RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Bilan de Reagan : un Héritage Bidon.

Les réactions dans les médias US sur la mort de Ronald Reagan illustrent l’état du débat public états-unien depuis l’accession au pouvoir de Reagan à la fin des années 70 : un effondrement quasi-total d’une pensée sérieuse au niveau national.

7 Juin, 2004 www.consortiumnews.com

Dans les chaînes de télévision US et dans les principaux quotidiens, les commentaires flagorneurs dignes de la Pravda vont bon train et dépassent largement les réticences à dire du mal d’un mort. Les commentateurs de gauche concurrencent les conservateurs pour saluer le style prétendument génial de Reagan et son rôle supposé dans "la victoire de la Guerre Froide". Le titre en première page du Washington Post - "Ronald Reagan est mort" - s’étalait en caractères géants dignes de l’annonce de la conquête de la lune.

Totalement absent des commentaires est la question essentielle à poser avant de dresser un bilan sérieux de la présidence de Ronald Reagan. Comment, pourquoi et quand fut "gagnée" la Guerre Froide ? Par exemple, si les Etats-Unis étaient déjà au bord de la victoire sur l’Union Soviétique dès le début des années 70, comme le pensent certains, alors le véritable rôle historique de Reagan n’a peut-être pas été de "gagner" la Guerre Froide, mais de l’avoir prolongée.

Si l’Union Soviétique se trouvait déjà dans une phase de rapide déclin, plutôt que dans une phase de développement comme le croyait Reagan, alors le surarmement massif des Etats-Unis dans les années ne fut pas un élément décisif, mais excessif. Le terrible bain de sang en Amérique centrale et Afrique, et les activités des escadrons de la mort dans les pays contrôlés par les Etats-Unis, ne constituaient pas un mal nécessaire ; ce fut un crime de guerre appuyé et alimenté par l’administration Reagan.

Une Seule Opinion

Le débat, toutefois, n’a jamais été lancé, sauf par les acolytes de Reagan qui ont choisi de glorifier le rôle de Reagan comme le "vainqueur de la Guerre Froide" au lieu d’examiner les analyses à l’origine de sa politique dans les années 70 et 80. On a oublié aujourd’hui que montée en puissance de Reagan au sein du Parti Républicain était un défi lancé contre les partisans d’une politique de "détente" défendue par Richard Nixon et Henry Kissinger - avant que le scandale du Watergate ne force Nixon à quitter son poste - et plus tard Gérald Ford. Le politique de Détente cherchait à mettre une fin pacifique à la Guerre Froide, comme cela s’est finalement produit à la fin des années 80 et début des années 90.

Les guerriers de la Guerre Froide, Nixon et Kissinger - comme une bonne partie des services de renseignement des Etats-Unis - étaient convaincus de la faiblesse du système soviétique, qui prenait de plus en plus de retard sur la technologie occidentale et dans sa capacité à produire des biens de consommation réclamés par les peuples d’Europe de l’Est. Il suffisait d’examiner les photos satellites prises de nuit pour constater la disparité entre les villes scintillantes de l’Amérique du Nord, de l’Europe occidentale et certaines parties de l’Asie, et le pénombre qui couvrait le bloc soviétique.

Selon cette analyse de la faiblesse soviétique, les années 70 devaient marquer la victoire de l’Ouest et le début d’une aide à la transition de l’Union Soviétique vers un nouveau modèle économique. Cette approche aurait pu non seulement accélérer l’émergence d’une nouvelle génération de réformateurs Russes, mais aussi éloigner le spectre d’une confrontation nucléaire. Les guerres civiles du tiers-monde auraient été gérées comme des guerres locales et non comme une confrontation entre l’Est et l’Ouest.

Mais les conservateurs états-uniens - un nouveau groupe de néoconservateurs qui devaient devenir le pilier idéologique de l’administration Reagan - voyaient les choses d’un autre oeil. Ils affirmaient que l’Union Soviétique renforçait sa puissance militaire et cherchait à cerner les Etats-Unis et éventuellement les conquérir à travers le "le ventre mou" de l’Amérique centrale.

En 1976, le directeur de la CIA de l’époque, George H.W. Bush, donna un coup de pouce important à cette vision apocalyptique en introduisant un groupe d’analystes conservateurs, dont le jeune Paul Wolfowitz, dans la division d’analyses de la CIA. Ce groupe, connu sous le nom de l’Equipe B (Team B - ndt), était autorisé à parcourir les renseignements classés secret-défense sur l’Union Soviétique. Sans surprises, l’Equipe B arriva aux conclusions qui confirmaient les idées de ses membres, que la CIA avait sous-estimé la puissance militaire Soviétique et ses plans de dominer le monde.

En plus des analyses de l’Equipe B, surgirent les théories de l’universitaire Jeane Kirkpatrick, qui s’est fait connaître avec une analyse qui faisait une distinction entre les gouvernements "autoritaires" et les gouvernements "totalitaires". Selon Kirkpatrick, les gouvernements "autoritaires" de droite étaient préférables aux gouvernements "communistes" de gauche parce que les gouvernements autoritaires pouvaient évoluer vers la démocraties, contrairement aux gouvernements communistes.

Un Vision Sombre

Ces deux facteurs - l’analyse de l’Equipe B sur la montée en puissance militaire du bloc Soviétique et la doctrine de Kirkpatrick sur l’immuabilité des régimes communistes - ont guidé la politique étrangère de Reagan. Reagan s’appuyait sur ces analyses pour justifier à la fois la course aux armements des Etats-Unis dans les années 80 (endettant ainsi lourdement le gouvernement des Etats-Unis) et le soutien aux régimes d’extrême-droite qui provoquaient des bains de sang contre leurs opposants (particulièrement en Amérique latine).

Dés la fin des années 70, par exemple, Reagan défendait la junte militaire argentine qui pratiquait la terreur d’état et faisait "disparaître" des dizaines de milliers de dissidents. Parmi leurs pratiques ont comptait des actes barbares comme l’extraction des bébés des femmes enceintes afin que la mère puisse être assassinée et l’enfant remis entre les mains des assassins. (voir "Argentina’s Dapper State Terrorist." www.consortiumnews.com/1990s)

Au Guatemala dans les années 80, Reagan soutenait les régimes qui se livraient à une politique de terre-brûlée contre les paysans, et le génocide des populations indiennes. Reagan attaqua personnellement les rapports de Droits de l’Homme qui décrivaient les atrocités commises à l’encontre de centaines de villages Mayas. Le 4 décembre 1982, après une rencontre avec le dictateur Général Efrain Rios Montt, Reagan salua le général comme un général "totalement dévoué à la démocratie" et affirma que le gouvernement de Rios Montt allait "recevoir une fessée". (Pour plus de détails, voir "Reagan & Guatemala’s Death Files." www.consortiumnews.com/1999)

Des dizaines de milliers d’autres personnes sont mortes entre les mains des forces de sécurité d’extrême-droite au Salvador et au Honduras, tandis qu’au Nicaragua, Reagan faisait parvenir une aide aux Contras, qui se comportaient comme une sorte d’escadron-de-la-mort en devenir, commettant couramment des atrocités contre les civils nicaraguayens tout en finançant une partie de leurs opération avec le trafic de cocaïne aux Etats-Unis. [ pour plus de détails, voir le livre "Lost History" de Robert Parry ]

L’idée avancée était que l’Union Soviétique était sur le point de conquérir le monde, d’instaurer un esclavagisme permanent, et que des mesures sévères devaient être prises. Mais le problème avec l’analyse de l’équipe B et la doctrine de Kirkpatrick était qu’elles étaient toutes les deux fausses .

Il est évident à présent que dés les années 70, l’Union Soviétique subissait un déclin rapide à la fois sur le plan économique et militaire. Plutôt que d’avancer vers une stratégie quelconque de conquête mondiale, Moscou était largement dans une position défensive, tentant de contrôler les pays à ses frontières, comme l’Europe de l’Est et l’Afghanistan. Les Accords de Helsinki pour les droits de l’homme mettaient l’Union Soviétique sous pression tandis que les mouvements dissidents, comme Solidarnosc en Pologne, se formaient à l’intérieur de la sphère d’influence soviétique. (Pour plus de détails sur les manipulations de l’époque Reagan-Bush, voir "Lost in the Politicization Swamp." www.consortiumnews.com/archive)

A part obtenir plus de libertés individuelles, les citoyens du bloc Soviétique voulaient aussi des biens de consommation de meilleure qualité, comme ceux de l’occident. Et le fossé technologique qui se creusait entre l’Ouest et l’Est représentait une menace encore plus grande pour Moscou. Vers la fin des années 70 et dans les années 80, le soutien relativement modeste délivré par Moscou aux pays amis du tiers-monde, comme Cuba ou le Nicaragua, était plutôt symbolique qu’autre chose.

L’Union Soviétique était devenu un Village Potemkine à l’échelle nationale. La Doctrine Kirkpatrick, ainsi que les erreurs d’analyse de l’Equipe B, n’ont pas résisté à l’épreuve du temps. Des gouvernements démocratiques ont surgi en Europe de l’Est et les Sandinistes ont reconnu leur défaite au Nicaragua - pas par une marche victorieuse de la Contra - mais par des élections.

En fait, si l’Union Soviétique avait été ce que les conservateurs états-uniens prétendaient qu’elle était - une nation en marche vers la suprématie mondiale au début des années 80 - comment explique-t-on son effondrement rapide quelques années plus tard ? Après tout, l’Union Soviétique ne fut pas envahie ou conquise. Son armée a certes connue des pertes en Afghanistan, mais cela n’aurait pas entraîné la chute d’un véritable empire, pas plus que le guerre du Vietnam n’a entraîné la chute des Etats-Unis.

Une Histoire Inventée

Malgré ces faits, la version avancée par la droite sur comment la Guerre Froide fut "gagnée" a été largement acceptée et diffusée dans les cercles d’élite aux Etats-Unis : le ligne dure adoptée par Ronald Reagan provoqua l’effondrement des communistes. Etant donné le pouvoir acquis par les médias de droite dès le début des années 90, les progressistes ont généralement cédé le débat aux conservateurs et tenté de concentrer le public sur les questions d’ordre nationale aux Etats-Unis.

Ainsi, au lieu de se livrer à un examen de conscience sur tout ce sang versé inutilement, la nation est rassurée face à son histoire. On ne rappelle plus les affirmations alarmistes de Ronald Reagan et de ses cohortes idéologiques. Il n’y a plus de questions posées sur les centaines de milliards de dollars parties en fumée pour de nouveaux systèmes de défense. Personne ne se demande si le gouvernement des Etats-Unis devrait être tenu pour responsable des brutalités commises pendant les guerres anti-insurrectionnelles en Amérique centrale.

Cette partie désagréable de l’Histoire a été mise de côté ou censurée. Lorsque des documents déclassifiés par le gouvernement ont abouti à un jugement par une Commission Vérité au Guatemala que l’administration Reagan avait aidé et provoqué un génocide, l’information n’occupa que quelques lignes dans la presse. Lorsque l’inspecteur de la CIA confirma que de nombreux unités de la Contra se livraient au trafic de drogue et étaient protégés par l’administration Reagan, la grande presse répercuta l’histoire mollement.

Un autre aspect peu connu de l’héritage de Reagan est la création d’une génération de néoconservateurs qui ont appris de l’Equipe B l’importance de la manipulation de l’information, et de la guerre de la Contra au Nicaragua, la gestion de l’opinion publique états-unienne. Comme aimait à le répéter Walter Raymond, chef de la diplomatie sous Ronald Reagan, pour vendre le conflit du Nicaragua au peuple états-unien, il fallait "coller des chapeaux noirs" aux Sandinistes, et des "chapeaux blancs" aux Contras.

La stratégie de George W. Bush pour rallier l’opinion publique états-unienne autour de la guerre en Irak - en ayant recours à des renseignements bidons sur des menaces militaires et une rhétorique extrémiste sur le caractère maléfique des adversaires des Etats-Unis - suit le même schéma que celui défini par l’équipe de sécurité nationale de Ronald Reagan dans les années 80. (pour plus de détails, voir "Why U.S. Intelligence Failed." www.consortiumnews.com/Print)

Un autre aspect troublant de l’héritage de Ronald Reagan est la version débile de l’histoire moderne des Etats-Unis fournie par la presse, d’une superficialité largement étalée par les louanges adressées à Reagan après sa mort.

Robert Parry

***

In the 1980s, while with the Associated Press and Newsweek, Robert Parry broke many of the stories now known as the Iran-Contra Affair. He is currently working on a book about the secret political history of the two George Bushes.

Traduction : Viktor DEDAJ

URL de cet article 1622
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.