RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

23 

Un 21 janvier, la France s’est grandie en… raccourcissant Louis Croix V Bâton (1).

Le 17 avril 1791, Louis Capet, connu aussi sous le nom de Louis Croix V bâton, fait annoncer que lui et sa famille iront comme de coutume à Saint-Cloud, pour y passer la belle saison. On soupçonne un projet d’évasion des Tuileries où il est assigné à résidence, comme un vulgaire Carlos Ghosn au Japon. Une foule de manifestants se réunit place du Carrousel afin de bloquer son équipage. L’atmosphère est tendue, le couple royal est insulté.

Une division de la garde nationale s’est jointe aux émeutiers. Des domestiques, des nobliaux de la Cour sont malmenés. Le cardinal de Montmorency est mis en joue.
Louis Capet doit faire demi-tour.

Le 21 juin 1791, Louis Capet, sa femme Marie-Antoinette et leur famille tentent de fuir. C’est la fameuse fuite de Varennes.
Le projet de Louis Capet est d’organiser hors de Paris une contre-révolution en réunissant des troupes pour attaquer le peuple. Déguisés, ils quittent le palais, ils montent dans une voiture appelée « Citadine », petite, mais plus grande qu’une malle sur roulettes made in Japan, avant de s’installer plus tard dans un véhicule plus spacieux et plus luxueux, spécialement fabriqué en grand secret pour leur fuite. On sait que Louis Capet a été reconnu à Varennes (Lorraine) comme un vulgaire Macron au théâtre des Bouffes du Nord. Tout cet équipage est reconduit à Paris.

Lorsque la voiture royale arrive aux Tuileries, la fureur de la foule éclate. Il s’en faut de peu que Marie-Antoinette ne soit lynchée. Elle ne comprend pas pourquoi, persuadée, comme une vulgaire Brigitte Trogneux, que quand son mari parle, le peuple est content (2).

Le 21 janvier 1793, à dix heures vingt-deux minutes du matin ; Louis Capet, âgé de trente-neuf ans, natif de Versailles, paroisse Notre-Dame, domicilié à Paris, tour du Temple ; marié à Marie-Antoinette d’Autriche, a été exécuté sur la Place de la Révolution en vertu des décrets de la Convention nationale des quinze, seize et dix-neuf dudit mois de janvier.

Des messes catholiques sont organisées chaque année le 21 janvier en commémoration de sa mort. Chaque année aussi ont lieu le 21 janvier, des banquets républicains commémorant son exécution où se dégustent traditionnellement de… la tête de veau. Personnellement, le 21 janvier, pareil à Pierre Desproges apprenant la mort de Tino Rossi, je me contente de reprendre deux fois des moules.

Vous croyez peut-être que je fais ici des analogies outrancières et des lourdes allusions à la France d’aujourd’hui en vous racontant tout ça.
Vous croyez peut-être que je prends au premier degré ce cri lancé samedi dans la rue : « Louis XVI, Louis XVI, on l’a décapité, Macron, Macron, on peut recommencer ! ».

Mais pas du tout, je pense simplement que ces événements préparaient pour la France un cadeau nommé Maximilien Robespierre.
Robespierre, s’il vivait aujourd’hui, serait décrit comme un tribun coléreux, immodeste, violent, à l’égo surdimensionné. Pour répéter tranquillement que Robespierre fut tout cela, plus la Terreur, il faut ne jamais avoir entendu Malcom X qui disait : « Si vous ne vous méfiez pas des médias, ils vous feront aimer l’oppresseur et détester l’opprimé ».

Ainsi, on ne saura pas, on n’enseignera pas que Robespierre a participé à la rédaction de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (c’est lui qui en a lancé l’idée), qu’il a formulé la devise « liberté, égalité, fraternité », qu’il a voté pour la citoyenneté des juifs et des comédiens, pour l’abolition de l’esclavage, pour le vote des femmes, pour le vote des gens de couleur, pour l’abolition de la peine de mort, pour la reconnaissance des enfants adultérins.
Pas mal, pour un prétendu forcené de la terreur !

Je termine en vous invitant à écouter cette chanson incorrecte interprétée a capella par l’inoubliable Marc Ogeret et dont le titre est : « Ô toi, céleste guillotine ».

Maxime VIVAS

Notes.
(1). Ce texte est celui de mon éditorial du 20 janvier 2020 à 17 heures au micro de Radio Mon Païs (radiomonpais.fr). Sa durée (4 mn d’antenne) le rend parcellaire et donc ouvert aux critiques.
(2) Le 16 janvier sur TF1, Brigitte Macron a affirmé « qu’à chaque fois qu’Emmanuel Macron sortait d’un grand débat, les Français étaient contents ». Le pire est qu’elle le croit, sans doute.

URL de cet article 35617
   

Même Auteur
200 citations pour comprendre le monde - passé présent et à venir.
Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Viktor Dedaj et Maxime Vivas présentent 200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir suivies du programme du Conseil National de la Résistance préface de Jean-Luc Mélenchon Voici un petit livre de 75 pages avec en complément le programme du CNR. Un exercice qui réactive nos méninges, Jean-Luc Mélenchon apportant sa plume afin d’interroger dans la préface, et de belle manière, la fonction des citations. Si votre libraire a la négligence de ne pas disposer de cet ouvrage et la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La différence entre l’homme politique et l’homme d’État est la suivante : le premier pense à la prochaine élection, le second à la prochaine génération.

James Freeman Clarke

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.