et la population organisés pour résister. La Mission est organisée avec le courant révolutionnaire Bolívar et Zamora et le Front national paysan Ezequiel Zamora (FNCEZ), membre du mouvement au plan local.

Ces dernières années, au milieu de difficultés extrêmes, le peuple vénézuélien a su résister et rester debout, en luttant contre l’adversité, en construisant des alternatives organisationnelles, solidaires et productives et en s’efforçant de renforcer la souveraineté alimentaire sur ses territoires. Zuleima Vergel de la coordination politique du FNCEZ explique : « la fermeté institutionnelle du gouvernement bolivarien et de l’État vénézuélien pour défendre la démocratie et la souveraineté, l’unité des forces politiques patriotiques, l’unité civico-militaire, la conscience lucide et la clarté politique du peuple vénézuélien, ont tous constitué des facteurs clés pour faire échouer les plans et les conspirations contre le Venezuela dirigés depuis les États-Unis ».

Dans la lutte ardue que mène le Venezuela pour sa souveraineté, la démocratie et la paix, la solidarité internationale a également été déterminante et efficace. La Via Campesina a joué un rôle important dans la dénonciation de l’ingérence et du blocus. En outre, la planète entière a rejeté majoritairement le blocus et l’agression dont le Venezuela est systématiquement victime. De nombreuses organisations internationales et multilatérales, plusieurs gouvernements nationaux à travers la planète et des organisations sociales ont exprimé et concrétisé cette solidarité, laquelle inclut une multitude d’expressions organisées des peuples du monde qui luttent aussi pour leurs droits et la construction d’un monde sans hégémonie, sans impérialisme, un monde de justice, de respect et d’égalité.

Dans ce sens, la mission de La Via Campesina vise à mieux connaître la réalité du Venezuela et les effets du blocus économique et financier imposé par les États-Unis sur la vie quotidienne des gens. Elle nous permettra de nous voir de près l’autre côté de cette réalité : la solidarité, la capacité de résistance et les alternatives que les mouvements et les organisations populaires ont pu construire en réponse aux agressions et à la crise.

La délégation de cette mission de solidarité de La Via Campesina avec le Venezuela est composée de représentants de l’Association nationale des femmes rurales et autochtones (ANAMURI) du Chili, de l’Association des travailleurs ruraux (ATC) du Nicaragua, de l’Association des travailleurs agricoles de la Floride (FWAF) des États-Unis et de la Coordination des organisations d’agriculteurs et d’éleveurs (COAG -ECVC) d’Espagne. Cette tournée visera à connaître différentes expériences de solidarité productive, communautaire et populaire dans les États de Lara, Barinas et Apure et à rencontrer et échanger avec des organisations sociales et politiques vénézuéliennes. La délégation inclura également un collectif de communication composé de journalistes indépendants et de médias alternatifs tels qu’Alba TV et Radio Mundo Real.

La Première Mission internationale de solidarité de la Via Campesina avec le Venezuela se veut également un exemple fort de la façon dont les peuples peuvent contribuer concrètement à la nécessaire construction d’un monde multicentrique et multipolaire, un exemple de la capacité des peuples à lever les sièges médiatiques et politiques que l’impérialisme tente de maintenir.

De même, La Via Campesina affirme par cette action que la voie pour renforcer et approfondir l’unité des peuples du monde dans la construction d’un monde de liberté, de justice et d’égalité se trouve dans la rencontre proche, fraternelle et solidaire. « Ainsi, en construisant des ponts, en unissant les liens et en ouvrant des chemins, nous ferons prévaloir la vérité des peuples sur les mensonges et les manipulations des élites économiques et politiques de la planète dans leur empressement de nous soumettre et de nous assujettir, » a conclu Nury Martínez de la Commission politique de la Cloc — Via Campesina Amérique du Sud.

Contacts médias :

Eduardo Viloria — Équipe de communication locale (ES) : 0058 4125562925

Viviana Rojas — Équipe de communication de LVC (ES, EN, PT) : 00593 995213177

»» https://viacampesina.org/fr/la-via-campesina-au-venezuela-une-mission-...
URL de cet article 35620
  

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.