RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le peuple et la démocratie

De quoi parle-t-on quand nous évoquons le concept de démocratie ?

Ne cherchons pas à trouver la réponse du côté de ceux qui en parlent le plus et qui en ont fait leur leitmotiv. Ils ne vous en diront rien. Ils se suffiront de vous servir des généralités sur le droit à la liberté d’expression et sur celui du libre choix des dirigeants. Quant aux conditions qui permettraient à de tels droits de s’exercer, dans leur plénitude, elles ne figurent nulle part dans le discours.

C’est dans ce contexte que la démocratie est chantée et figure au premier plan des arguments des uns et des autres, dans un monde où les problèmes sociaux s’amoncellent et dont les causes sont connues. Sans que la démocratie existante, y compris dans les pays où elle ne souffre d’aucune contestation, soit remise en doute dans sa capacité à servir de levier au développementsocial. Ainsi va le monde.

Ceux qui ont les moyens de communication, donc le droit de s’exprimer et ceux qui ont les moyens de faire de la politique, donc le droit de peser dans le choix des dirigeants, sont ceux qui apparaissent et qui parlent au nom du peuple. Ils peuvent être au pouvoir, comme ils peuvent être dans ce qui peut s’appeler une " opposition". Cette dualité, contradictoire en apparence, assure une image dite démocratique aux sociétés où elle se manifeste.C’est elle qui fera le spectacle lors des élections.Le peuple, masse indifférenciée, verrait tout ses membres, appelés citoyens, participer à armeségales à la décision finale, par le supposé libre exercice du droit de vote.

Exit les inégalités économiques et les disparités des préoccupations. Dans le sac, il n’y a pas de place aux contradictions entre catégories d’électeurs, même s’il arrive que, dans certains pays, des candidats montrent des divergences de point de vue sur la gouvernance économique, sur ce plan, il n’y a en définitive que très rarement une modification desorientations publiques. Modifications qui, quand elles ont lieu, provoquent invariablement une crise politique majeure. L’histoire récente en estémaillée. L’exemple du Chili illustrait cela, lorsqu’en septembre 1973, le gouvernement élu sur des bases en rupture avec l’establishment des multinationales du cuivre en particulier fut renversé dans la violence. La démocratie chilienne fut jugée incompatible avec la démocratie labellisée. Elle dérogeait aux règles établies, donc elle devait être “ corrigée ”. Un coup d’Etat sanglant y mit fin et une féroce dictature fut instaurée pour nettoyer le syndrome populaire. Un autre cas est celui du Venezuela où l’on n’en finit pas d’alimenter une guerre contre un pouvoir, maintes fois reconduit par les urnes. Là aussi, le choix populaire a entaché la démocratie labellisée et a donc posé un gros problème sur le plan économique. Et le Venezuela aurait pu subir le sort du Chili, sans la mobilisation de ses citoyens contre plusieurs tentatives de déstabilisation. Pourtant, dans les deux situations, le pouvoir répondait à la volonté de la majorité, en facedes intérêts d’une minorité. En attendant, la démocratie continue paradoxalement à être brandie en tant que solution idéalisée aux maux des sociétés.

Ahmed Halfaoui

»» http://www.lesdebats.com/
URL de cet article 25254
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.