RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le dalaï-lama et l’immigration en Europe

Une fois de plus, le dalaï-lama s’autorise à prendre position sur un problème d’actualité. Dans une interview donnée le 31 mai 2016 à Till Fähnders, le correspondant politique pour l’Asie du Sud-Est du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, le dalaï-lama a affirmé depuis Dharamsala que les réfugiés qui affluent en Europe ne devraient être admis que temporairement : « L’Europe, par exemple l’Allemagne, ne peut pas devenir un pays arabe », a-t-il dit en ajoutant en riant : « L’Allemagne est l’Allemagne (1). »

Cette phrase a été reprise à bon escient par la presse internationale, et elle a suscité pas mal de commentaires. Le dalaï-lama l’a lâchée dans un contexte plus anodin, ne manquant pas d’abord de se montrer compatissant : « Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance, et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. » Et d’ajouter aussitôt : « Mais, d’un autre côté, il y en a trop à présent. »

Trop pour qui ? Ce n’est pas au Liban, à la Jordanie ou à la Turquie que pense « Sa Sainteté ». Pourtant ces pays, bien plus pauvres que ceux de l’Union Européenne visés par ses observations, ont accueilli le plus grand nombre de réfugiés syriens et iraquiens (2).

Quand il trouve que les réfugiés, pour des raisons de « morale », devraient retourner à terme chez eux pour aider à la reconstruction de leur propre pays, on peut s’étonner d’ailleurs qu’il n’ait jamais appliqué cette recommandation aux réfugiés tibétains, installés en Inde, en Suisse ou aux États-Unis depuis presque 60 ans. Contrairement à la Syrie, à l’Iraq, à l’Afghanistan..., la Chine et sa Région Autonome du Tibet ne sont pourtant ravagés ni par des guerres sectaires, ni par des bombes ou des drones américains, et les réfugiés pourraient retourner au pays et contribuer à son développement sans risquer leur vie et celle de leur famille...

Mais il ressort de l’interview que ce qui intéresse vraiment le dalaï-lama, ce n’est pas le sort des réfugiés ni les difficultés et problèmes auxquels les pays d’accueil peuvent se voir confrontés. Ce qui l’intéresse avant tout, ce sont les peurs « identitaires » que l’afflux d’un grand nombre de personnes aux origines culturelles différentes peut susciter.

En effet, quand « Sa Sainteté » déclare que « l’Allemagne ne peut pas devenir un pays arabe », il ne faut pas être docteur en psychologie pour comprendre qu’il ne fait que transposer dans un contexte européen sa vieille grille d’analyse : « le Tibet ne peut pas devenir (un pays) chinois », et quand il enfonce sa tautologie « L’Allemagne est l’Allemagne », ses admirateurs inconditionnels percevront le message subliminal : « Le Tibet est le Tibet ». À partir de là, des slogans xénophobes comme « L’Allemagne aux Allemands ! », « La France aux Français ! » ou « Le Tibet aux Tibétains ! » coulent pour ainsi dire de source.

Le dalaï-lama est passé maître dans l’art de caresser l’opinion publique occidentale dans le sens du poil, en surfant sur une sinophobie largement répandue chez nous. Que l’afflux massif de réfugiés pose un problème à l’Europe, nul ne le niera, mais l’ « Océan de Sagesse » est-il vraiment bien placé pour nous faire la leçon, fût-ce en riant, en matière de cohabitation et d’interculturalité ? Comment ne pas voir, en filigrane de sa dernière déclaration, un relent d’« ethnicisme », pour ne pas dire de racisme, qui n’est pas absent de son combat pour un « Tibet libre » ?

N’a-t-il pas affirmé, lors de la Conférence des religions du Monde à Chicago en 1993 − sans provoquer le moindre haussement de sourcils − que « les frontières séparant les différents peuples à travers le monde n’étaient pas mauvaises si elles préservaient et définissaient les identités génétiques et culturelles » (3) ? N’a-t-il pas exhorté les Tibétaines en exil à épouser des Tibétains afin que les enfants qu’elles mettent au monde soient aussi tibétains ? Ne voit-il pas dans les personnes d’ethnie différente qui vivent dans le Grand Tibet revendiqué par son « gouvernement en exil » la « plus grande menace pour la perpétuation des Tibétains en tant que race autonome » (4) ?

Et Samdhong Rinpoché, qui fut, de 2001 à 2011, le « premier ministre » de son « gouvernement en exil », n’a-t-il pas en cela suivi l’exemple de son chef ? Il s’est en effet insurgé contre les mariages mixtes entre Tibétains et non-Tibétains en déclarant : « un des défis pour notre nation est de garder pure la race tibétaine » (5).

Que Dharamsala continue à rêver d’un « Grand Tibet » régi par le Dharma devrait à tout le moins nous interroger. Que deviendraient alors les Hui musulmans qui ont deux mosquées à Lhassa et qui, grâce à la République laïque chinoise, peuvent librement exercer leur culte ? Subiraient-ils le même sort que les Rohingya éjectés du bouddhiste Myanmar ?

Mais, s’agissant du Tibet et du dalaï-lama, l’esprit critique devient une denrée rare. Nos contemporains, sans doute légitimement déçus par les Églises et aspirant à une sagesse non matérialiste, qu’ils soient de droite, de gauche ou du centre en passant par les écologistes, sont prêts à boire la moindre parole de celui qui se définit lui-même comme « un marxiste en robe de moine » et qui possède un impressionnant recueil d’adages passe-partout qui lui tiennent lieu de philosophie.

Depuis qu’il a en 2011 renoncé, selon ses dires, à tout rôle politique, on ne compte plus les interventions du dalaï-lama dans les questions ... politiques. Ne serait-il pas temps pour lui d’imiter Benoît XVI, de se retirer dans un monastère et de se taire enfin ?

André Lacroix

13 juin 2016

1. http://www.faz.net/aktuell/politik/dalai-lama-tenzin-gyatso-im-intervi...;; en français : http://www.vsd.fr/actualite/migrants-le-dalai-lama-estime-qu-il-y-a-tr... ou http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/06/01/pour-le-dalai-....

2. Ainsi, en février 2016, l’UNHCR (Agence nationale des Nations unies pour les réfugiés) comptabilisait plus de 4,6 millions de réfugiés syriens dans les pays limitrophes (90% des déplacements à l’extérieur). « Une petite partie tente l’aventure en Europe qui accueille huit fois moins de réfugiés que les pays voisins de la Syrie (10 %). Plus de 7,6 millions de Syriens sont déplacés à l’intérieur du pays selon les chiffres du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’Onu, l’Ocha. » Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/migrants/20160208.OBS4195/cartes-....

3. D’après Ahmed Saïfi Benziane, La bouillabaisse tibétaine, site « Le Grand Soir », 07/04/2008.

4. Cf. son autobiographie en langue allemande : Das Buch der Freiheit, pages 253 et 368.

5. Interview au South China Morning Post, 30/08/2003.


URL de cet article 30542
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.