RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le meurtre ignoble de Jamal Khashoggi illustre la sauvagerie et la stupidité des dirigeants saoudiens (The Independent)

Jamal Khashoggi prenant la parole à la conférence ’Oslo at 25’ du Middle East Monitor, tenue à Londres le 29 septembre 2018 - Photo : Jehan Alfarra/Middle East Montitor

Le présumé complot visant à assassiner Jamal Khashoggi que semble avoir dévoilé les enregistrements audio et vidéo turcs remis aux autorités américaines, est un triste mélange de sauvagerie et de stupidité : c’est la rencontre de Jack l’Éventreur avec l’inspecteur Clouseau.

Rien de tout cela n’est surprenant, car les réactions excessivement violentes à des menaces mineures sont caractéristiques des régimes dictatoriaux. Comme cela semble être aujourd’hui le cas en Arabie saoudite, l’Irak de Saddam Hussein a fait d’immenses efforts pour éliminer des critiques exilés qui ne représentaient aucun danger pour le régime.

Le but de ces assassinats et de ces enlèvements présumés n’est pas seulement de faire taire les voix dissidentes, aussi faibles soient-elles, mais surtout d’intimider tous les opposants au pays et à l’étranger, en leur montrant qu’ils n’ont pas la moindre chance de survivre à la plus petite critique. Mais le problème des dictateurs c’est qu’ils prennent de mauvaises décisions du fait qu’ils n’entendent jamais d’opinions contraires aux leurs. L’Irak a envahi l’Iran en 1980 et le Koweït en 1990 avec des résultats désastreux. L’Arabie saoudite a commencé sa guerre au Yémen en 2015, avec des résultats tout aussi catastrophiques, et semble maintenant penser qu’elle peut assassiner impunément Khashoggi. L’Arabie saoudite nie fermement toute implication dans la disparition de Khashoggi et affirme qu’il a quitté le consulat sur ses deux jambes cet après-midi-là.

Voyons voir combien de temps va durer le torrent de critiques contre le prince héritier Mohammed bin Salman et l’Arabie saoudite. Le président Trump s’est contenté de souligner la nécessité de garder de bonnes relations avec les Saoudiens à cause du contrat de 110 milliards de dollars d’armement. Des gens comme Tony Blair qui ont l’habitude de se prosterner devant les monarques du Golfe, se livrent à de comiques contorsions pour éviter de critiquer l’Arabie saoudite malgré les preuves turques. Tout ce que Blair a dit, c’est que l’Arabie saoudite doit diligenter une enquête et donner des explications "parce que sinon, cela irait totalement à l’encontre du processus de modernisation". Même pour Blair, c’est vraiment peu de chose, et on peut donc penser que les élites politiques aux Etats-Unis et au Royaume-Uni ne resteront pas choquées bien longtemps et que leurs critiques se limiteront au meurtre présumé de Khashoggi.

Ce point est très important car le meurtre (dans les circonstances précisées par les enquêteurs turcs) n’est en aucun cas le pire crime commis par l’Arabie saoudite depuis 2015, bien qu’il soit de loin le plus médiatisé. Quiconque en doute devrait lire un rapport qui vient d’être publié et qui montre que les bombardements et autres activités militaires de la coalition dirigée par les Saoudiens au Yémen ciblent délibérément les approvisionnements et la distribution de nourriture pour gagner la guerre en affamant des millions de civils de l’autre camp.

Il n’y a rien de collatéral ou d’accidentel dans ces attaques, selon le rapport. Les approvisionnements alimentaires civils sont expressément visés, avec les terribles résultats décrits par l’ONU à la fin du mois de septembre : quelque 22,2 millions de Yéménites, soit les trois quarts de la population, ont besoin d’aide, dont 8,4 millions n’ont pas assez à manger, un chiffre qui pourrait augmenter de 10 millions à la fin de cette année. "Tout cela est horrible", a déclaré le chef de l’aide humanitaire de l’ONU, Mark Lowcock, au Conseil de sécurité. "Nous perdons le combat contre la famine."

Mais il y en a en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et parmi leurs alliés à Washington, Londres et Paris qui, de toute évidence, n’ont aucun regret et sont résolus à créer les conditions d’une famine pour gagner la guerre contre les Houthis qui tiennent encore la capitale Sana’a et les parties les plus peuplées du pays. Telle est la conclusion du rapport très détaillé intitulé "Les stratégies de la coalition dans la guerre du Yémen : bombardement aériens et guerre de la nourriture" écrit par le professeur Martha Mundy pour la World Peace Foundation affiliée à la Fletcher School de l’Université Tufts au Massachusetts.

Le rapport conclut que "si l’on considère les dommages causés aux ressources des producteurs de denrées alimentaires (agriculteurs, éleveurs et pêcheurs) ainsi que le ciblage des processus de transformation, de stockage et de transport des denrées alimentaires dans les zones urbaines et la guerre économique en général, il est évident que la stratégie de la coalition vise à détruire la production et la distribution des aliments dans la zone de Sanaa qui est sous contrôle houthi". Elle ajoute que la campagne de bombardements visant directement les approvisionnements alimentaires semble avoir commencé en 2016, qu’elle se poursuit et progresse en efficacité.

Certains aspects de la guerre alimentaire sont faciles à documenter : le long de la côte de la mer Rouge du Yémen, pas moins de 220 bateaux de pêche ont été détruits et la pèche a diminué de 50 % selon le rapport qui fait état d’un incident particulier survenu le 16 septembre, au cours duquel 18 pêcheurs du district d’Al Khawkhah ont été arrêtés, interrogés puis relâchés par un navire de la coalition qui a ensuite tiré une roquette sur "le bateau qui s’éloignait, tuant tous les pêcheurs sauf un". La coalition a nié les faits.

La coalition saoudienne est intervenue dans la guerre civile yéménite en mars 2015 pour soutenir le gouvernement d’Abdrabbuh Mansur Hadi contre les "rebelles houthis" qui seraient soutenus par l’Iran, d’après la coalition. En tant que ministre saoudien de la Défense à l’époque, le prince héritier Mohammed bin Salman a été la force motrice de l’opération "Tempête décisive". La campagne aérienne de la coalition bénéficie du ravitaillement en vol et du soutien logistique des États-Unis, et de la présence de personnel militaire britannique dans les centres de commandement et de contrôle.

Au début, les cibles étaient en grande partie militaires, mais la situation a changé quand la victoire rapide, à laquelle les membres de la coalition s’attendaient, a commencé à s’éloigner. Selon le professeur Mundy, "à partir d’août 2015, on est passé des cibles militaires et gouvernementales à des cibles civiles et économiques, notamment les infrastructures de l’eau et des transports, la production et la distribution alimentaires, les routes et les camions, les écoles, les monuments culturels, les cliniques et hôpitaux, les maisons, les champs et les troupeaux ".

Abondamment illustré de cartes et de graphiques, le rapport montre l’impact des bombardements et autres activités militaires sur la production de nourriture pour la population civile. Le manque d’électricité pour pomper l’eau et le manque de carburant pour les véhicules agricoles a été aggravé par les frappes aériennes. Selon Mundy, "l’élevage est dévasté car les familles dans le besoin ont vendu beaucoup d’animaux et ont de plus en plus de difficultés à accéder aux marchés".

Quand les fermiers réussissent à arriver sur un marché, leurs problèmes ne sont pas terminés. Les frappes aériennes sont devenues plus meurtrières depuis le siège du port d’Hodeida sur la mer Rouge par les forces saoudiennes et émiraties en juin. Environ 70 % des importations du Yémen entrent dans le pays par Hodeida, qui compte 600 000 habitants. Le 2 août, le principal marché aux poissons de la ville a été attaqué ainsi que l’entrée de l’hôpital public où beaucoup de monde était rassemblé. En juillet, le roi Salman d’Arabie saoudite a accordé un pardon général à tous les soldats saoudiens qui combattent au Yémen.

L’absence de protestations internationales contre la guerre au Yémen et l’implication des Etats-Unis et du Royaume-Uni en tant qu’alliés de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis expliquent peut-être un des mystères de la disparition de Khashoggi. Si les Saoudiens ont assassiné Khashoggi, pourquoi pensent-ils pouvoir s’en tirer sans provoquer un tollé international ? Sans doute parce que, ayant commis impunément de bien pires atrocités au Yémen, ils se sont dit qu’ils pourraient gérer sans problème un tollé au sujet de la disparition d’un seul homme dans le consulat saoudien d’Istanbul.

Patrick Cockburn

https://www.independent.co.uk/voices/saudi-arabia-jamal-khashoggi-disa...

Patrick Cockburn est un journaliste de The Independent spécialisé dans l’analyse de l’Irak, la Syrie et les guerres au Moyen-Orient. Il est l’auteur de Muqtada Al-Sadr, the Shia Revival, and the Struggle for Iraq et de Age of Jihad : Islamic State and the Great War for the Middle East.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.chroniquepalestine.com/meurtre-ignoble-jamal-khashoggi-illu...
URL de cet article 33936
   

Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La science permet de savoir comment faire fonctionner un train, l’histoire de savoir qu’il peut parfois aller à Auschwitz."

Jean-Christophe Defraigne, professeur, Université de Louvain

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.